« Être une fille, être un garçon dans la littérature de jeunesse (1970-2012) », par Marine Bouiller

Marine Bouiller, bibliothécaire à la BUFM de Lyon, s’est rendue à Bordeaux le 17 octobre dernier pour participer à la journée d’étude intitulée « Être une fille, être un garçon dans la littérature de jeunesse (1970-2012) ». Cette journée fait suite à la rencontre du 13 octobre 2011, qui portait quant à elle sur la période 1945-1970 (prog_litterature_jeunesse). Le programme de la rencontre est à consulter en ligne (annonce_journee_2_filles_garçons)

Elle nous livre son compte-rendu de cette journée, qui a l’air d’avoir été passionnante.

———————————————————————————————————

9 interventions étaient prévues, 8 ont été réalisées (S. Cromer, absente, a envoyé son texte, lu par G. Béhotéguy)

La journée a été présentée par Christiane Connan-Pintado, une des organisatrices : cette Journée d’étude fait partie du programme de recherche Generatio de la MSHA (Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine), « La construction des jeunes générations en Europe (XIXe-XXIe siècles). Formes d’organisation et mobilités. Modélisation(s) et perspectives comparées”. Elle est la seconde d’un cycle de 4 journées d’étude sur la littérature de jeunesse, de 2011 à 2014.

Les documents étudiés appartiennent à plusieurs genres (roman, poésie, album, bande dessinée) et s’adressent à des publics divers, des jeunes enfants aux adolescents.

 On peut noter une moindre représentation du féminin dans les albums pour la jeunesse (S. Cromer) et lorsque celui-ci apparaît, il est synonyme de caractères stéréotypés (matérialisation des traits physiques, des vêtements). Le masculin est hégémonique, la parité n’est jamais atteinte. Les filles circulent plus dans des espaces privés et les garçons dans des espaces publics, tandis que les mères sont majoritairement représentées dans les relations parents-enfants (cuisine, soin…)  –  les pères le sont surtout en situation de jeu.

Dans deux séries « pour les filles » étudiées par J.-F. Massol, Danse et Les colombes du Roi-Soleil, on peut noter une dimension documentaire. Elles fonctionnent sur des stéréotypes mais proposent des figures identificatoires positives.

L’intervention de C. Boutevin portait sur : « Féminin / masculin dans deux recueils poétiques pour la jeunesse de David Dumortier », dans laquelle elle met en parallèle la réception de ces deux recueils, La Clarisse, et Mehdi met du rouge à lèvres, par la critique. Celle-ci s’est peu penchée sur les aspects surprenants et non stéréotypés de ces ouvrages, ainsi que sur les valeurs esthétiques (l’aspect littéraire est peu abordé, contrairement aux valeurs éthiques comme la tolérance).

C. Détrez a réalisé une très intéressante enquête sociologique sur la réception des mangas par les adolescents, dont elle a publié les résultats dans Les mangados: lire des mangas à l’adolescence, paru en 2012 aux éditions BPI du Centre Pompidou, dans laquelle sont prises en compte les différences filles-garçons, les différences d’âge et de milieu social. On observe des pratiques spécifiques selon les variables évoquées ci-dessus. On peut noter une forte relation genre sexué/genre éditorial (typologie des mangas : les shojos sont destinés aux filles adolescentes, les shonen aux garçons adolescents, les josei aux jeunes femmes, les seinen aux jeunes hommes).

Ce qu’aiment les garçons : « le tabassage ». De nombreux lecteurs ont commencé par des séries au long cours où le personnage grandit parfois, comme Naruto, puis poursuivent par les seinen. La masculinité présente dans ces mangas est fondée sur la violence, quel que soit l’âge et le niveau social. Formule de Pierre, 17 ans : « pour les filles, un peu d’action, beaucoup d’amour, pour les garçons, un peu d’amour, beaucoup d’action ». Certains garçons lisent des shojos, mais ne doivent surtout pas en parler, ou en parlent en entretien sociologique par des biais comme le rire, ils n’en achètent pas, les lisent en librairie ou en empruntent. La masculinité fondée sur l’intelligence et la sensibilité est plutôt l’apanage des lycéens de milieu favorisé (par exemple, le développement d’une réflexion philosophique à partir de Death note). Les combats psychologiques des héros avec eux-mêmes sont peu appréciés des jeunes de milieux populaires. L’ultime tabou pour les garçons est le yaoi (sous-genre du josei, romance sexuelle entre hommes).

Pour les filles de milieu favorisé, il ne faut pas dire qu’on aime les shojos – comme il ne faut pas dire qu’on aime les chanteuses de variétés. Elles disent qu’elles lisent des shonens ou des yaoi, ces derniers leur permettant un accès à la romance sans stigmatisation due à la lecture des shojos à l’eau de rose.

Dans « Figures féminines de l’adolescence maghrébine dans la littérature de jeunesse migrante », A. Schneider étudie les romans de Leïla Sebbar et ceux de Jeanne Benameur, dans lesquels les problématiques identitaires des filles sont les mêmes que celles des garçons, mais avec un aspect genré qui rend encore plus difficile leur cheminement. On trouve des correspondances chez les deux auteurs, comme l’importance de la structure gémellaire (deux sœurs, deux amies), ou le thème des vierges folles versus les vierges sages – se traduisant par une sexualité « interdite » avec un Français ou au contraire la négation de son corps, ainsi que le thème central des échanges écrits, symbole de la libération des femmes, passées de l’oral à l’écrit, l’amour étant aussi une voie libératrice pour ces héroïnes.

On peut mettre en regard l’intervention de M.Aronsson, sur les « Représentations de la masculinité dans les premiers romans de Faîza Guène ». La masculinité est assez problématique dans ces récits, dans lesquels on trouve trois personnages types, l’intégriste musulman, le raté, le mec light.

L. Bazin a présenté de nombreux romans pour adolescents sur le thème fascinant de l’androgynie. Il a abordé cinq points : l’attirance pour la dualité, la tentation de l’angélisme, l’androgynie comme vertige ou les mirages du virtuel, l’androgynie comme révolte ou le refus des automatismes et l’androgynie comme révolution ou le traité du vrai combat. Pour lui, l’indifférenciation est le signe d’un malaise, voire d’un mal-être, mais aussi de révolte. C’est la figure même de l’utopie, le temps de l’ambivalence où tout est possible.

Dans « De Vendredi ou la vie sauvage à The island : castaway. Place des pratiques culturelles  sexuées dans les productions écrites de CM2″, L. Perret et E. Paradossi ont étudié le transfert de la réception à la production, à travers un roman pour la jeunesse et un jeu vidéo. Les pratiques sexuées sont très marquées, quel que soit le support initial : chez les garçons dominent l’affrontement, la mort violente et la fondation de famille, chez les filles, le rapport à l’animal (maternant), l’amour, et la cuisine/les aliments.

Enfin, dans « Les albums contre-stéréotypés au stade critique du développement de l’identité de genre. Impacts en contexte scolaire de lectures offertes en fin de maternelle », de C. Morin-Messabel et S. Ferrière, on peut observer notamment qu’une réécriture de l’histoire a lieu par les enfants à qui la fin ne plaît pas (les filles), que les filles sont beaucoup plus loquaces que les garçons lorsqu’on les interroge sur une histoire dont le personnage principal  est une fille, qu’aucun garçon n’a représenté le héros avec son amoureuse après la lecture de Longs cheveux, alors que 66% des filles l’ont fait… Bref, que les stéréotypes sont déjà intégrés en grande section de maternelle, alors que l’exposition à des albums stéréotypés a des conséquences à long terme, notamment en terme d’estime de soi.

Pour conclure, il apparaît à travers ces différentes interventions que les stéréotypes sont présents dès le plus jeune âge. Mais quels modèles sont proposés aux enfants et adolescents dans la littérature pour la jeunesse ? Les personnages masculins sont toujours majoritaires et dans des situations les valorisant plus que les personnages féminins.

Même si on peut noter l’émergence de nouvelles maisons d’édition essayant de combattre les stéréotypes et d’auteurs féminins en nombre plus important, ne vaudrait-il pas mieux que les personnages, tant féminins que masculins, soient présentés de manière égale, comme cela semble être le cas dans la littérature pour la jeunesse scandinave ?

Pour un complément d’information, on peut consulter le site des éditions Talents Hauts ou encore celui de l’association Adequations, qui propose un livret sur la littérature de jeunesse non sexiste à télécharger d’urgence : LivretLitteratureNonSexisteAdeq


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *