« Grossesse stressante : petite fille en vue ! » ou comment on n’arrête pas la c…

Le billet d’humeur du jour m’est inspiré par cette information reçue dans ma boîte mail (je cite : le lien vers le site d’information en question est ).  Figurez-vous que le « stress très important » a « un effet sur la grossesse d’une femme ». Incroyable, non ??? La preuve en serait apportée par « deux chercheurs, le Pr Florencia Torche et le Dr Karine Kleinhaus de la New York University » qui affirment que « il semblerait qu’un stress très fort vécu en début de grossesse favoriserait la naissance de petites filles ». Comme c’est curieux, moi qui en étais restée au stade du chromosome. Mais si, enfin ! Jusque là (à ce qu’on sait, même s’il semblerait que ce soit plus compliqué que ce qu’on pense1), sauf exception2 XX = fille, XY = garçon. Mais que s’est-il donc passé ? Un coup de stress et, hop !, mutation génétique ?? Pour faire la lumière sur ce cas étrange vous en propose donc une petite étude détaillée. Pour parvenir à cette conclusion, « ces deux hommes » (Pr Florencia Torche et le Dr Karine Kleinhaus, cf. plus haut si vous avez suivi3… « et leurs équipes ont étudié tous les certificats de naissances des bébés nés au Chili entre 2004 et 2006 ». Pourquoi précisément ces bébés-là ? Parce que le 13 juin 2005 a eu lieu au Chili un terrible tremblement de terre, d’une magnitude de 7,9 sur l’échelle de Richter. Autant vous le dire tout de suite, il y a là de quoi stresser une parturiente ! Et conclusion de leurs recherches, je vous le donne en mille :

1. « Un gros stress en début de grossesse est un facteur de risque et favorise les naissances prématurées ».  Jusque là, je suis modérément surprise.

2. Le nombre de naissances de filles augmente par rapport à celui des garçons. « En temps normal, sur 100 naissances, nous enregistrons 51 garçons pour 49 filles », souligne Karine Kleinhaus. « Au cours de notre étude, les femmes ayant vécu le tremblement de terre en début de grossesse ont majoritairement donné naissance à des filles ». En effet, l’étude a enregistré 55 filles pour 45 garçons, c’est pas affolant affolant non plus.

Les chercheurs n’avancent aucune explication à ce phénomène. Le sexe d’un bébé est déterminé dès le début de la grossesse et aucun événement ne pourrait le modifier. Mais le Pr Torche émet une hypothèse : « C’est comme si le stress de la maman affectait la viabilité du garçon ». En cas d’événement stressant, les fausses couches pourraient davantage concerner les garçons4. Rien n’est moins sûr, mais bon. On écrit quand même, cf. le titre de l’article incriminé,  que « Grossesse stressante : petite fille en vue ! ». Et ça, voyez-vous, ça m’énerve (et l’énervement, c’est pas une forme de stress ?).

Pourquoi donc ? À cause du risque, assez évident je trouve, de raccourci et, à mon avis, le sous-entendu sexiste (je suis la seule à l’entendre ?) qu’il y a dans cette affaire. Ben oui, quoi ? le stress, c’est en lien avec les filles. Stressée pendant votre grossesse : cherchez pas, vous allez avoir une minette et là, ma brave dame, vous n’êtes pas au bout de vos peines parce que du stress, avec une fille, vous allez y avoir droit en veux-tu en voilà !

Du coup, j’ai fait le tour des « croyances de bonnes femmes » en matière de prédiction du sexe des enfants à naître. Est-ce que ça marche ? Rien n’est moins sûr. En revanche, est-ce que c’est pétri de préjugés sexistes ? alors là, je vous laisse juges…

Revue de détails :

1. Nausées : Si vous passez le 1er trimestre à avoir des nausées, à être malade comme un chien, à ne plus supporter la moindre odeur sans vous répandre tripes et boyaux, ne cherchez pas, c’est une fille.  Dans le cas contraire c’est un garçon. Même pas née que, déjà, c’est une empêcheuse de vivre tranquille. Les garçons c’est bien plus cool. Ben voyons.

2. Battements du coeur de la (future) maman  : Plus de 150 pulsations minute = fille, plus lentement = garçon. Là, j’hésite, les interprétations peuvent varier… Ce qui est sûr c’est qu’a priori attendre une fille met votre palpitant à plus rude épreuve.

3. Mouchoir (je vous jure, j’invente rien) : vous lancez un mouchoir si pour le ramasser vous avancez le pied droit en premier c’est un garçon, si c’est le gauche c’est une fille. Pas besoin d’aller chercher loin : en latin la droite c’est dextra et la gauche sinistra. Et on sait l’imaginaire négatif qui est associé à cette dernière (y’a qu’à voir le traitement qu’on a longtemps fait subir aux malheureux gauchers).

4. Envie : du salé, c’est un garçon, du sucré, c’est une fille. Sweet girl…

5. Forme du ventre : pointu et haut = garçon / arrondi et bas = fille. Il existe des variantes : pour un garçon, on a le ventre en pointe en avant, pour une fille on vous porte tout sur les hanches et derrière… Si y’a pas du symbole sexuel de base là-dedans. Ben oui, les garçons ont un petit quelque chose de pointu, alors que les filles non… C’est subtil, hein ?!

6. Pendule : S’il tourne en rond, c’est une fille. S’il se balance, c’est un garçon. Là encore, qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ? Moi ça m’évoque plusieurs choses associées, dans l’imaginaire, à la féminité, notamment la question du rapport des filles à l’extérieur5. Les filles et les femmes, elles sont dans l’intimité du foyer, le conquérant, celui qui court à la pampa à la chasse au mammouth, c’est monsieur. Autant commencer à tourner en rond précocement, mesdemoiselles.

7. Façon de se baisser (???) : enceinte, si vous ramassez un objet en écartant les jambes c’est une fille , si vous vous baissez  jambes serrées c’est un garçon. Je crois que je n’ai pas besoin de vous faire un dessin…

Alors vous me direz, c’est trucs bidons, on s’en fout. Certes, on n’y croit pas. Certes, on en sourit. Mais, bon sang, on continue de les énoncer, fût-ce sur le ton de la plaisanterie. Et je ne sais pas si un coup de stress favorise la naissance de petites filles, mais ce qui est certain c’est qu’en attendre une en se disant que c’est parce que c’en est une qu’on est malade à crever, ça doit forcément jouer un peu sur l’estime de soi de la minette. Rappelons pour terminer que, dans certains pays, attendre une petite fille n’est pas seulement synonyme d’affreuses nausées. L’élimination prénatale des filles s’étend. En Asie, on le savait, mais aussi aux Etats-Unis et en Europe. Pour en savoir plus c’est . Voilà !

  1. si ça vous intéresse, je peux vous conseiller la lecture de l’excellent article de Delphine Gardey, « Les sciences et la construction des identités sexuées. Une revue critique », Delphine Gardey, in Annales Histoire Sciences Sociales, n°3, mai-juin 2006, pp.649-673 []
  2. Syndrome de Klinefelter, de Turner, de Swyer, etc. On pourrait en reparler à une autre occasion. []
  3. Heu, pour moi semblerait que ce soit des femmes, en même temps le travail de chercheur c’est no stress, et sans stress, peut-être qu’il s’est passé un truc et que le prénom est trompeur, on ne saurait plus jurer de rien []
  4. Au passage, pour celles et ceux qui en doutaient encore, le sexe faible n’est donc pas celui qu’on croit. Mais là encore, on pourra faire un prochain billet pour montrer la plus grande vulnérabilité des garçons à un certain nombre de pathologie. Pour l’instant c’est hors sujet []
  5. sur ce point, le tableau de Van Eyck, Les époux Arnolfini, est très révélateur. Si vous voulez je vous raconterai, une prochaine fois []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *