Petite réponse au plaidoyer de Silvestre Baudrillart pour la non-mixité

Dans un précédent post, je m’étais interrogée sur l’auteure d’une tribune défavorable à l’introduction des problématiques de genre dans l’enseignement (c’est à lire en ligne pour celles et ceux qui auraient raté cet épisode). Tout récemment, le 23 octobre dernier, le même site, Veille Education, a de nouveau diffusé une tribune qui développe un argumentaire contre la mixité (c’est à consulter en ligne également). Certains de mes lecteurs m’y ont incitée, et en fourbissant mes arguments je me sens un peu comme Obélix qui voit avec délectation arriver une phalange de soldats romains. Jubilation… Attention, ça va saigner ! « La non-mixité : une vraie liberté », le titre a le mérite d’annoncer clairement la couleur. Le chapeau de l’article précise : « La non-mixité est une formidable chance à offrir aux jeunes. Pourquoi est-elle si ignorée actuellement ? ». Que répondre à ce type d’argumentation qui semble avoir le vent en poupe, et ce depuis un sacré moment déjà ? J’y ai réfléchi, et voici le résultat. Comme dans d’autres post, en violet le texte original, en noir mes commentaires. Pour commencer, disons simplement que, NON, la non-mixité n’est pas « ignorée actuellement » : depuis plus d’une décennie déjà Miche Fize défend ces positions (son livre intitulé Les pièges de la mixité scolaire est paru en 2003). En janvier de la même année, Le Monde de l’éducation a largement relayé ces prises de positions dans un dossier intitulé « Il faut sauver les garçons ».  

A. DE BONNES RAISONS DE S’INTERROGER SUR LA MIXITÉ

1) Un jour, en 1975, il fut décidé que les établissements seraient mixtes… souvent pour faire des économies.

C’est partiellement vrai, … donc partiellement faux. Il est effectif que la mixité des sexes devient la règle  à l’école en 1975, en vertu de la loi Haby qui prévoit la mise en place d’un « collège pour tous », ou « collège unique », dans la lignée de l’« école pour tous ». C’est indéniablement une grande loi pour la démocratisation de l’accès aux études secondaires, qui consacre la gratuité des études au collège, une démocratisation d’autant plus indispensable que l’âge légal de la fin d’obligation scolaire est de 16 ans depuis 1959. C’est surtout la loi qui instaure la mixité des sexes à l’école sans jamais en lâcher le nom. La loi dit seulement que « Tout enfant a droit à une formation scolaire qui, complétant l’action de sa famille, concourt à son éducation », sous-entendu « quel que soit son sexe ». Ce ne sont que les décrets d’application de cette loi qui instaurent effectivement une mixité des sexes qui existe de fait dans de nombreux établissements depuis un certain temps déjà pour des raisons pratiques. Un enseignement primaire féminin existe en France depuis 1826. La loi Camille Sée de 1880 consacre la création d’un secondaire laïque pour elles (avec des programmes spécifiques : ni latin, ni grec, ni philosophie et en 5 ans au lieu de 7 pour les garçons qui sont les seuls à pouvoir prétendre passer le Baccalauréat et entrer à l’université). Les lois Ferry de 1881-1882 instaurent un enseignement primaire obligatoire et public pour les deux sexes et, de fait, les petites communes qui n’ont pas les moyens de dédoubler les établissements pour faire en sorte que filles et garçons fréquentent respectivement les bancs de deux écoles différentes mettent, par pragmatisme, les élèves des deux sexes dans une seule et même classe. Ce n’est donc pas ce pauvre René Haby, ministre de l’Éducation nationale en 1975, qu’il faut accuser de pingrerie, mais les élus locaux de la fin du XIXe siècle, soucieux de ne pas grever le budget éducation de leurs petites communes pour entretenir la ségrégation scolaire. Je sais, je chipote, mais… faut pas me chercher ! Par ailleurs c’est en 1957 (vous avez bien lu, pas « 1975 ») qu’une circulaire le proclame : « La crise de croissance de l’enseignement secondaire nous projette dans une expérience que nous ne conduisons pas au nom des principes (par ailleurs fort discutés) mais pour servir les familles au plus proche de leur domicile ». En l'occurrence le principe « fort discuté » c'est celui de mixité. À l’époque le ministre de l’Éducation nationale s’appelle René Billères. Laissons-donc René Haby tranquille. La mixité s’impose largement en lien avec la nécessité de scolariser un nombre croissant d’élèves : c’est la faute au baby-boom pas la sienne ! Ce sont donc bien des motifs économiques qui conduisent à instaurer la mixité dans les établissements scolaires. Tant en 1957 qu’en 1975, il faut faire face à la crise de croissance de l’enseignement. Comme le souligne la loi d’orientation de 1989, il y a absence d’un réel projet social et politique concernant la mise en œuvre de cette mixité donc et c’est important à souligner, la mixité a été décrétée mais n’a jamais été pensée. A mon avis, c’est là le problème : j’y reviendrais. Mais on peut d’ores et déjà le dire : ce n’est pas parce qu'aucun projet politique et social n'existe initialement derrière le principe de mixité qu’il doit en être ainsi définitivement...

2) Dans les collèges mixtes, en récréation, le groupe des garçons et celui des filles continuent à être séparés.

C’est vrai (je n’arrête pas de donner raison à Silvestre Baudrillart), mais là encore je dis « la faute à qui ? ». Au système scolaire ? Certainement pas. Si filles et garçons ne mettent pas en œuvre une mixité réelle dans les activités qui sont les leurs dans la cour de récréation il faut sans doute y voir le résultat d’une socialisation différenciée qui est mise en œuvre pour les unes et pour les autres dès leur plus jeune âge (jetez donc un coup d’œil dans les catalogues de jouets qui arrivent en ce moment massivement dans vos boîtes aux lettres). Sur ce point, je vous recommande, ainsi qu’à Monsieur Baudrillart, la lecture de l’excellent ouvrage d’Anne Dafflon-Novelle, Filles, garçons. Une socialisation différenciée. Si je suis le raisonnement de Monsieur Baudrillart jusqu’au bout cela donne : filles et garçons sont socialisés très différemment très précocement, par conséquent ils ont de la peine à interagir harmonieusement, notamment dans la cour de récréation (Sylvie Ruel a travaillé sur ce cadre spécifique de la cour de récréation pour celles et ceux que ça intéresse), donc il faut les séparer et consacrer la ségrégation sexuée qui est à l’œuvre de fait dans les cours de récréation. Le but de la manœuvre serait, par la ségrégation, d’éduquer au vivre ensemble. J’ai raté un truc, j’ai mal compris, ou alors c’est pour le moins paradoxal (voire contre-productif) comme proposition ?

3) La mixité n’est pas l’égalité homme-femme. On en est même encore très loin ! Cela veut peut-être dire qu’on s’est trompé de route.

Bon sang, dois-je commencer à m’inquiéter ? Là encore, nous sommes d’accord avec Monsieur Baudrillart. La mixité ne génère pas spontanément de l’égalité. On le dit, on le répète, en dépit du fait que, depuis la loi d’orientation sur l’école de 1989, dite « loi Jospin », la mixité est supposée remplir cette fonction éducative : « les écoles, les collèges, les lycées et les établissements d’enseignement supérieure contribuent à favoriser l’égalité entre les hommes et les femmes ». Il ne suffit pas de les proclamer pour que les choses adviennent. Il ne suffit pas de souhaite que mixité rime avec égalité des sexes pour que ça marche. En revanche, il est certain qu’une situation de non-mixité ne permettrait pas mieux de promouvoir l’égalité des sexes, au contraire. Le retour à la ségrégation scolaire, la promotion d’un enseignement différencié selon les capacités (prétendument innées) de chacun des deux sexes, ne ferait que renforcer les stéréotypes. Nous sommes toujours très loin de l’égalité homme-femme. Au passage, je note, sarcastique, que notre auteur envisage « homme » et « femme » au singulier : on ne saurait mieux dire combien il se place dans une perspective essentialisante qui naturalise les différences entre les sexes. Monsieur Baudrillart a raison (27 % de différence entre les salaires masculins et féminins, une répartition des tâches domestiques encore très inégalitaire, j’en passe et des meilleures). La non-mixité ne me paraît toutefois pas être une mesure propre à changer positivement cet état de fait. En revanche, il paraît sans doute nécessaire de s’interroger sur les attitudes valorisées par notre système scolaire français (dont la passivité et le conformisme, ce qui fait une grosse différence entre notre système et ce qui se passe par exemple dans les classes outre-Atlantique). De même, il semble nécessaire de changer les valeurs de la masculinité : et si on éduquait davantage les petits garçons à la collaboration et moins à la recherche de l’agonisme ? Je suis prête à parier qu’ils réussiraient mieux dans l’école mixte (et que l’équilibre des sexes en serait aussi bouleversé, dans le bon sens !). À moins bien sûr que Monsieur Braudillart ne préfère que l’école promeuve le conformisme, ce qui est effectivement sa position. Nous l’allons montrer tout à l’heure…

Dès lors, que nous nous soyons trompé en cours de route, je n’en doute pas non plus (on est toujours d’accord, Monsieur). C’est sur la question des remèdes à apporter au mal que nous divergeons, avec Monsieur Baudrillart. Je suis pour ma part convaincue que c’est parce la mixité n’a pas vraiment été pensée, mais plutôt décrétée, qu’elle ne produit pas les effets attendus. Dès lors, faut-il en finir avec la mixité ? Ce serait dommage de préférer la mise à mort à toute forme de thérapeutique. Je suis de ces indécrottables optimistes qui estiment qu’il faudrait peut-être commencer par réfléchir la mixité, avant de la jeter aux orties.

4) A l’âge du collège, le garçon est souvent plus petit que la fille, et son niveau scolaire est inférieur. Sur 100 jeunes en échec scolaire, pourquoi y a-t-il 70 garçons ?

J’aimerais que nous précisions deux choses. D’abord, y a-t-il un rapport entre la petite taille supposée des garçons par rapport aux filles et leur moindre réussite scolaire ? Sans doute pas mais, comme j’adore être de mauvaise foi, je vais faire comme si… Donc, Monsieur Baudrillart, croyez-moi : qui dit différence de taille ne dit pas différence de capacités intellectuelles. Certes, on a longtemps dit que, filles et garçons n’ayant pas des cerveaux de même taille, ils avaient des capacités d’apprentissage différentes (et pour être plus claire que les filles, ayant un moindre volume crânien, étaient moins intelligentes). Le problème c’est que, dans le cas présent, c’est la situation inverse que l'on rencontre. Pourquoi ? Les garçons sont plus petits que les filles au collège. Ils ont par conséquent une boîte crânienne moins développée que leurs camaradEs, et donc un cerveau de plus petite taille, d’où l’on pourrait déduire qu'ils sont moins intelligents. CQFD ! Mais cela ne les empêche pas d’apprendre. Il n’y a aucun rapport entre taille globale, volume cérébral et capacité d’apprentissage. La preuve ? Au terme de leur croissance les femmes ont, en moyenne un cerveau dont le volume est moindre que celui des hommes (1022 cm3 conte 1113 cm3 en moyenne pour les hommes), et cela ne les empêche pas de mieux réussir dans leurs études. Si 70 % des jeunes en échec scolaire sont en échec à l’heure actuelle, ça n’est pas à cause de cette histoire de taille.

J’en viens donc au second point de ma réponse : si les garçons échouent plus que les filles c’est parce que les idéaux de la masculinité hégémonique entrent en contradiction avec les principes qui permettent de réussir à l’école. Exemple : « tu seras un homme, mon fils, si tu prends des initiatives et si tu sais, avec audace, te mettre en avant et désobéir pour permettre à ta brillante personnalité de s’exprimer pleinement ». Dans des classes où l’on préfère globalement le conformisme, parce que gérer 35 individualités brillantes et bruyantes c’est coton, les garçons souffrent, forcément. Mais qu’on se rassure, les filles aussi souffrent, parce que l’injonction au conformisme est aussi mal vécue par elles, même si elles sont davantage dressées (pardon, « éduquées ») à s’y soumettre. Par ailleurs, on sait aussi que créer des classes de niveau ne permet pas de faire mieux progresser les élèves : les bons avec les bons ne sont pas meilleurs et les mauvais avec les mauvais n’apprennent pas mieux non plus. Pourquoi vouloir traduire en ségrégation sexuée un principe qu’on n’applique pas (plus) par ailleurs ?

Plus loin, Silvester Baudrillart précise les vertus de l’éducation non-mixte : 14) Dans une classe non-mixte, un garçon sait qu’il peut être le premier ; une fille sait qu’elle a le droit d’être forte en maths… Développons les présupposés qui sous-tendent cette affirmation, pour mieux les critiquer.

Si les garçons ne sont pas premiers en contexte de mixité, c’est parce qu’ils se l’interdisent, parce qu’être le premier, c’est « un truc de fille » (voire de « pédé »). En contexte de non-mixité, cet écueil serait levé (par la force des choses, y’a plus de fille pour être première, donc c’est un garçon qui s’y colle…). Voilà qui me paraît contestable à différents niveaux. D’abord, il n’est pas sûr que la réussite scolaire soit moins un « truc de fille » en contexte non-mixte. Si la socialisation différenciée persiste à être ce qu’elle est aujourd’hui, conduisant les garçons à devoir adhérer à des idéaux de masculinité qui entrent en contradiction avec ce que l’on attend du bon élève, la réussite scolaire ne s’accordera pas mieux au masculin. Et par ailleurs, Monsieur Baudrillart raisonne sur la base de la différence des sexes (et sur une bicatégorisation qui n’est pas questionnée, faut pas trop en demander non plus), jamais sur la notion d’identités (pluriel qui peut vouloir plus de deux) genrées. Relisons le Petit Nicolas. Le premier de la classe, Agnan, correspond à un modèle de masculinité qui n’est pas exactement conforme à celui de la masculinité hégémonique. La masculinité, comme la féminité, doit se penser au pluriel, n’en déplaise à Monsieur Baudrillart, et la figure du premier de la classe, fût-elle incarnée par un garçon (en l’occurrence Agnan) n’en demeure pas moins un repoussoir…

Deuxième présupposé, en contexte non-mixte les filles s’autorisent à être bonnes en maths, c’est donc que la présence de garçons le leur interdit en contexte de mixité. Là encore, il y a matière à contester : si les élèves construisent un rapport sexué aux savoirs, ce n’est pas la faute de leurs condisciples, mais de leurs enseignant-e-s, et avant elles/eux de leurs parents et autres adultes qui se chargent de leur inculquer qu’il y a deux sexes, qu’ils sont essentiellement différents et qu’ils ont respectivement des compétences différentes (voire antagonistes : être bon-ne en maths ET en français, non mais vous n’y songez pas !). Il est vrai que les filles s’interdisent d’une certaine façon d’être bonnes en maths. Les travaux sur la menace du stéréotype le montrent bien. Mais c’est le stéréotype qui menace et qui s’actualise dans les (contre) performances des élèves filles et garçons, pas les élèves eux/elles-mêmes. Pour celles et ceux qui veulent en savoir plus, c’est par là.

5) Pourtant, les filles sont moins valorisées, moins interrogées, en milieu mixte.

On est encore et toujours d’accord. Les filles sont moins interrogées (globalement, les garçons obtiennent plus ou moins les deux tiers du temps de parole). Les interactions pédagogiques entre l’enseignant-e et les élèves varient aussi en qualité selon le sexe des élèves (les filles sont davantage assignées à des tâches de restitution de connaissances quand les garçons sont placés en situation d’en créer). Mais là aussi, c’est parce que les enseignant-e-s l’ignorent le plus souvent qu’ils et elles persistent à avoir des comportements générateurs d’inégalités sexuées en classe. La solution, ça n’est certainement pas la non-mixité, mais la formation des enseignant-e-s à la mise en œuvre d’une mixité égalitaire.

6) Si la maturité n’est pas la même, pourquoi s’étonner que les filles soient premières de classe en milieu mixte ? Quelle injustice pour les garçons ! Et quel ennui pour les filles…

Là, Monsieur Baudrillart se contente d’enfoncer le clou sur lequel il a commencé à taper à l'argument 5. Mais quand on sait qui est ce monsieur (voir à la fin de ce post, je crée le suspense...), on ne peut qu’être indigné devant tant d’hypocrisie. Il se présente comme le chantre d’un épanouissement mon-mixte de chacun des deux sexes, quand le profond sexisme qui imprègne sa pensée ne le conduit à être favorable, en fait, qu’à l’épanouissement des garçons et au maintien de la domination patriarcale.

7) Et la maturité affective ? Les garçons sont encore enfants, quand les filles sont déjà femmes.

Pauvres petits garçons. Protégeons-les de ces petites femmes délurées. Ah ! ah ! je vois poindre la peur de la Femme, tentatrice, et la question de la chair (qui appelle celle de l’éducation à la sexualité). Est-ce à dire que les garçons réussissent moins bien à l’école parce que les filles, devenues précocement femmes, leur mettent sous le nez des atouts qui perturbent leurs capacités d’apprentissage ? Si c’est l’idée, je réponds en 2 points :

  • Nous vivons dans un monde qui met en permanence en avant les « atouts » de la féminité (enfin, d’une féminité sexy et dénudée). C’est peut-être plutôt dans les publicités qui étalent les corps féminins en grand dans nos abribus qu’il faut voir un problème.
  • Il serait heureux de demander à nos « ancêtres » éduqués en cadre non-mixte si cela les empêchait de fantasmer la chose. Peut-être même que l’absence de filles les conduisait à fantasmer davantage encore.
  • Si les filles sont précocement des femmes c'est aussi à cause de l'hypersexualisation auquel on les enjoint de plus en plus jeunes (voir un précédent post), et là encore, ça n'est tout de même pas de leur faute, bon sang !

Plus loin Monsieur Baudrillart y va plus franchement. 12) Dans un collège ou un lycée non-mixte, pas d’histoire d’amour en classe. Autant dire que l’amour pose problème, ce qui se discute. Et puis, affirmer qu’en situation d’homosexuation (une autre manière de dire « environnement non-mixte ») il n’y a pas d’histoire d’amour, c’est nier l’existence même de l’amour homosexuel. Allez, et si on ajoutait un brin d’homophobie en plus du sexisme généralisé dans l’argumentaire de Monsieur Baudrillart ?

Et d’enchainer : 13) Mais quelle intensité dans l’amitié ! Un groupe de garçons, ou de filles, c’est le pur bonheur, et ce sont des amis que l’on gardera toute sa vie. Là encore, on peut réagir à différents niveaux. D’abord, il semble que cela revienne à dire qu’on ne peut avoir d’ami-e-s qu’identiques, autant que possible, à soi : les filles avec les filles, les garçons avec les garçons, les riches avec les riches, les noirs avec les noirs… Mais, oups, je m’égare ! Cela dit, et même si je fais un peu de provocation, je m’interroge. D’où sort cette idée qu’on noue dans un groupe homogène des relations d’amitié dont l’intensité est inégalable ? Là encore, on ne peut pas dire que notre défenseur de l’école non-mixte prône des valeurs d’ouverture à l’Autre, qui sont pourtant essentielles à l’intégration de la notion de « vivre ensemble », sans laquelle il ne saurait y avoir de République. L’école républicaine, c’est celle de l’ouverture à l’Autre. Mais en fait, je crois qu’on touche là le cœur du problème : l’école défendue par Silvestre Baudrillart, ça n’est pas l’école républicaine, justement…

B. ON TRAVAILLE MIEUX DANS LA NON-MIXITÉ

Cela reste à prouver, pour la bonne raison que cela fait longtemps, longtemps (cf. plus haut) qu’on ne travaille plus en cadre non-mixte en classe. Quand la non-mixité existe, c’est le plus souvent dans des établissements d’élite, du coup c’est difficile de savoir si on travaille mieux parce qu’on est dans un entre-soi sexué ou dans un entre-soi social.

Dans une classe seulement de garçons, ou de filles, il est plus facile pour le professeur de trouver des centres d’intérêt communs.

Alors là, je commence à ne pas être d’accord du tout avec Monsieur Baudrillart, car que nous dit-il implicitement ? Que les filles ont des intérêts communs (de filles), et les garçons des intérêts communs (de garçons). Et là je dit NON, parce que cela revient tout simplement à naturaliser la différence des sexes et des centres d’intérêts des unes et des autres à partir de ce qui ressort de l’analyse des goûts de la majorité des unes et des autres. Là où je dis « socialisation différenciée », Monsieur Baudrillart dit « goûts innés » (pour les maths quand on est un garçon, pour la littérature quand on est une fille, et pourquoi pas pour le bricolage versus la vaisselle, ou le pouvoir versus la soumission  tant qu’on y est ?!). C’est grave, Monsieur, de prétendre ériger des rapports stéréotypés aux savoirs en politique d’éducation.

9) Même la pédagogie du professeur, sa façon de s’adresser aux garçons et aux filles, les manières de travailler en classe seront différents.

C’est vrai, je l’ai déjà dit plus haut. Mais éduquer filles et garçons séparément ne conduirait qu’à installer définitivement ces différences. La suite logique c’est quoi ? Mettre des enseignantEs devant les élèvEs, et des enseignants devant les élèves. Alors que former les enseignant-e-s à une mixité génératrice d’égalité entre les sexes donne un résultat plus positif à terme car, cela ne vous aura pas échappé, les élèves sont voués à sortit un jour de l’école, pour prendre leur place (le mieux possible) dans une société… MIXTE ! Et si on les y préparait ?

10) Les garçons, entre 10 et 16 ans, recherchent des modèles masculins ; et les filles, des modèles féminins.

Je ne suis pas psychologue, je ne répondrai donc pas sur le terrain de la construction des identités sexuées (encore que je m’interroge sur cette périodisation de « 10-16 ans » : et avant ? et après ?). En revanche, c’est sur le contenu de ces « modèles » masculins ou féminins que je m’interroge. Quelle est la norme que promeut Monsieur Baudrillart en la matière ? L’idée même de norme en matière d’identité sexuée me paraît hautement dangereuse, parce que réductrice du champ des possibles. Il me semble au contraire que le système éducatif doit promouvoir comme un champs des possibles qui soit le plus large possible pour les deux sexes. Mettre en avant une identité masculine (ou une identité féminine) stéréotypée, fondée sur des modèles conformes à une anthropologie de la différence des sexes génératrice de ségrégation est dangereux pour les deux sexes. Quid de celles et ceux qui ne se soumettent pas à la norme ? Quid de ces garçons qui ont « des goûts de filles » et des filles qui préfèrent ce qui est « normalement » dévolu aux garçons ? Comme le dit le slogan d’une association chère à mon cœur : « des stéréotypes en moins » ce sont des « choix en plus ». L’idée de modèles monolithiques me paraît aller dans un sens strictement contraire.

11) En sport, en éducation sexuelle, la non-mixité, c’est tout de même mieux !

Whouah ! Point d’exclamation à l’appui (et avec le point d’exclamation pour tout argumentation d’ailleurs…). C’est mieux à quel point de vue ? le travail est plus facile pour les enseignant-e-s ? Peut-être. Mais vous noterez que la démocratisation des études secondaires a conduit ces pauvres enseignant-e-s à gérer des publics de plus en plus hétérogènes. Alors ? Faut-il militer pour un retour à une ségrégation de classe (sociale) ? Elle existe plus ou moins, de fait, mais faut-il en faire une politique éducative ? Faut-il militer pour que certains établissements accueillent les élèves des classes dites « supérieures », cependant que les rejetons des classes populaires seraient éduqués ensemble ? Effectivement, pour les enseignants, ce serait plus facile, à ceci près qu’ils sont souvent issus de CSP « moyennes supérieures ». Ne faudrait-il pas, dès lors, recruter des enseignant-e-s issu-e-s des classes populaires, pour enseigner devant les enfants issus de ce même groupe social ? Dans l’entre-soi, on se comprend mieux et on apprend mieux selon Monsieur Baudrillart. Je crois qu’on touche là à la différence majeure qui nous oppose, lui et moi : là où je pense que l’enseignement doit être émancipateur, permettant à ceux et celles en bénéficient de pouvoir s’engager, autant que possible, dans un avenir où leur appartenance (sociale, sociale-ethnique ou de sexe) ne leur ferme pas a priori un certain nombre de portes et de choix, il prône un enseignement qui prenne acte des différences qui lui pré-existe et qui les entérine, les entretienne, les valide, les maintienne.

15) Et la liberté scolaire ? Les parents qui le désirent doivent pouvoir trouver une école non-mixte à distance accessible.

Il faut donc attendre la fin pour que Silvestre Baudrillart dévoile enfin tout son jeu. Qui est ce monsieur ? Professeur de français et de latin dans un collège de la région parisienne, le très privé Collège Hautefeuille, un collège où l’on porte l’uniforme et qui dispense chaque semaine plusieurs heures d’enseignement religieux « inclus dans l’horaire » dit le site internet de l’établissement (comprenez « obligatoire »). Quand on sait que l’établissement bénéficie de l’ « assistance sacerdotale d’un aumônier et de professeurs de religion, nommés par la Prélature de l’Opus Dei », les choses s’éclairent. C’est toujours mieux de savoir de qui et avec qui on parle. En l’occurrence, je suis profondément attachée au respect des opinions et croyances de chacun-e. Comme disait Voltaire (attribution douteuse de la citation d’ailleurs, sur le sujet on peut lire un article éclairant de Rue 89), « je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire ». Un tel principe n’est toutefois applicable que lorsque les gens disent clairement dès le début (et comme vous le constatez, là on est franchement à la fin) qui ils sont et d’où ils parlent, et s’ils vous retournent la politesse. Or Monsieur Baudrillart fait partie de ceux qui voudraient que l’on interdise l’enseignement des prétendues « théories des genres » (expression qui est la leur) à l’école. Alors, je pense que je suis restée beaucoup, beaucoup, beaucoup trop polie avec lui...


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Humeur. Bookmark the permalink.

7 Responses to Petite réponse au plaidoyer de Silvestre Baudrillart pour la non-mixité

  1. Baudrillart says:

    Ma première réponse a déjà disparu : je vois que vous êtes amis de la liberté d'expression, mais dans un seul sens !
    Devant ce commentaire (qui ne tient pas compte du fait que mon texte était un résumé, forcément partiel), je voudrais souligner une chose : à aucun moment je ne plaide pour les stéréotypes de genre. Je n'ai pas du tout pour intention de développer un enseignement qui mettrait la femme à la cuisine, tandis que l'homme conquerrait le monde. Bien au contraire, mon propos est de dire que la séparation des sexes à l'école, permettrait un meilleur développement de chacun, et une meilleure façon de vivre ensemble dans le monde des adultes.

    • Muriel Salle says:

      Rassurez-vous Monsieur, la liberté d'expression est sauve et nous la défendons (cf. la publication des réponses de Madame Hazan au post la concernant). Mais chaque commentaire doit être "modéré" comme on dit en langage informatique, et je ne peux pas toujours répondre en temps réel, ayant par ailleurs une vie professionnelle et une vie de famille.
      Bref, en dehors des mails insultants, et ils sont nombreux, tous les commentaires sont bienvenus sur le carnet, et rendent compte de la diversité de nos nombreux-ses- lecteur-trices-s. Merci à eux et à elles !

      • Baudrillart says:

        Chère Madame,

        Je vous remercie pour la vivacité de votre réponse, qui montre que le sujet est important pour vous. Je ne pense pas que mon mail précédent ait été insultant, c'est pourquoi j'étais étonné de sa disparition. Mais je suis bien conscient qu'une modération des commentaires soit nécessaire.

        Je suis persuadé qu'en connaissant mieux les présupposés de mon petit texte, vous admettrez qu'il y a plusieurs manières de résoudre les problèmes liés à la mixité, et que séparation ne signifie pas toujours ségrégation. Non seulement la non-mixité évite d'exacerber les problèmes liés, pour l'adolescent, à sa propre affirmation de lui-même, mais elle diminue, en le rendant scolairement insensible, le problème des stéréotypes, qui de toute façon reste présent dans la famille, les commerces et la société en général. Mais j'y reviendrai.

  2. Baudrillart says:

    Chère Madame,

    Je vous remercie de votre politesse... bien que je ne la trouve pas dénuée de mauvaise foi. J'aurais beaucoup à dire sur chacune des réponses que vous faites à mes arguments, mais je me contente de la fin, qui mérite des précisions.

    "Monsieur Baudrillart, dites-vous, fait partie de ceux qui voudraient que l’on interdise l’enseignement des prétendues « théories des genres » (expression qui est la leur) à l’école" : je voudrais simplement souligner la procédure d'inversion qui est fréquente dans ce type de polémique. Parce que je pense qu'il n'est pas bon de rendre obligatoire cet enseignement, vous prétendez que je veux l'interdire ! Actuellement, nous subissons une véritable police de la pensée : on le voit dans votre site, qui pourchasse jusqu'aux publicités "politiquement incorrectes". Alors que je réclame simplement un peu plus de liberté scolaire, vous semblez crier au scandale. Mais c'est la République elle-même qui donne à ses enfants cette liberté, en défendant les écoles libres comme une partie du "service public d'éducation" et en les finançant par le contrat avec l'Etat. Je demande simplement un peu plus de liberté, notamment celle de pouvoir disposer d'écoles non-mixtes dans le voisinage, sans abuser aucunement des stéréotypes de genre, que je ne défends pas du tout, contrairement à ce que vous prétendez.

    • Jean-Luc Tornero says:

      Un point, parmi d'autres, qui me semble bon de rétablir.

      Ce que M. Baudrillard appelle "écoles libres" est un abus de langage quand on parle d'écoles privées.
      De fait la seule école libre, c'est l'école publique même si elle reste encore à libérer de bien des pesanteurs et de très nombreux stéréotypes qui ont malheureusement pour nos élèves ont repris du poil de la bête depuis quelques années.

  3. Minces Juliette says:

    Tout à fait d'acord avec ce que vous venez de commenter. et d'abord, pourquoi de pas commencer à expliquer pourquoi la mixité, hormis les questions financières qui en seraient à l'origine? c'est aussi là le rôle dévolu à la formation des enseignants, je crois. Mais les études sur le "genre " sont encore et toujours perçus par nos conservateurs, religieux et autres, comme un danger. Il y a un sacré travail à faire. Votre contribution y aide. Et aussi votre humour. Bravo. Juliette Minces

  4. Marie-Anne Paveau says:

    une vraie petite encyclopédie portative des arguments pro-genre, merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">