Le langage, catégorie utile pour la lutte féministe

Il y a des hasards tout à fait étonnants. Hier (jeudi 27 septembre 2012), Cécile Dufflot a mis les choses au point à l’Assemblée nationale. Petit rappel des termes de l’échange : « ce que je sais M. Accoyer, c’est que je suis une femme. Je vous prierai donc de m’appeler Madame la ministre […] Sinon je me verrai dans l’obligation de vous appeler, Monsieur le député, avec un “a” ce qui ferait Monsieur la député. Ce serait aussi désagréable à votre égard qu’au mien ».
Au même moment, ou presque, j’avais cours devant les étudiant-e-s du Master EGALES. Sujet du jour ? Une lecture serrée du (grand) texte de Joan W. Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique »[1]. C’est long, c’est compliqué. Ce blog n’est pas le lieu pour refaire ce cours. En revanche, je me saisis de l’actualité pour commenter in extenso les deux premières phases du texte. En violet, le texte. En voir, mes commentaires…

« Ceux qui se proposent de codifier les sens des mots luttent pour une cause perdue car les mots, comme les idées et les choses, sont fait pour signifier, ont une histoire. Ni les professeurs d’Oxford ni l’Académie française n’ont été entièrement capables d’endiguer le flot, de capter et fier des sens dégagés du jeu de l’invention et de l’imagination humaine »

L’avertissement de Joan W. Scott date de 1988. De toute évidence, nos académiciens ne lisent pas les Cahiers du GRIF… La Commission générale de terminologie et de néologie écrit dans le Journal officiel (publication officielle de la République française dans laquelle paraissent les lois et les décrets) :
« …En anglais, l’emploi de “gender” dans ces expressions [gender awareness, gender bias, gender disparities, gender studies...”, toutes notions relatives à l’analyse des comportements sexistes et à la promotion du droit des femmes] constitue un néologisme et correspond à une extension de sens du mot qui signifie “genre grammatical”. […] Or, en français, le mot “sexe” et ses dérivés “sexiste” et “sexuel” s’avèrent parfaitement adaptés dans la plupart des cas pour exprimer la différence entre hommes et femmes, y compris dans sa dimension culturelle, avec les implications économiques, sociales et politiques que cela suppose. 
La substitution de “genre” à sexe ne répond donc pas à un besoin linguistique et l’extension de sens du mot “genre” ne se justifie pas en français. Dans cette acception particulière, des expressions utilisant les mots “genre” et a fortiori l’adjectif “genré”, ou encore le terme “sexospécificité”, sont à déconseiller »[2].

Évidemment, c’est la preuve que les académiciens n’ont pas saisi tout le sens du mot genre. Le problème, c’est que c’est effectivement difficile de définir le genre : le terme est polysémique. Pour comprendre le mot et ses implications il faut faire un (petit) effort intellectuel, ce que s’épargnent évidemment les nombreux journalistes qui l’utilisent à tort et à travers (sur ce point au moins je suis d’accord avec l’Académie), et notamment au pluriel. Mais je ne doute pas que cet effort soit tout à fait à la portée des membres éminents de notre Académie française.

Alors, le genre, c’est quoi ? C’est effectivement le « sexe social », une construction sociale, au contraire du sexe, qui est supposé être une réalité biologique (on pourrait discuter ce point, ce n’est seulement pas mon propos du jour). Le genre c’est aussi un « système »[3] , un « dispositif social hiérarchique qui produit une différenciation sexuelle binaire et par suite des attributs sexués spécifiques »[4]. Compris ? « Genre », c’est un terme subversif. Utiliser le terme c’est dire que non seulement les sexes sont différents, mais encore qu’ils ne se valent pas (aux yeux du monde, hein, pas intrinsèquement, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit). Françoise Hériter appelle ça la « valence différentielle des sexes » : un ensemble de pensée organisé en un système binaire de représentations dont l’un des pôles (le masculin) vaut plus que l’autre (le féminin), et qui « s’exprime concrètement dans une hiérarchie uni-orientée qui implique, pour se maintenir, la domination masculine »[5].

Nos chers académiciens ont donc raison sur un point, il est déplorable de constater que « ce terme est souvent employé pour désigner exclusivement les femmes ou fait référence à une distinction selon le seul sexe biologique »[6]. Notez toutefois que je ne pense pas le déplorer pour les mêmes raisons qu’eux…
Mais trêve de perfidie. J’ai assez taquiné l’Académie. Venons-en donc maintenant à la question de la féminisation des noms de métiers, des fonctions, etc. D’abord, c’est un vieux débat qui ressort une fois de plus. Sur ce point, je vous renvoie à une ressource en ligne de qualité : « Madame la Ministre ». La féminisation des noms en dix questions[7], qui revient notamment sur l’origine de la polémique, à la fin des années 1990 d’après ce document (la décision, prise lors du conseil des ministres du mercredi 17 décembre 1997 de féminiser les appellations des emplois administratifs). Donc, ça fait un moment qu’on en parle de cette histoire. Et comme j’ai la mémoire assez longue, je ferai même remonter l’origine du débat encore plus loin, en 1984[8]. À cette date, Yvette Roudy, alors ministre des Droits de la Femme (appellation d’époque sur laquelle je ne m’étendrai pas cette fois-ci) met donc en place une commission de terminologie chargée de la féminisation des noms de métier et de fonction. Alors pourquoi diable nous bassine-t-on encore avec ces histoires ? Pourquoi Madame Dufflot réclame-t-elle toujours cette féminisation, qui ne vient pas ? La revendication paraît bien anecdotique. Allez, les filles, quoi ! on s’en fout de féminiser les noms de fonctions. On sait que vous pouvez (voulez !) tout faire. Mettre des « e » partout, ça gêne la lecture, ça alourdit le texte. Ne soyez pas si susceptibles ! La réaction de M. Acoyer à l’Assemblée le montre bien : quand on féminise un mot, on déclenche au mieux l’hilarité (croyez-en mon expérience personnelle, j’en ai fait marrer quelques-uns en leur déclarant que je suis « maîtresse de conférences »), au pire l’agacement (ça va, on a mieux à faire que de s’enquiquiner la vie avec ces mesures accessoires. M. Acoyer s’est contenté de lever les yeux au ciel. Agacement ?
Hélas, c’est oublier que le langage a des vertus performatives. Exemple : à la fin de la cérémonie de mariage civil, Monsieur le (ou Madame la) Maire dit : « je vous déclare mari et femme »[9]. Et c’est ce qui fait advenir le changement de statut des fiancés en mariés. C’est oublier que la subtilité du vocabulaire est indispensable pour saisir la réalité dans toutes ses subtilités. Chez les Inuits, le nombre de racines évoquant la neige, ou quelque chose ayant trait à la neige, s’élève à 24, de sorte que les vastes étendues neigeuses peuvent ne pas leur paraître définitivement monotones : ils ont les outils conceptuels, langagiers, pour en dire et donc en saisir les infimes variations. Et bien pour les noms de fonction et de métiers, c’est la même chose. Comment envisager de s’orienter vers tel ou tel métier si le mot pour le dire n’existe pas. Impossible de s’envisager « pompière ». De même, il paraît difficile de vouloir être « sage-femme » quand on est un jeune homme. Et ça, Yvette Roudy l’avait bien compris, en 1984 : le but avoué de la création de sa commission de terminologie c’est bien « l’accession des femmes de plus en plus nombreuses, à des fonctions de plus en plus diverses ».
Cécile Dufflot n’a rien fait d’autre que de démasquer le masculin derrière le prétendu neutre universel. Et en légitimant l’utilisation du terme « ministre » au féminin à la tribune, elle ne fait rien d’autre que de souligner que, oui, il y a des femmes ministres, qu’elles sont des ministres ET des femmes (ce qui les autorise, par exemple, à venir en jupe à l’Assemblée…), qu’on peut être les deux. Comme on peut être femme et bien d’autres choses (en fait, on peut même être tout ce qu’on veut, Mesdames). C’est la raison pour laquelle je pense qu’on peut le dire : le langage est une des armes de la lutte féministe.
 
 


[1] Joan W. Scott, « Genre : catégorie utile d’analyse historique », in Le Genre de l’histoire. Cahiers du GRIF, printemps 1988, p.125-153. En ligne.
[2] L’avis de la commission générale de terminologie et de néologie sur l’usage de mot « genre ». Paru dans le Journal officiel, n°169, 22 juillet 2005. En ligne : http://www.education.gouv.fr/bo/2005/34/CTNX0508542X.htm [Consulté le 28 septembre 2012]

[3] Lorena Parini, Le système de genre : introduction aux concepts et théories, Zurich, Seismo, 2006, 129 p.

[4] Laurence Tain, « Le genre à l'épreuve des techniques de reproduction : des évidences aux turbulences », Preconceito de gêneros na tecnociência. ST 48. En ligne [Consulté le 28 septembre 2012]
[5] Françoise Héritier, Masculin-féminin. II. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 215.
[6] Journal officiel, n°169, 22 juillet 2005.
[7] http://www.ciep.fr/chroniq/femi/femi.html
[8] OK, je le reconnais, j’étais trop jeune, je ne m’en souviens pas, mais je suis historienne… donc je sais chercher dans les archives, ce qui m’aide à avoir la mémoire plus longue que longue !
[9] Jusqu’à nouvel ordre et qu’on puisse aussi entendre en mairie : « je vous déclare mari et mari » ou « femme et femme ».


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Actualités / News, Humeur, Langue. Bookmark the permalink.

9 Responses to Le langage, catégorie utile pour la lutte féministe

  1. julien says:

    il me semble que l'illustration nous montre une ministre en robe (et non pas en jupe) à l'assemblée (de toute manière le port du pantalon est interdit par la loi aux personnes qui sont considérées par l'état civil -entre autre- comme des femmes). Erreur de terminologie ou erreur d'illustration ?
    [H.S.] je me languis encore de voir Valls en jupe (voire en robe) à l'assemblée, ce qui n'est pas interdit par la loi...

    • Abd Salam says:

      Pas exactement, en fait, puisqu'il faut respecter la formulation exacte de la loi sans retrancher ni ajouter quoi que ce soit...

      la loi interdit aux femmes de s'habiller en homme.
      C'est-à-dire, que la loi interdit aux femmes de revêtir des vêtements destinés aux/conçus pour les hommes.
      Conséquence : les femmes peuvent porter des... pantalons pour femmes.

      Bien évidemment, que les hommes qui ont rédigé cette loi voulaient interdire entre autre et surtout le port du "pantalon"... étant entendu qu'à cette époque, le "pantalon" était par définition un vêtement d'homme.

      Mais je vois mal aujourd'hui un homme osait porter un pantalon taillé pour le corps des femmes, selon les critères de la mode d'aujourd'hui "taille basse"... voir notamment, carrément un "slim", ou un legging, tiens ?

  2. Pingback: Une vieille question transparente : langue et genre | Espaces Réflexifs

  3. Clin d'oeil aussi à "ma prof"...heureuse de voir qu'un petit Tweet a pu donner naissance à un si bel article :-)
    Vivement le prochain cours!

  4. Par pur hasard, mais je crois que vous ne croyez pas aux hasards, hier sur France Culture, dans l'émission de Sylvain Bourmeau, "la suite dans les idées", l'invitée était justement Joan Scott.
    Voici le lien vers le podcast : http://www.franceculture.fr/emission-la-suite-dans-les-idees-joan-w-scott-historienne-feministe-americaine-2012-09-29#.UGbUi44NK0o.twitter
    Elle s'exprime dans un français parfait. Vous apprécierez son usage de "consextualisation"...Lapsus digital

  5. Abd Salam says:

    A noter qu'en "bon" français, on peut dire "Madame le ministre" ou "Madame la ministre", mais que les deux formules n'ont pas un sens équivalent.
    La première est une expression pompeuse, qui signifie "je ne m'adresse pas à vous, la personne face à moi, mais à l'institution derrière vous" ; comme si les institutions étaient indépendantes de toutes contingences humaines, un peu comme si on vivait dans un monde d'objectivité parfaite.

    La seconde expression signifie : je m'adresse à vous, la personne qui assume la charge de Ministre -et je vous reconnais en tant que tel : la Ministre-.

    C'est dire à quel point, on se moque des femmes, quand on veut imposer les "Madame le juge" ou "Madame le directeur", etc.

  6. Jacques Bolo says:

    Une vertu performative du langage, c'est aussi ce qu'on appelle la méthode Coué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">