Il faut « plus d’égalité entre filles et garçons à l’école », ce sont nos Ministres qui le disent !

Difficile de vous dire à quel point, ce matin, je me suis levée de bonne humeur. La raison de ce regain d’optimisme assez inespéré en ces temps de grisaille et de crise automnale ? L’article publié hier par Vincent Peillon et Najat Vallaud-Berlkacem dans Le Monde, intitulé « Pour plus d’égalité entre filles et garçons à l’école ». Cet article est intéressant à plus d’un titre, et je me permets donc aujourd’hui de vous en proposer une lecture ligne à ligne (retrouvant au passage avec bonheur un des exercices clé de ma formation d’historienne : le commentaire de texte), afin que nous mesurions collectivement l’ampleur du chantier qui s’ouvre à l’initiative du ministre de l’éducation nationale et de la ministre des droits des femmes. En violet, le texte de l’article. En noir, mes commentaires.

 

Pour plus d’égalité entre filles et garçons à l’école

Le Monde.fr | 25.09.2012 à 16h47 • Mis à jour le 25.09.2012 à 17h26

Par Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belkacem

 

Le titre lui-même requiert déjà un petit commentaire. « Pour plus d’égalité » dit-on, actant le fait que l’égalité est d’ores et déjà au programme, sinon à l’œuvre, dans notre système scolaire actuel. Il existe en tout cas un cadre législatif, déjà ancien pour partie, et donc disons-le clairement : la réflexion sur les questions d’égalité entre filles et garçons dans le cadre scolaire ne relève pas du militantisme. En traiter c’est simplement « agir en fonctionnaire de façon éthique et responsable », c’est-à-dire appliquer la loi[1]. Petit rappel chronologique :

Années 1980 : Première convention concernant l’égalité entre hommes et femmes dans le système éducatif. Début des actions pour l’égalité dans le domaine scolaire, notamment en matière d’orientation et pour la promotion de choix professionnels plus diversifiés pour les élèves. L’importance du langage alors essentielle. En effet, comment envisager de s’orienter vers tel ou tel métier si le mot pour le dire n’existe pas. Impossible de s’envisager « pompière ». De même, il paraît difficile de vouloir être « sage-femme » quand on est un jeune homme. Yvette Roudy, alors ministre des Droits de la Femme (et sous le haut patronage de laquelle s’est judicieusement placée Najat Vallaud-Belkacem lors de son entrée en fonction), met donc en place en 1984 une commission de terminologie chargée de la féminisation des noms de métier et de fonction. Le but avoué est bien « l’accession des femmes de plus en plus nombreuses, à des fonctions de plus en plus diverses ». À titre indicatif, je précise que je m’intitule pour ma part « maîtresse de conférences ». Et je rappelle que, entre autres changements, on peut écrire « procureure générale » en vertu d’une décision du Conseil d’État en date du 9 juin 2000. À toutes celles et à tous ceux qui estimeraient que ces évolutions sémantiques sont cosmétiques et n’ont guère d’importance ni d’efficacité, je rappellerai simplement, comme les philosophes du langage nous l’ont appris il y a longtemps déjà, et comme les psychologues le savent bien, ne pas avoir les mots pour désigner une réalité est plus qu’invalidant : l’indicible génère de la souffrance, il ampute la réalité.

14 septembre 1989 : Le secrétariat d’État chargé des Droits de la femme et le secrétariat d’État de l’Enseignement technique signent une convention. « Le pays manque d’ingénieurs et de techniciens », donc il faut veiller à diversifier l’orientation des jeunes filles en favorisant leurs accès aux formations industrielles, techniques et scientifiques. Je ne m’étendrai pas sur le fait qu’on veille à ouvrir le champ des possibles féminins parce que la santé économique de la Nation le requiert. « L’argent est le nerf de la guerre » dit-on. Une fois qu’on l’a compris, on s’adapte, même s’il peut paraître très cynique de mesurer l’ampleur des violences faites aux femmes en terme de coûts sonnants et trébuchants pour notre système de santé par exemple. Nos ministres l’ont compris et le disent : « que les femmes et les hommes aient le choix, aient tous les choix possibles, […] c’est un impératif citoyen, un impératif social et un impératif économique ». Pour ce qui est de l’école, dans la mesure où l’on mesure aujourd’hui l’impact sur le PIB de la qualité de l’enseignement dispensé aux élèves[2], mesurons donc l’impact économique de la restriction permanente des choix d’orientation des filles, et de leur propension à l’auto-censure en matière d’orientation. « Alors que taux d’accès au baccalauréat des filles est largement supérieur à celui des garçons (76,6% pour les filles contre 66,8% pour les garçons) elles ne représentent que 43,5% des élèves inscrits en première année des classes préparatoires aux grandes écoles ». Mesurons aussi l’impact économique des stéréotypes de sexe sur l’orientation des garçons. Et si, par exemple, la persistance d’une conception féminine des métiers dits du care (métiers du soin, services à la personne) lest excluait d’un secteur économique dont on sait qu’il sera, à terme, économiquement porteur[3], ce qui n’est pas le cas, au hasard… de l’industrie automobile par exemple ! « Le 10 juillet dernier, l’Etat et les partenaires sociaux s’accordaient unanimement pour relancer le processus de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Cet objectif ne peut être disjoint d’un autre engagement : mettre l’égalité des filles et des garçons au cœur même de la refondation républicaine de l’école ». Et j’ajouterai que cela constitue un enjeu économique majeur en ce temps de crise que nous traversons. Car il n’y a pas que l’école républicaine qu’il faut refonder. Le monde du travail est sans doute à repenser dans la mesure où il dysfonctionne chroniquement, et ce depuis déjà plusieurs décennies (je fais partie d’une génération qui n’a vécu qu’en temps de crise, peut-être est-il temps de se dire qu’il n’est plus utile de mettre des rustines sur un système à bout de souffle, mais qu’il faut changer le système). Et on a besoin de toutes et de tous pour mettre en œuvre le « redressement productif dont notre pays a besoin. La répartition inégalitaire dans les filières nous conduit en effet à gâcher, sans même nous en rendre compte, des potentiels, des compétences, des énergies ». Peut-être que la réindustrialisation de la France n’est pas une vraie bonne idée : difficile d’aligner les salaires français sur ceux des pays émergents qui sont aujourd’hui l’atelier du monde, et puis ça entre en conflit avec les préoccupations écologiques et la défense/protection de l’environnement. Si on valorisait d’autres métiers, dont on a besoin, d’autres secteurs économiques porteurs, comme les services à la personne par exemple ?

25 février 2000 : 5 ministres signent une convention pour la promotion de l’égalité des chances entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif définissant une politique globale d’égalité des chances, et ce « du préélémentaire à l’enseignement supérieur, de la formation initiale à la formation tout au long de la vie ». Il n’est plus seulement question d’élargir les perspectives d’orientation des seules filles, mais de veiller à « la possibilité d’accéder à tous les rôles sociaux » pour les filles comme pour les garçons, et d’assurer « la promotion d’une éducation fondée sur le respect mutuel des deux sexes ». Les groupes de travail sont mis en place à la Direction de l’enseignement supérieur pour dresser un état des lieux et amorcer une mobilisation sur l’égalité des chances (statistiques sexuées, actions dans les IUFM, enseignement et recherches sur les femmes et le genre dans les universités) ont un but commun : promouvoir une meilleure accessibilité pour toutes et tous à tous les rôles sociaux et une éducation fondée sur le respect mutuel des deux sexes. C’est donc un travail de lutte contre les stéréotypes qui doit être mené, et la prise de conscience doit concerner tous les acteurs de la communauté éducative, les parents et les élèves. C’est ce que nos ministres entendent sans doute par  « Il est de notre responsabilité de provoquer une prise de conscience de ces phénomènes inconscients pour que les regards changent, que nous parvenions à ce « déconditionnement » des mentalités dont parlait déjà Yvette Roudy, ministre des droits des femmes en 1981 ». Enfin, l’accent est mis sur la valorisation du rôle des femmes dans les enseignements dispensés et sur la nécessité d’assurer l’égalité d’accès aux postes de responsabilité.

29 juin 2006 : seconde convention pour l’égalité entre filles et garçons dans le système éducatif, signée cette fois-ci entre 8 ministères.

Bref, on comprend mieux que nos deux ministres écrivent, en 2012, qu’ « Il est de notre responsabilité que nous passions des déclarations d’intention et des textes de lois à une pratique quotidienne de l’égalité ».

Dès lors, que faire ? À mon avis deux choses : il faut en passer par une prise de conscience d’abord, et ensuite il faut passer à l’action. Quand on travaille sur la question de l’égalité des sexes à l’école, on a parfois l’impression de ne jamais sortir de la prise de conscience : on fait des constats. Les filles réussissent mieux à l’école, mais pas dans leur vie professionnelle. Les garçons « décrochent » davantage parce que l’école n’est pas faite pour eux, et ce n’est pas parce que le corps enseignant est largement (trop diront certains féminisés) et que la figure de l’autorité professorale en prend un coup. Non, « l’échec des garçons prend une part de sa source dans le décalage entre le message de la société qui les dit « plus forts » que les filles et la réalité de leurs résultats scolaires, décalage qui tend à délégitimer à leurs yeux la parole et les exigences de l’école ». Madame la ministre, Monsieur le ministre, vous n’avez jamais mis les pieds dans les cours que nous dispensons depuis déjà des années à l’IUFM de Lyon, mais là vous avez compris quelque chose d’essentiel et je pense que vous valideriez haut la main votre UE « Genre et égalité des sexes à l’école »… si elle existait. A l’école, l’inégalité est préjudiciable AUX ÉLÈVES DES DEUX SEXES. Il y a quelques années le sociologue Michel Fize s’inquiétait et Le Monde de l’Éducation titrait en janvier 2003 : « Il faut sauver les garçons ! ». Je crois plutôt pour ma part qu’il faut que les enseignant-e-s prennent conscience du fait que leurs élèves ont un sexe (c’est le scoop de ce papier je crois). Ce sexe a un impact sur leur rapport aux différents domaines du savoir (et pas pour d’obscures raisons neurobiologiques). Ce sexe a un impact sur les rapports qu’ils entretiennent entre eux/elles. Ce sexe a un impact sur la relation pédagogique que les enseignant-e-s nouent avec leurs élèves. « La manière d’interroger, de donner la parole, de noter, de sanctionner et évidemment d’orienter, révèlent des représentations profondément ancrées sur les compétences supposées des unes et des autres. L’école est loin d’être neutre du point de vue du genre. Bien des études montrent qu’en classe, la parole est inégalement distribuée et les attentes différentes. Quand l’on suppose les garçons toujours capables de « mieux faire », on croit souvent les filles au sommet de leurs capacités. On tend à attendre des unes le conformisme et des autres la créativité. Programmes et manuels entretiennent trop souvent ces représentations inégalitaires : combien de « grandes femmes » pour tous ces « grands hommes » dans les livres d’histoire ? Combien d’images valorisantes des femmes ? ».

Bref, il est urgent de faire en sorte que la prise de conscience sur ce point soit collective, concerne l’ensemble des acteurs et des actrices du système scolaire, parce que l’essentiel des mécanismes induisant des discriminations sexistes sont « involontaires, [mais] peuvent avoir  des conséquences lourdes et directes sur les parcours scolaires, puis professionnels, des jeunes ».

Cette première étape de la prise de conscience étant franchie, que fait-on ? Là encore, nos ministres le disent : « Nous ne partons pas de rien. De très nombreuses initiatives, locales comme nationales, des partenariats entre l’école et les associations, construisent au quotidien une culture du refus des préjugés, des discriminations et des violences, une culture émancipatrice ». Détaillons un peu la chose. À l’IUFM de Lyon, future ESPE, intégré depuis 2007 à l’Université Claude Bernard-Lyon 1, cela fait déjà plus de 10 ans que des enseignant-e-s-chercheur-se-s et des formateurs-rice-s s’interrogent sur la question des stéréotypes de sexe en contexte scolaire. L’IUFM de Lyon est, en effet, un institut universitaire de formation des maîtres pilote en matière d’éducation à l’égalité entre filles et garçons. Cette responsabilité d’innovation lui a en effet été officiellement conférée par la Convention interministérielle sur l’égalité de 2000. C’est dans ce cadre, et pour remplir cette mission, que l’IUFM de Lyon s’est doté d’un fonds documentaire sans équivalent en France : le fonds Aspasie pour l’histoire des femmes et le genre en éducation.  Résultat d’une politique d’acquisition volontariste le fonds Aspasie, qui a bénéficié à ses débuts de financements européens par le biais du Fond Social Européen (FSE), compte aujourd’hui plusieurs milliers d’ouvrages et de nombreuses revues (une trentaine d’abonnements) en plusieurs langues européennes (allemand, anglais, espagnol, français, italien, portugais). Il reflète la diversité des recherches qui se sont effectuées sur ce thème depuis plus de trente ans en Europe et dans le monde, et acquiert très régulièrement les publications les plus récentes.

Outre cette politique d’acquisition documentaire hors du commun, une volonté politique forte a alimenté ce dynamisme dans un premier temps, incarnée par Michelle Zancarini-Fournel, alors professeure des universités en histoire des femmes et du genre à l’IUFM de Lyon, en association avec Francine Demichel, à l’époque directrice de l’enseignement supérieur au ministère de l’Education nationale. Aujourd’hui, la réflexion initiée au début des années 2000 se poursuit, soutenue par un groupe de recherche, le GEM – Genre Egalité Mixité, qui a notamment été à l’initiative d’un colloque international organisé en juin 2010, destiné à rendre compte des recherches théoriques et pratiques sur la prise en compte des questions de genre dans le domaine de la formation des enseignant-e-s. Depuis plusieurs années, cette équipe travaille à la prise en compte du genre dans la formation, dans le cadre de la convention sur la promotion de l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, dans le système éducatif. En effet, la mise en place institutionnelle de la mixité scolaire en 1976 n’a pas suffi à garantir la construction d’une véritable égalité entre filles et garçons à l’école. C’est par pragmatisme que la mixité s’est imposée dans les établissements scolaires en France. Filles et garçons fréquentent donc les bancs des mêmes établissements, et ce bien antérieurement à la loi Haby de 1975 qui consacre une situation de fait. En conséquence, la mixité des sexes demeure un impensé de notre système scolaire actuel, alors qu’elle est partout présente. Or une mixité impensée produit des effets délétères pour les unes comme pour les autres. Mais une mixité réfléchie peut être une véritable école du « vivre ensemble », l’occasion d’un apprentissage et d’une véritable éducation à l’égalité, au respect, à la coopération, entre des filles et des garçons qui évoluent de toute façon dans une société mixte. « La question des inégalités entre filles et garçons et entre femmes et hommes devant l’éducation reste essentielle pour qui veut comprendre et combattre les inégalités liées au sexe et permettre aux êtres humains de se construire comme des personnes affranchies des limitations qui leur sont imposées par des stéréotypes sexués »[4]. Il paraît bien toujours nécessaire de réfléchir aux pratiques qui permettraient de rendre l’éducation égalitaire, et de remplir donc pleinement cette fonction de l’enseignement, qui est aussi une compétence : l’éducation à la citoyenneté. Et ça tombe bien, là encore, nos ministres sont d’accord : « Notre école doit former des citoyennes et des citoyens émancipés capables de comprendre, d’interroger, voire de critiquer le fonctionnement de la société et d’exercer leur libre-arbitre ».

Voilà en résumé pour l’expérience lyonnaise. C’en est une parmi d’autres. A l’IUFM de l’Université Nice Sofia Antipolis, Karine Lambert mène aussi de nombreuses actions. D’autres le font à Toulouse, en Bretagne… Il est d’ailleurs sans doute urgent de fédérer ces actions, pour mieux les faire connaître, pour en établir en quelque sorte le catalogue. En dehors du champ universitaire aussi on travaille à la promotion de l’égalité entre filles et garçons à l’école. Je ne peux m’abstenir de mentionner le travail extraordinaire mené sur la région Rhône-Alpes par Violaine Dutrop et son association EgaliGone (pour les non-lyonnais un-e « gone », c’est un-e gosse, un-e enfant). Son slogan a d’ailleurs peut-être inspiré nos ministres. Pour EgaliGone, promouvoir l’égalité des sexes c’est « des stéréotypes en moins, des choix en plus ». Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belkacem, veulent « que les femmes et les hommes aient le choix, aient tous les choix possibles ». C’est ce qui s’appelle être sur la même longueur d’onde ! « Nous travaillons pour faire de ces innovations multiples une véritable politique » écrivent nos ministres. Nous travaillerons très volontiers à vos côtés. Pour ma part j’ai d’ores et déjà, avec Vincent Porhel, Maître de conférences en histoire à l’IUFM de Lyon, monté un projet de filière « Éducation et Genre ». Ce projet, nous l’avons adressé par courrier aux trois ministères – de l’éducation nationale, des droits des femmes et de l’enseignement supérieur et de la recherche – au début de l’été.

Bien sûr, il faut que « l’éducation à la sexualité de la maternelle à la Terminale [soit] rendue effective partout sur le territoire, dans toutes les écoles, tous les établissements ». Mais pensons-la bien : quelle éducation à la sexualité ? une éducation à quelle sexualité ? Une éducation « émancipatrice » lit-on dans l’article du Monde. Je crois que ce seul mot mérite réflexion collective.

Bien sûr il faut « abolir les violences sexistes à l’école » comme dans le reste de la société. Mais cela requiert que les résultats de recherches de collègues qui travaillent sur les violences en milieu scolaire soient rendus publics, et qu’on ne les taise pas tant on est effaré par ce que l’on découvre.

Bien sûr il faut que l’égalité des sexes soit « une valeur et une promesse de la République, en même temps qu’un objectif fondamental de l’institution scolaire » : « Nous y formerons les enseignants et l’ensemble des personnels qui concourent à l’éducation et à l’orientation des élèves, dans le cadre des Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation ». Nos propositions sont sur leurs bureaux. J’ajoute simplement un petit commentaire (d’aucun diront une petite perfidie) : l’article du Monde est signée de Najat Vallaud-Belkacem et Vincent Peillon. Manque donc la signature du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, concerné au premier chef puisque ces futures ESPE (écoles supérieures du professorat et de l’éducation), intégrées aux universités comme feu les IUFM, dépendent de sa juridiction. Car les deux signataires de ce texte ont bien raison : « Beaucoup se joue dans les premières années : la culture de l’égalité doit se transmettre au plus tôt ». Mais tout doit surtout se jouer sur le long terme, « de la maternelle à l’université », « de l’école à l’enseignement supérieur », ainsi que le précisent le sous-titre des statistiques sexuées produites chaque année par le ministère de l’éducation nationale[5].

La tâche est immense.

Notre énergie pour la mettre en œuvre l’est encore davantage.

 

 

 

 



[1] Petite mise au point efficace sur les textes législatifs sur le site de l’Académie de Lyon. Mais beaucoup de liens ne marchent pas, ce qui est à la fois dommage et révélateur (on fait une jolie politique d’affichage).

[2] « si chaque élève de primaire croisait au cours d’une année de son cursus un professeur excellent (à « haute valeur ajoutée »), le PIB du pays pourrait augmenter à terme de 2 % » peut-on lire en ligne : http://owni.fr/2012/09/18/les-profs-internet/

[3] Une étude sur l’emploi publiée par la Dares (Dares Analyses, n°69, oct. 2010) met en avant que le secteur des services à la personne est l’un des rares domaines professionnel à avoir vu l’offre de travail croître.

[4] Fassa, F., Fueger, H., Lamamra, N., Chaponnière, M. et Ollagnier, E. (2010) Éducation et formation : enjeux de genre. Nouvelles questions féministes. Vol 29 (2). 4.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *