Pourquoi ma génération a besoin d’être féministe. De Carla Bruni aux colloques de Toulouse (1982, 2012) et retour

« Dans ma génération, on n’a pas besoin d’être féministe. Il y a des pionnières qui ont ouvert la brèche. Je ne suis pas du tout militante féministe »[1]

Ces mots de l’ex-première dame de France ont fait leur petit effet voici quelques semaines. On a pu moquer, alors, les mystères d’un parcours biographique qui conduisent de Mick Jaeger à Nicolas Sarkozy, et d’un monde un peu « sex, drug and rock’n roll » (toutes proportions gardées tout de même) à cette déclaration : « je suis une bourgeoise… j’ai fini par devenir ma mère ». On s’est interrogé : mais comment est-ce possible ? J’avais mon idée sur la question : cela s’appelle (mal) vieillir, et les artifices de la chirurgie esthétique n’y peuvent vraiment, vraiment rien.

Osez le féminisme s’était alors saisi de l’affaire, et des militantes avaient posté en ligne des éléments de réponse à Carla Bruni-Sarkozi : « Ma génération a besoin d’être féministe parce que… ».

Et puis, il y a eu Toulouse 2012. Le colloque « Femmes, féminisme, recherche. 30 ans après ». Hommage à celles qui, en 1982, avaient organisé le premier colloque scientifique féministe d’envergure, et quelle envergure ! Près d’un millier de participantes, de toute évidence une attente immense, en tout cas un enthousiasme, une effervescence intellectuelle et politique dont bruissait le grand amphithéâtre de la Fac du Mirail. Je n’y étais pas. Je suis née en 1978. Mais le film réalisé alors nous a été diffusé hier et depuis, moi, je m’y crois un peu…

Voilà un colloque qui pourrait avoir un côté « réunion des ancien-ne-s combattant-es ». Il n’en est rien, et selon moi pour 3 raisons. D’abord c’est un colloque « jeunes chercheur-e-s ». Comprenez que plus de la moitié des communications sont le fait de doctorant-e-s ou de jeunes docteur-es. Ensuite, la génération des celles qui ont fait 1982 est animée d’un souci de transmission auquel il faut rendre hommage. C’est sous ces auspices et en ces termes que le colloque a été ouvert, hier par Agnès Fine, Geneviève Fraisse et Françoise Picq, précisant même que dans le processus de transmission la dynamique était bilatérale : il y a ce que l’on a à transmettre, et il y a ce dont les héritier-e-s veulent et ce qu’elles/ils en font. Enfin, si ma génération a besoin d’être féministe, si elle l’est en 2012, c’est pour les mêmes raisons que la précédente et pour beaucoup d’autres, si ma génération est féministe c’est selon des modalités comparables et selon bien d’autres. Elle ne craint pas de se référer à celle des années 1970, celle de sa mère, mais au contraire de Carla Bruni-Sarkozi elle ne finira pas par devenir sa mère.

En revanche ma génération de féministes a, je crois, le sens de l’histoire. Certains aspects de la lutte n’ont pas tellement changé sur la forme : un certain usage de l’humour par exemple, me paraît traverser l’action féministe d’hier comme d’aujourd’hui. On ne craint pas non plus de faire des références directes aux luttes des années 1970. Qu’on songe à la publication dans Le Nouvel Observateur il y a quelques semaines du manifeste signé par 313 femmes qui « déclarent avoir été violées », en référence transparente à celui des « 343 » sur l’avortement. 

D’autres caractéristiques traversent également les générations de lutte, et la division du mouvement en est une. Si j’ai pu un temps rêver à cette époque où l’on pouvait dire « NOUS les femmes », j’ai mesuré hier, au fil de conversations avec l’une ou l’autre que les années 1970 n’avaient pas été celles de l’union de toutes sous la bannière du féminisme, loin s’en faut… et c’est heureux puisque, 30 ans plus tard, et malgré les désaccords, elles tiennent toujours le cap en dépit de changements de direction intermédiaires, au gré des parcours biographiques, politiques et professionnels. Ma génération doit aussi s’accommoder de ses divisions. Elle devra négocier, sans doute, ses propres changements de caps. Je sais désormais ce que cela peut avoir de fécond. Alors, merci.



[1] Voici reproduite dans son intégralité la citation sur laquelle je m’appuie ici : « Dans ma génération, on n’a pas besoin d’être féministe. Il y a des pionnières qui ont ouvert la brèche. Je ne suis pas du tout militante féministe. En revanche, je suis bourgeoise. J’aime la vie de famille, j’aime faire tous les jours la même chose. J’aime maintenant avoir un mari. Je suis une vraie bourge ! J’ai fini par devenir ma mère, à certains égards, malgré mes huit ans d’analyse ! » (Carla Bruni-Sarkozy dans Vogue le 3 décembre 2012)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *