Les tarifs unisexes dans le domaine de l’assurance, un dommage collatéral de la lutte féministe ?

Le 21 décembre 2012 voit, outre la fin du monde, la fin de la prise en compte du critère de sexe dans la définition des montants des primes d’assurance. Alors cessons de raconter n’importe quoi, comme ce que j’ai pu lire sur un autre blog :

«  On leur avait dit, aux féministes, que ça nous retomberait un jour sur le coin de la figure cette histoire d’égalité des sexes.  Ben voilà, c’est plié (…) avec la décision de l’Union Européenne de mettre fin à l’écart des primes d’assurance automobile favorable aux femmes au motif qu’il y aurait là un cas patent de discrimination sexuelle ».

Voilà le genre de raccourci qui me met dans tous mes états, parce qu’en plus il va dans le sens d’un discours très tendance sur le mode : la lute féministe fait plus de dégâts qu’elle n’apporte de progrès. Regardez la famille, déliquescente depuis qu’elles ont décidé que les tâches domestiques se partageaient, que les enfants s’élevaient à deux, et même, imaginez !, qu’elles pouvaient vouloir avoir parfois un peu de « temps pour elles ». Regardez le monde du travail : congés maternité, jours enfants malades… Bon certes, il paraît que ça dope la croissance (cf. Le Monde du 18 décembre dernier), voire que les femmes dans l’entreprise ça change les manières de manager (quelques grammes de finesse dans un monde de brutes…), mais le jeu en vaut-il réellement la chandelle. D’ailleurs, nombre d’entre elles se plaignent : double journée, horaires fragmentés, temps partiels subies. Mais rentrez chez vous les filles, vous résoudrez efficacement l’ensemble de ces problèmes. On pourrait décliner encore point par point, et je le ferai… une autre fois.

Revenons à nos moutons du jour : la question des primes d’assurance. Aujourd’hui, 21 décembre 2012, en vertu d’une décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne, il est interdit aux assureurs d’appliquer des « primes différentes aux hommes et aux femmes constitue une discrimination fondée sur le sexe ». Alors là, les femmes s’énervent (et moi aussi) et s’étonnent : « C’est fou, il y a des discriminations dont on vient à bout nettement plus vite que d’autres ! ». Mais plutôt que de réagir ) chaud je me documente et je réfléchis. Petit bilan de ces réflexions :

1. La prise en compte de la question du sexe dans le calcul du montant des primes d’assurances est une spécificité française. Vous me direz : « Ah ! l’exception française contre le rouleau compresseur européen, défendons notre identité et vive le chabichou du Poitou ! ». OK, mais alors il faut choisir : on ne peut pas être dans et hors de l’Europe. Le projet européenne n’est pas un self-service : tu prends ce que tu veux et ce qui ne te convient pas tu laisses (au passage, cette réflexion ne s’adresse d’ailleurs pas aux seuls Français, mais là je m’éloigne du sujet).

2. La prise en compte de la question du sexe dans le calcul du montant des primes d’assurances concerne d’abord les assurances auto.C’est souvent ce qu’on met en avant : les femmes constituant une population moins accidentogène que les hommes, elles paient des primes moins lourdes. C’est logique dans la mesure où le principe fondateur de l’assurance en France consiste effectivement à analyser l’historique des dépenses par catégories de population pour en déduire les risques associés. Plus le passif d’une catégorie a été coûteux pour l’assureur, plus le tarif proposé sera élevé. Et la différence entre femmes et hommes est nette : les femmes paient aujourd’hui en moyenne 8 % moins cher que les hommes. Non seulement elles causent moins d’accidents que ces messieurs sur les routes de l’Hexagone mais, lorsque c’est le cas, ils sont moins graves, et donc moins coûteux pour les assureurs. D’où, des tarifs préférentiels. La différence est encore plus grande pour les jeunes conductrices qui paient en moyenne 20% moins cher que leurs homologues masculins. Au passage, on tord le coup, statistiques à l’appui, à l’idée selon laquelle «Femme au volant. Mort au tournant »… Je vois des protestations s’élever dans les rangs de ces messieurs : « Mais moi je conduis prudemment, je ne suis pas un fou de la route, je respecte les limitations de vitesse… Pourquoi devrais-je payer plus cher au prétexte que certains se comportent n’importe comment sur la route ». Taquine, je répondrais d’abord : « C’est vrai que c’est drôlement désagréable d’appartenir à un groupe qu’on stigmatise, qu’on discrimine, en appliquant à l’ensemble des membres du groupes des traits caractéristiques de quelques-uns seulement, hein ? Je comprends, je compatis même, je sais ce que c’est, je suis une femme. Et cette montée en généralité abusive qui est au fondement des stéréotypes, je l’expérimente tous les jours ou presque. » Plus sérieusement, sur la question de l’assurance automobile j’ajouterais seulement ce commentaire. L’égalité femmes / hommes est de toute évidence bankable, en tout cas au nom de cet argument les assurances vont augmenter les primes et ce serait bien qu’on ait une visibilité sur le montant du pactole. Mais plus profondément, c’est la question des normes de la masculinité et plus largement des stéréotypes associés aux identités  genrées qui fait question. Si on éduquait les garçons à rechercher autre chose qu’une prise de risque qui est coûteuse pour eux (en prime d’assurance et en espérance de vie, cf. un billet précédent), si on valorisait une masculinité qui ne rime pas avec grosse bagnole, on pourrait argumenter auprès des assureurs afin qu’ils revoient les primes de manière égalitaire pour toutes et tous… mais à la baisse.

3. Mais a prise en compte de la question du sexe dans le calcul du montant des primes d’assurances ne concerne pas que les assurances auto. En matière d’assurance vie, d’assurance décès, d’assurance prévoyance et d’assurance crédit, les femmes paient moins que les hommes en raison de leur espérance de vie plus grande (encore qu’il faudrait raffiner parce que la fin de vie de nos aîné-e-s est aussi très variable selon leur sexe, et distinguer l’EV et l’EVSI, espérance de vie sans incapacité). Ainsi, les femmes cotisent plus longtemps et coûtent moins cher aux compagnies d’assurance qui leur proposent donc des tarifs plus attractifs. Idem pour la santé, alors qu’on sait que les femmes sont plus observantes de leurs traitements et adoptent moins de comportements à risque que leurs homologues masculin donc, à terme, coûtent moins cher en termes de santé, elles paient en moyenne 10 % plus cher que les hommes en raison notamment de frais liés à la maternité. Je ne pas trouvé d’élément qui permettrait de distinguer les femmes ayant un projet de maternité de celles qui n’en ont pas (soit qu’elles ne veulent pas d’enfant, soit qu’elles ne peuvent pas en avoir…). Reste l’assurance habitation, alors là, l’égalité est respecté : le sexe de l’assuré n’a ici aucun impact sur le risque observé.

Que conclure de ce billet un peu technique ? En quelques mots :

D’abord, pitié, ne laissons pas dire que la hausse des primes d’assurance auto pour les femmes est une conséquence néfaste du débat féministe. C’est tellement ridicule que je n’y arrêt pas plus longtemps.

Ensuite réfléchissons à l’éducation routière dispensées aux filles et aux garçons et plus largement aux rôles de sexes auxquels nous les préparons en mesurant pleinement toutes leurs implications pour leur vie future (leur comportement sur la route, mais aussi à l’école, dans leurs foyers, au travail…). Le féminisme fait moins de dégât que la promotion d’une masculinité hégémonique qui, non seulement se traduit par une hausse des primes d’assurance pour les hommes, mais en plus les conduit parfois à être violents avec leurs conjointes ce qui coûterait en moyenne 2,5 milliards d’euros par an (de la lecture en ligne sur le sujet). Apparemment il faut frapper au portefeuille plutôt qu’au coeur pour se faire entendre, alors frappons…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *