Benoîte Groult répond à Carla Bruni

Il y a des lectures opportunes. Je (re)lis en ce moment Mon évasion, l'autobiographie de Benoîte Groult que j'avais lu lycéenne. Mon professeur d'histoire au lycée (une charmante jeune femme qui n'avait pas peur des paradoxes puisqu'elles nous fit également lire Champs de braises, les mémoires d'Hélie de Saint Marc, officier parachutiste de la Légion étrangère et ancien résistant français, qui fut l'un des principaux acteurs du putsch des Généraux en 1961) me l'avait alors mis en main...

Je voudrais simplement partager avec vous, et avec Carla Bruni-Sarkozy, quelques morceaux choisis.

Il y aurait beaucoup à commenter, mais mes journées sont chargées et mes nuits deviennent vraiment trop courtes. Vous pouvez aussi réagir...

« La jeunesse d'aujourd'hui imagine mal l'extraordinaire parcours qui a été celui des femmes du XXe siècle.

Moi qui suis née en 1920, qui ai grandi sagement dans une institution catholique et qui suis arrivée à l'âge adulte sans même avoir le moyen légal d'exprimer mon opinion sur les orientations de mon pays (je n'ai obtenu le droit de vote qu'en 1945, à 25 ans !). Moi qui me suis avisée, la quarantaine venue, que j'avais vécu une bonne partie de ma vie sans contraception ni IVG (ce qui ne veut pas dire, hélas, sans avortements), sans avoir pu accéder aux écoles de mon choix, au pouvoir politique, aux hautes fonctions de l'État, pas même à l'autorité parentale sur mes propres enfants, j'ai l'impression d'avoir été condamnée à une interminable course d'obstacles.

À l'âge où il devient plus que temps d'écrire son autobiographie, ma vie passée m'apparaît comme une longue marche vers une autonomie qui m'échappait sans cesse et vers une indépendance qui ne serait plus limitée par d'autres mais conquise pas à pas dans une direction que j'aurais librement choisie.

(...) Je découvrais que la liberté ne se prend pas, qu'elle s'apprend. Au jour le jour et souvent dans la peine.

Et pour cet apprentissage, j'avais besoin non pas de la philosophie, de la science ou d'une foi religieuse, surtout pas. Et je n'avais pas besoin des hommes non plus. Ils pouvaient certes m'apporter des choses merveilleuses mais pas celles qui m'étaient nécessaires à ce stade de ma vie. Pour celles-là, j'avais besoin des autres femmes, celles que l'on m'avait si soigneusement cachées au cours de ma scolarité. Je découvrais enfin leur existence et je m'apercevais qu'elles avaient travaillé pour moi, chacune à sa façon et selon son époque, Christine, Olympe, George, Flora, Pauline, Jeanne, Hubertine, Marguerite, Séverine et tant d'autres, afin que nous parvenions à bousculer la répartition traditionnelle en premier et deuxième sexe pour devenir des êtres humains, tout simplement. J'avais besoin de connaître leurs itinéraires, les choix héroïques quelques-unes avaient faits, toujours seules contre leurs proches et contre la société, malgré le besoin d'amour et de reconnaissance qu'elles portaient au coeur comme tout le monde et plus que tout le monde.

Le féminisme est-il autre chose que cette transfusion d'âme de celles qui ont osé à celles qui ont préféré accepter les règles du jeu ?

Il est de bon ton aujourd'hui de proclamer que la misogynie n'existe plus.

–  Mais il est où, le patriarcat ?

–  Il crève les yeux, il est invincible ! comme l'exprime superbement Marie-Victoire Louis, la fondatrice de l'AVFT.

On pourrait dire exactement la même chose de la misogynie. je fais partie d'une génération charnière où pratiquement aucune femme n'ose se dire féministe, comme s'il s'agissait d'une maladie honteuse. Se vanter d'être antiféministe en revanche demeure une excellente carte de visite dans tous les milieux et qui fait mieux pardonner la réussite. Les hommes apprécient me^me que nous soyons antiféministes, cela leur évite de jouer les machos : c'est nous qui nous chargeons du sale boulot.

Chaque fois que je vois apparaître sur nos écrans une femme capable ou qui a du pouvoir, je sais qu'elle va annoncer d'emblée que, bien sûr, elle n'est pas féministe, continuant à décrédibiliser un peu plus une cause dont nous devrions toutes être si fières en termes de civilisation. Et en oubliant que sa présence à l'écran n'est due qu'aux combats passés des femmes et en aucun cas à un geste spontané de ses partenaires masculins.

(...) En ce qui me concerne, toutes nos conquêtes sont trop récentes (certaines même sont arrivées trop tard pour que j'aie pu en profiter... de mon vivant, si j'ose dire) pour me permettre d'oublier que notre guerre d'indépendance n'est pas encore gagnée. D'autant plus pour des centaines de millions de mes semblables sur tous les continents, elle est à peine commencée. C'est pourquoi je mesure ce que chaque droit, chaque nouvelle avancée représente de précieux, d'essentiel et de précaire aussi » .


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Actualités / News. Bookmark the permalink.

3 Responses to Benoîte Groult répond à Carla Bruni

  1. Armellou says:

    Merci pour votre réponse si jute.
    Une "jeune" de 30 ans.

  2. ktlin says:

    Il est bon de ce souvenir du chemin parcouru ... si récemment en fait!
    et de ne rien considérer comme acquis!
    merci de ce partage!

  3. Phrancescatti says:

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">