Mais ça m’énerve !

A quoi ça sert qu’on se décarcasse à promouvoir le jouet non sexiste, à produire des études sur la question et à relayer les travaux de celles et ceux qui nous démontrent régulièrement et par A + B que l’imaginaire enfantin est un truc mixte ? Quand on voit que Lego se réjouit d’avoir enfin sorti une gamme pour fille (rose et parme, évidemment) on se dit que, sans doute, c’est parce qu’on a soi-même beaucoup joué avec la gamme « pour garçon » (c’était pas marqué sur la boîte, à la décharge de maman, ça fait partie de ces implicites qui veulent dire « masculin ») qu’on a tourné féministe. Qui sait ?

Marie Duru-Bellat livre son analyse sur le sujet dans Alternatives Économiques, et c’est à lire en ligne.

Allez, pour sourire un peu en ce début d’année, je mets en ligne les images de Fanny Lignon, qui viennent de l’exposition Des jouets et des hommes, qui se visite au Grand Palais. Si le Lego pour filles existe, sachez donc désormais qu’il y a aussi, toujours pour les filles évidemment, le Barbie Foot.

Et pour ceux que ça intéresse particulièrement, je vous renvoie à un précédent billet sur ce carnet de recherche, avec plein plein d’outils pédagogiques pour RÉAGIR !

Bonne année


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *