Quand définir c’est assigner…

Dans un précédent post, je m’étais largement étendue sur les vertus performatives du langage, et du coup sur la nécessité de s’en saisir pour mener la lutte féministe (c’est à lire en ligne). Les mots sont importants, vous l’avez donc compris. Mais plus important encore il y a le sens qu’on leur donne, à ces mêmes mots. 

Or, voici quelques jours une lectrice a attiré mon attention sur l’article d’un dictionnaire à destination des enfants de primaire (Grande Section et CP, soit les 5-7 ans), qui a été twitté largement, après avoir été relevé par Cendrine Marro dans sa conférence « Le genre est il affaire d’illusion d’optique ?», qui a eu lieu tout récemment à l’Institut Émilie du Châtelet.

Que peut-on lire dans ce dictionnaire au mot « femme» ? « Femme : c’est une maman, une mamie ou une jeune fille. Elle peut porter des bijoux, des jupes  et des robes. Elle a de la poitrine. Ex : Miss France est la plus belle femme de France ». Pourquoi une telle définition est-elle problématique, surtout quand elle est destinée à être lue par des tout-e-s petit-e-s ? Revue de détails…

Les trois âges d’une femme sont évoqués : l’âge tendre (mais pas trop tendre tout de même), l’âge moyen et l’âge plus avancé. Quand ont est une femme on peut en effet, au choix, être une « jeune fille », une « maman » ou une « mamie ». Premier problème donc, une fois la puberté advenue (après le temps de la « jeune fille »), il n’est pas possible de penser la féminité en dehors de la reproduction : maman ou mamie, selon son âge, une femme a nécessairement eu des enfants. Vous me direz, un dictionnaire pour des enfants de cet âge doit leur parler, et se référer à maman ou mamie doit faire sens pour les petit-e-s. D’accord, mais c’est tout de même problématique, je trouve, de lier l’avènement de la féminité au fait d’avoir des enfants. Quid de celles qui, quoi que n’étant plus des « jeunes filles », ne sont ni maman, ni mamie ? La mention du détail anatomique apparemment signifiant : « elle a de la poitrine » renvoie peut-être à cette fonction maternelle.

On apprécie toutefois, dans la suite de cette définition, qu’une femme puisse porter bijoux, jupes et robes, et non pas qu’elle le doive. L’exemple qui illustre la définition est plus malheureux. Et c’est le deuxième problème que je relèverai. Est-il nécessaire d’évoquer Miss France comme mètre-étalon de la féminité, et de lier si fermement féminité et beauté ? D’abord, je m’interroge sur l’efficacité de la référence à Miss France pour des enfants de 5-7 ans. Ce concours de beauté est-il à ce point entré dans notre culture nationale que l’on sait de quoi il retourne dès la maternelle ? Ensuite, je trouve que c’est un peu précoce, moi, pour inculquer aux petites lectrices l’obligation du plaire et la nécessité d’avoir un physique avantageux pour être une vraie femme.

C’est d’autant plus problématique que le Centre National de Documentation Pédagogique (CNDP) relaie cette définition sur son site, le Dictionnaire des Écoliers, et enfonce le clou des stéréotypes. Troisième problème ! On l’a pourtant déjà dit et redit, qu’il fallait réfléchir à la transmission du sexisme par les outils d’enseignement. Mais la pédagogie c’est, dit-on, l’art de la répétition…

 

http://www.cndp.fr/dictionnaire-des-ecoliers/definition-femme-13271.html

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *