Les Femen, BELLES « femme(s) à poil », c’est quoi le problème ?

Vous avez été nombreux-ses à réagir à mon précédent billet concernant le happening dénudé des Femen en soulignant la conformité physique des femmes défilant ainsi à demi-nues dans les rues à des critères esthétiques empruntés à l’esthétique publicitaire. Merci notamment à Léonie qui précise :

« Sur la première photographie, toutes pourraient poser pour une publicité de sous-vêtements : pas une seule qu’un bon hétéro-phallo de base jugerait « trop grosse », « trop vieille », « trop maigre » ; que des aisselles bien épilées. Et ça, ça me gêne. J’ai l’impression d’un type de manifestation tellement tourné vers la « com » qu’il accepte un peu trop facilement d’intégrer au discours féministe des éléments de langage « ennemi » (culte du corps jeune, de la minceur…) – au risque d’avaliser certaines formes d’exclusion (« les grosses », « les vieilles …) »

Isabelle va dans le même sens :

« Il me semble que ces manifestations, qui soutiennent un discours féministe, continue de soutenir une image de la femme “compétitive”, séductrice. Je n’ai pas encore entendu parler de marche des moches qui revendiquent de ne pas séduire les hommes . je n’ai pas vu de femmes qui manifestent nues quelque soit leur corps et qui pour le coup montrerait vraiment leur vulnérabilité (puisque le corps nu jeune peut au contraire être compris comme puissance).»

Je ne peux que me réjouir de lire ces commentaires, pour différentes raisons. D’abord, de toute évidence, les billets du blog donnent à penser à leurs lecteur-trice-s, et ça c’est vraiment une bonne nouvelle. Ensuite, et bien, je suis assez largement d’accord avec les réaction sus-citées. Effectivement, les Femen ce sont de BELLES femmes qui se dénudent, et cela peut poser problème.

D’abord, leur message peut être mal compris par d’éventuel-le-s spectateur-trice-s. Il est d’ailleurs mal compris, et sur tous les bords, chez les catholiques bon teint comme chez les féministes (et je ne vous parle pas de ceux qui iraient à une manif’ des Femen pour se rincer l’œil en restant sourds, évidemment, à leurs revendications. Et ça, c’est ce que j’appelle un vrai problème de com’. Ainsi, le mouvement de jeunesse catholique et politique Civitas porte plainte auprès du Procureur de la République contre les membres des FEMEN, « qui se sont rendus coupables d’exhibitions sexuelles notamment à la vue d’enfants (article 222-32 du code pénal) » entre autres choses (pour en savoir plus on peut lire ce qu’en dit le président de Civitas lui-même). Je pense que, si la plainte aboutit et donne lieu à un procès, il se dira alors des choses très intéressantes sur le caractère sexuel (ou pas) des poitrines effectivement ainsi exhibées sur la place publique, et sur l’ambivalence de ces organes érotiques et reproducteurs (cf. billet précédent). Mais il est très probable que la beauté des Femen leur pose ici un problème car, on ne saurait le nier, Léonie et Isabelle ont raison, les appendices mammaires en question n’ont rien de ceux d’une mère allaitante. En se dénudant les Femen se réapproprient-elles leur corps (en refusant le statut de femme-objet) ou bien au contraire rentrent-elles dans le rang, acceptant de payer le prix (que de très nombreuses femmes paient quotidiennement) qu’il faut payer pour être regardée quand on est une femme, en se conformant aux attentes esthétiques de « l’hétéro-phallo de base » ? Je ne trancherai certainement pas la question à moi toute seule, mais du coup, j’en parle autour de moi, j’en discute avec mes collègues. Selon l’un d’entre eux (un historien) :  « pour adhérer au mouvement des Femen, à la base, il y a une clause esthétique » : on ne prend que les belles chez les Femen ! Je cherche la source de cette affirmation, si quelqu’un peut m’aider, ça m’intéresse drôlement. Pour une autre (en audio-visuel, ça ne vous surprendra pas) : « c’est mal éclairé, mal mis en scène… », bref c’est moche.

Du coup, pour compléter ma réflexion, il m’a fallu chercher ailleurs. Il apparaît que le mouvement Femen est parfois considéré comme les prémices de ce qui pourrait être une « quatrième vague féministe »[1], à l’instar du mouvement SlutWalk (ou « marche des salopes ») qui a débuté au Canada en 2010[2]. Il y a déjà beaucoup à discuter dans ces quelques éléments. D’abord (mais ce n’est pas le propos du billet du jour), envisager l’histoire du féminisme sous forme de « vagues » successives (la première au XIXe siècle pour la conquête de la citoyenneté, la deuxième dans les années 1970 pour obtenir la maîtrise de la fécondité, la troisième dans les années 1990 avec le combat pour la parité et, donc, actuellement la quatrième) est une conception largement contestée (je ferai un billet entier là-dessus un jour prochain, promis). Ensuite, le rapprochement opéré par certaines commentatrices du précédent billet se trouve ici confirmé : les Femen et le mouvement SlutWalk participent d’une même dynamique. Mais laquelle exactement ?

Ces mouvements féministes contemporains ont pris acte de la nécessité absolue de la médiatisation de leurs actions. Le fait qu’elles ornent leurs corps dénudés de slogans en anglais sert bien cette intention : il s’agit d’être vues et comprises par le plus grand nombre, d’où l’anglais, mondialisation oblige. On ne saurait leur jeter la pierre. Après tout quand on revendique, c’est pour être entendu-e. Du coup, les Femen se dénudent pour choquer/attirer le regard et c’est là que se noue le problème (le débat) insoluble. Pour certain-e-s, elles veulent attirer les regards et pour y parvenir, effectivement, elles mettent en avant de belles femmes. Elles prétendent jouer sur les codes de la publicité, de la pornographie, bref de toutes ces industries qui font un usage aliénant du corps des femmes, mais en fait elles ne font qu’aller dans leur sens. J’entends et je comprends cet argumentaire. Pour d’autres, elles veulent choquer, attenter à la pudeur des spectateur-trice-s (jeunes et moins jeunes). Pour y parvenir, effectivement, elles mettent en avant de belles femmes. Elles prétendent jouer sur les codes de la publicité, de la pornographie…. Vous avez bien lu, je ne radote pas. Je veux juste pointer le (premier) problème que (me) posent les Femen : elles réunissent dans une commune réprobation les moralisateurs et les féministes, au risque de faire passer les féministes pour des « mères la pudeur ». C’est le même mécanisme qui joue sur la question de la prostitution : les féministes qui réclament son abolition passent pour moralistes. Et ça, ça m’agace.

Pour faire un tour de la question un peu sérieux, je me suis rendue sur le site internet des Femen. L’image qui vous accueille d’entrée pose les choses en clair (oui, c’est bien une paire de c… qu’elle tient à la main).

Lisons la suite :

“Activists of FEMEN – are morally and physically fit soldiers”[3].

Tentative de traduction : «  les activistes de FEMEN sont de soldates moralement et physiquement en forme » (je pense qu’elles ne renieraient pas ma tentative de féminisation). J’ouvre donc mon dictionnaire bilingue et je lis pour fit” : 1.suitable” = « convenable » (pas au sens moral, évidemment, vu le contexte, mais disons plutôt « adequates, conformes ») ; 2.ready” = « prêt » ; 3.healthy” = « en forme ». Passionnante polysémie des mots, dont je suis sûre que les Femen sont parfaitement aware, pardon, au courant (mais comme leur site est bilingue anglais / russe, il faudrait compléter mon analyse par un détour sur la page russophone, ce que je suis dans l’incapacité de faire, hélas…).

Les Femen qui se dénudent sont effectivement tout cela, « convenables »,  « conformes » aux canons de la beauté féminine, et c’est bien un problème. Elles sont aussi « prêtes » à passer à l’action, et nous l’ont montré efficacement ces derniers temps, et ça, ça n’est pas un problème, au contraire, tant il est vrai que la cause féministe a besoin qu’on s’engage, encore et toujours. Enfin elles sont « en bonne santé », ce qui est une condition indispensable pour être un bon soldat (ce n’est pas mon avis, c’est un constat, qui expliquerait qu’elles ne recrutent que des activistes conformes à une norme physique, comme à l’armée… j’émets des hypothèses explicatives). Mais du coup, sur ce troisième point, on peut souligner une contradiction : est-il vraiment efficace de revendiquer une vulnérabilité féminine en montrant de tels corps « puisque le corps nu jeune peut au contraire être compris comme puissance » (commentaire d’Isabelle), et d’ailleurs, c’est ce que laisse à penser cette histoire de  « bonne santé » ? Je crois que oui, parce qu’une belle femme dans l’espace public peut être vulnérable en raison de sa beauté (ce qui ne veut pas dire qu’il faille être belle pour être violée, j’ai pas dit ça !) comme une autre. C’est un des paradoxes du corps féminin, TOUJOURS vulnérable parce que pas fragile en soi (c’est pas à moi qu’on va faire dire des âneries sur le prétendu « sexe faible ») mais fragile en situation (de domination patriarcale permanente en l’occurrence). Du coup, le mouvement Femen gagnerait à se saisir de cette vulnérabilité permanente et à la montrer, en ne faisant pas défiler que de belles activistes mais aussi « des grosses », « des vieilles »…

PS : Merci à mes lecteur-trice-s sans lesquels ce billet n’aurait pas vu le jour !



[1] Caroline-Gaujard-Larson, « La croisade des Femen » sur lesinrocks.com. Mis en ligne le 10 septembre 2012, consulté le 19 septembre 2012.

[3] Il y a encore beaucoup beaucoup à dire sur le reste de cette présentation. Je le ferai un jour prochain (quand j’aurais le temps). En attendant lisez-la.


2 réflexions au sujet de « Les Femen, BELLES « femme(s) à poil », c’est quoi le problème ? »

  1. Je ne pense pas que Femen fasse un casting. Seulement dans un monde aussi impitoyable que le nôtre du point de vue esthétique, normal que les filles les plus à l’aise avec leur corps se dénudent en premier. Il existe des Femen rondes, un simple tour sur le Facebook officiel permet de s’en rendre compte. En quoi le corps jeune et beau est-il un problème? On en revient toujours au jugement sur le corps de la femme, qui n’est jamais là où il est « supposé » être.

    Pour finir sur la conclusion. Femen ne « défile » pas, les actions sont musclées, parfois dangereuses. La force physique et mentale est requise. Aussi j’aurais du mal à voir une vieille taper un sprint pour éviter la police ou grimper sur un immeuble.

    Il est bien de replacer les choses en contexte..

  2. « C’est un des paradoxes du corps féminin, TOUJOURS vulnérable parce que pas fragile en soi […] mais fragile en situation (de domination patriarcale permanente en l’occurrence). »

    Merci pour cette phrase qui rend clair ce que je sentais sans le comprendre tout à fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *