Furiosas versus Barbapapa : les uppercuts du féminisme par Sigolène Couchot-Schiex

Femen versus La Barbe : même combat ?

 

 

 

 

Si les Femen sont largement perçues comme des femelles furieuses  et se donnent à voir comme telles, La Barbe scénarise également les corps dans sa lutte contre l’omnipouvoir masculin.

Les Femen se réclament des Amazones, ces légendaires guerrières des bords de la mer Noire. Elles en reprennent un signe ostensible qui fait toujours débat depuis les récits mythologiques, le sein. Dénudé ou coupé pour faciliter le tir à l’arc il y a plus de 3 000 ans, les Femen en font, aujourd’hui leur arme coup de poing. A l’aune de la médiatisation, ça semble bien fonctionner pour l’impact de événementiel, ça reste à s’interroger pour la réception du message.

Les militantes de La Barbe en brouillant les attributs s’immiscent dans les lieux de pouvoir pour y jeter la confusion. Ces barbues revendiquent également l’action mais développent une stratégie plus silencieuse dont la force du message provient du paradoxe des corps en présence et du brouillage des attributs de genre.

Les unes comme les autres mettent le corps en avant dans un message subversif pour faire avancer la cause des femmes. Évidemment l’action Femen semble plus proche du combat physique, alors même que l’association promeut des actions marquantes, physiques mais tout en gardant les mains propres.

Se dénuder est socialement provocateur, mais dans sa mise à nu, le corps se montre dans toute sa faiblesse, sa vulnérabilité, sa mise à l’épreuve de l’autre. Il faut certainement une bonne préparation physique et psychique pour s‘imposer, moitié nue dans un lieu public. Ce temps de préparation n’est pas sans rappeler celui des sportifs avant une compétition qui cherchent à déclencher des bagarres pour se mettre en situation. Pour être compris en tant que message revendicatif, le corps dénudé doit renverser diverses barrières dont certaines ont été fort bien étudiées par Jean-Claude Kaufmann (Corps de femmes, regards d’hommes : sociologie des seins nus. Paris, Nathan, 1995). Les corps nus, et les seins d’autant plus, ne sont pas exhibés impunément, mais seulement après tout un travail social de normes et de codes. Déjà sur les plages de la fin du 2ème millénaire, les femmes qui affichaient leurs seins nus avaient fort bien incorporé les codes sociaux, maniant parfaitement le pensable et l’impensable collectif fortement marqué par les pensées masculines. Oui certaines affichaient leurs seins pour leur propre plaisir, parce qu’elles voulaient démontrer par là-même leur propre liberté d’action, liberté passant par le corps. Pour autant et paradoxalement, c’est aussi en se dénudant qu’elles se confrontaient au regard des hommes comme objet de désir, mais désir différé, désir inavoué, désir soumis. Regardez ce sein que vous aimez voir, mais vous ne le toucherez pas car il est mien ! Ainsi exposé, le corps dans sa nudité se constitue comme objet par lequel se jouent le contrôle de soi et de l’autre, le contrôle des rapports entre les sexes.

Evidemment La Barbe et ses attributs ont un côté moins glamour ! Mais La Barbe portée façon fin XIXe est hautement symbolique, mettant en scène l’immobilisme social en matière d’égalité des sexes dans les sphères du pouvoir et de la décision.

Femen versus La Barbe = même combat ! Seule l’inaction est coupable…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *