Décès de la féministe Françoise Collin

La philosophe féministe Françoise Collin est décédée le 1er septembre dernier. Elle occupait une position singulière dans le paysage intellectuel féministe depuis 1973 où elle fonda les Cahiers du GRIF. Aucun sujet touchant le « différend des sexes » (selon son expression) n’a échappé, dès lors, à sa grande curiosité.

Son féminisme radical visait à la « refonte des structures » sociales, la subversion des rapports sociaux de sexe, publics comme privés. Il lui a valu d’être expulsée de la scène philosophique, où elle avait acquis quelque renommée.

Dans le domaine des sciences dites « dures », majoritaires au sein de notre Université Lyon 1, Françoise Collin a su poser quelques-unes de ces questions qui fâchent : La science a-t-elle un sexe ? Après tout, on est en droit de poser encore aujourd’hui la question, quand on mesure la faible visibilité des femmes dans ce domaine de la pensée et le caractère profondément sexué de l’orientation des élèves et des élèvEs au cours de leur scolarité.

Pour l’histoire, ma discipline de prédilection, elle a joué un rôle essentiel en introduisant le concept de « genre » comme « catégorie utile d’analyse ». En effet, c’est dans Les Cahiers du GRIF, la première revue féministe de langue française qu’elle crée en 19873, que paraît dès 1988 et en français l’article fondateur de l’historienne Joan W. Scott (consultable en ligne : http://www.univ-paris1.fr/uploads/media/CGD1_Scott.pdf).

Il y a quelques mois, elle donna au fonds Aspasie une bonne partie de sa bibliothèque personnelle. C’est avec émotion et gratitude que nous lui rendons aujourd’hui modestement hommage.

 

Pour le fonds Aspasie, Muriel Salle

 Pour en savoir plus, ses livres conservés dans le fonds Aspasie sont actuellement consultables sur une table dédiée.

On peut aussi consulter l’intégralité des Cahiers du GRIF en ligne sur le site Persée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *