Psychoses urbaines, ordre moral et antiféminisme

Ces derniers jours ont été particulièrement chargés en événements très défavorables à la liberté des femmes et à la défense de leurs droits les plus élémentaires.

On a, bien sûr, beaucoup parlé de l’offensive masculiniste, articulée autour du coup d’éclat de Nantes[1]. Autour de ce premier événement, il me paraît nécessaire de faire œuvre de pédagogie et de préciser un certain nombre de points. D’abord, le masculinisme n’est pas  le pendant masculin du féminisme, un mouvement d’hommes « antisexistes » qui voudraient lutter aux côtés des femmes pour l’égalité des droits de toutes et tous.  Le terme est défini au début des années 1990 par la philosophe Michèle Le Dœuff qui déclare vouloir nommer ainsi « ce particularisme qui, non seulement n’envisage que l’histoire ou la vie sociale des hommes, mais encore double cette limitation d’une affirmation : il n’y a qu’eux qui comptent et leur point de vue »[2]. En tant que tel, le mouvement masculiniste tire ses origines des combats menés par des groupes d’hommes divorcés contre le versement des pensions alimentaires. Aujourd’hui ce discours se double de la déploration d’une prétendue « crise de la masculinité » et d’une féminisation des hommes. Y’a plus de vrais mecs, plus de couillus, plus de barbus, plus de place pour l’humour gras et les mains aux fesses (ou dans la gueule). Les féministes les ont tous castrés (si seulement…). Le masculinisme est une des expressions de la misogynie et de l’antiféminisme. C’est une idéologie qui s’exprime dans un mouvement social organisé par des hommes, parfois violents, clairement hostiles à l’émancipation des femmes et souhaitant conserver leurs privilèges et leur position dominante au sein de la société. Il produit des discours visant à défendre les intérêts des hommes, et à les présenter comme des victimes de féministes qui seraient allées « trop loin » et des femmes en général (mères castratrices, épouses abusives…). Cette idéologie progresse : elle n’est pas le fait de quelques individus isolés. Elle s’inscrit dans le cadre d’un mouvement général de la pensée qui nie les rapports de domination et conteste aux opprimé-e-s le droit légitime à combattre l’oppression et à revendiquer l’égalité. On peut donner quelques exemples de réflexions qui émanent de ce courant de pensées, en lien avec une montée de l’humeur dite « anti-politiquement correct » (incarnée en France par Eric Zemmour par exemple). Les dominants se plaignent de ne plus pouvoir rien dire d’insultant ou de stigmatisant à l’encontre des dominé-e-s, mais en plus ils se font passer pour des victimes (du racisme anti-blanc, du sexisme anti-mec », etc). Bref, c’est vraiment devenu trop dur d’être un homme blanc aujourd’hui ! Avec ces foutues bonnes femmes qui veulent tout : travailler et enfanter, réussir et s’épanouir, se marier (ou pas) et jouir en prime. En plus, imaginez-vous que certaines prétendent faire tout ça sans recourir à ces messieurs. Non mais ! où va-t-on ? Tout fout le camp. Si c’est pas un symptôme de plus de la décadence de nos sociétés… Classiquement, ce genre de réactions s’exprime chaque fois que les rapports entre les sexes sont mis en question, que la revendication de l’égalité émane des groupes dominés. Il existe, en ligne, un Petit guide d’autodéfense intellectuelle contre le masculinisme que je trouve vraiment bien fait.

Plaque sur le mur extérieur de l'École polytechnique commémorant les 14 victimes de la tuerie du 6 décembre 1989

Rappelons simplement, pour mémoire, que le mouvement masculiniste n’est pas seulement un mouvement d’humeur. Cette idéologie fait les multiples victimes silencieuses que l’on sait. En France, au début du XXIe siècle, une femme meurt sous les coups de son compagnon/de son conjoint, de son ex-compagnon/ex-conjoint tous les 3 jours (72 heures, vous avez bien lu). En 2011, 122 femmes ont été tuées par leur compagnon ou ex-compagnon. Le 6 décembre 1989, la tuerie de l’Ecole Polytechnique de Montréal perpétrée par Marc Lépine a fait 14 morts (4 hommes, 10 femmes).

Dans l’actualité de ces derniers jours, 2 autres séries d’événements ont retenu mon attention. D’abord, à Lyon, un violeur en série sème l’angoisse sur les campus depuis le mois d’octobre dernier. Les victimes sont des jeunes femmes, âgées d’une vingtaine d’années, agressées en fin de soirée, apparemment sous la menace d’une arme blanche. Ces derniers jours, l’affaire prend une ampleur importante. Vendredi 15 février, les présidents des universités Lyon 1 et Lyon 3 ont informé par mail quelques 50.000 étudiant-e-s, les incitant à la prudence lors de leurs déplacements. Hier, l’information a commencé à circuler via les réseaux sociaux et les SMS, et là, on en rajoute une louche pour l’angoisse. Le violeur infligerait à ses victimes le « sourire de l’ange ». Pire encore, de prétendus « gangs » recourraient à un « petit garçon » pleurant comme « appât »[3]. Entendons-nous bien. Il ne s’agit nullement ici de nier la gravité des faits qui se sont déroulés ces derniers mois à Lyon et pour lesquels une information judiciaire est ouverte. Mais l’historienne en moi, rompue à l’exercice de critique des sources, s’interroge. De 5 victimes « officielles » recensées dans la presse, on passe à 6 dans les réseaux sociaux, et on pimente le tout avec ces histoires d’appât et de mutilations des victimes au visage.

Plusieurs choses me dérangent là-dedans.

D’abord, l’utilisation indifférenciée et sans discernement d’expressions peu claires renvoyant à des réalités abjectes. On lit ainsi indifféremment « sourire de l’ange » ou « sourire kabyle ». D’abord ça n’est pas la même chose. Le « sourire de l’ange » consiste à entailler la commissure des lèvres de la victime, ce qui a pour effet de la défigurer si elle hurle. Le « sourire kabyle », c’est méthode d’assassinat employée entre autres par des éléments du FLN pendant la guerre d’Algérie (mais pas seulement : l’armée française aurait camouflé bien des crimes en procédant de même), consistant à égorger la victime et, parfois, à lui trancher également les parties génitales avant de les introduire dans la plaie ainsi élargie. Désolée pour le raffinement de détails sordides, mais j’ai horreur qu’on soit imprécis… Et merci de veiller à l'usage des guillemets. Toutefois, le problème n’est pas tant là que dans l’utilisation de ces expressions, qui sont celles des bourreaux, par le grand public. Moi, ça me fait le même effet que quand j’entends des journalistes parler de « tournantes ». Parler de « viols collectifs » a le mérite d’être plus clair et de ne pas consacrer l’usage banalisant des termes des violeurs[4]. « Faire tourner une fille », ça veut dire la massacrer, ni plus ni moins, la réduire à un objet qu’on peut en toute conscience se partager et avilir tout son soûl.

Henri Gustave Jossot, Mères, rentrez-vos filles !, Lithographie (1895)

Ensuite, les invitations, bienveillantes bien sûr, à la prudence : « Prenez soin de vous et ne rentrez pas tard ». Et allez ! Ben oui quoi, à défaut d’enfermer les violeurs, incitons les femmes à s’enfermer elles-mêmes, et de leur propre chef en plus. Remarquez que la même idée a germé dans la tête de certains en Inde en décembre dernier : interdisons aux filles et aux femmes de sortir le soir pour les protéger. On aurait pu imaginer un appel à la levée en masse des filles et des femmes : « Sortez de chez vous, et hurlez votre soif de liberté, même le soir, même la nuit. Organisez-vous pour vous déplacer collectivement. Impliquez les hommes/les garçons de votre entourage pour qu’ils soient attentifs à ce qui peut se passer autour d’eux et aient les c… d’intervenir à vos côtés en cas d’agression. Multipliez les initiations à l’auto-défense, parce que vous n’êtes pas FAIBLES, vous n’êtes pas ISOLÉES, vous n’êtes pas TOUTES DES VICTIMES POTENTIELLES ». Sauf que ça n’est pas ça qui se passe.

Et pendant ce temps-là, sous d’autres cieux pas si éloignés des nôtres, la psychose frappe aussi les femmes et les filles de Marrakech. On peut lire le détail des faits en ligne. Je résume. Depuis quelques semaines, une page Facebook intitulée « Scoop Marrakech » terrorise les jeunes filles marrakchies. Y sont régulièrement publiées des photos prises dans des lycées, des piscines, des cafés, voire lors de fêtes privées. Ce sont des photos banales pour la plupart, mais les commentaires qui les accompagnent sont d’une extrême violence : insultants, ils font aussi mention des noms des jeunes filles et femmes photographiés, avec précisions sur leur lieu de résidence, leurs fréquentations… On vous surveille, on vous le fait savoir, on épie vos agissements et on vous conspue pour ça. Méfiez-vous, vous pourriez bien payer le prix fort pour cette émancipation insupportable !

S’il en s’agit nullement de minimiser la nécessité de la prudence, il me paraît toutefois essentiel de ne pas perdre de vue que la solution au problème ne réside pas dans une surveillance encore accrue des filles et des femmes ou dans un enfermement de ces dernières fût-il (prétendument) consenti. La géographie s’intéresse au problème depuis quelques temps[5], et tend plutôt à remettre en cause la prétendue vulnérabilité « naturelle » des femmes dans l’espace public, soulignant la part de fantasmes qui nourrit un sentiment d’insécurité bien réel en revanche et conduit, comme dans d’autres domaines, les femmes à s’auto-censurer, à s’interdire certains lieux, certains horaires, certains déplacements, certaines tenues vestimentaires, etc.

N’adoptons pas de comportements contre-productifs. Informons-nous. Soyons normalement prudentes. Formons-nous à l’auto-défense. Mais surtout, prenons confiance en nous, en nos forces pour nous défendre contre un éventuel agresseur, en la solidarité du groupe des femmes qui n’ignoreront pas un appel à l’aide, en la solidarité tout court d’ailleurs, des hommes comme des femmes. Et ne nous terrons pas chez nous dès la nuit tombée, comme des lapin-e-s effrayé-e-s au fond de leur terrier. Toutes les femmes ne sont pas des victimes. Tous les hommes ne sont pas des violeurs. Et nous sommes quelques-unes (nombreuses) à être courageuses.


[1] Sur le sujet certain-e-s ont même fait des revues de presse détaillées. Je mets ici en ligne la substance de celle proposée par Martin Dufresne tout récemment.

Henri Damien, « Une opération médiatique du lobby masculiniste : “le show des grues” », 17 février 201. A lire sur son blog.

Gilles Devers, « Les papas maltraités par justice ? C’est du n’importe quoi ! », sur le site Actualités du droit. La place de la justice dans la société, 18 février 2013. En ligne.

Martin Dufresne, « Face aux conjoints agresseurs : La danse avec l’ours - Entrevue avec le psychologue québécois Rudolf Rausch », in Nouvelles Questions Féministes, 2002. En ligne.

Isabelle Germain, « Le lobbying des pères en haut des grues », Les nouvelles news, 18 février 2013. En ligne.

Sandrine Goldschmidt, « Masculinistes: le gouvernement va-t-il vraiment céder au chantage ? », 18 février 2013. A lire sur son blog.

 

Beaucoup de comptes-rendus de ce ressac patriarcal et de la résistance féministe et pro-féministe sont archivés sur le site Sisyphe.org, et consultables en ligne.

Pour en savoir plus sur le mouvement masculiniste :

Un film documentaire de Myriam Tonelotto et Marc Hansmann, In Nomine Patris. Ce que veulent les mouvements de pères, Productions La Bascule – NDR - Arte, 2004. Des détails en ligne.

Un film documentaire de Claudie Dejà, Drames de la séparation : Quand le père devient l’ennemi, Productions Arte, 2004.

 

Sur le « syndrome d’aliénation parentale », que le lobby des pères veut faire inscrire dans une loi pour discréditer toute demande de garde exclusive, lire entre autres Dominique Ferrières, « SAP: Constat préoccupant par le rapporteur de l’ONU (en 2002 et 2003) », 12 novembre 2012. En ligne.

Et, bien sûr, bien sûr, il faut lire Léo Thiers-Vidal, « Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste », in Rupture anarchiste et trahison proféministe - écrits et échanges de Léo Thiers-Vidal, Lyon, Éditions Bambule, de Lyon. C’est consultable en ligne, ce qui ne dispense évidemment pas de l’acheter…

 

[2] Michèle Le Dœuff, L’étude et le rouet. Des femmes, de la philosophie, etc., Paris, Seuil, 1989.

[3] Le SMS que j’ai moi-même reçu hier soir est édifiant. Je le reproduis dans son intégralité en respectant la mise en forme originale : « A L’ATTENTION DE TOUTES LES FEMMES ET FILLES : si vous allez chez vous, rentrez de l’école, du bureau ou de n’importe où, et que vous tombez sur un petit garçon qui pleure et tient un morceau de papier avec une adresse dessus. NE LE CONDUISEZ PAS À CETTE ADRESSE ! Emmenez-le directement au poste de police. C’est en fait une nouvelle façon pour les “gangs” de violer. Prévenez vos familles, vos amis. Transférez ce message au maximum, ça peut sauver des vies. URGENT : 6 femmes se sont fait violer à Grange Blanche, Monplaisir. De plus, l’agresseur leur a fait le sourire de l’ange au cutter. Des policiers sont en civil à Grange Blanche. Prenez soin de vous et ne rentrez pas tard. Faites passer l’info ».

[4] Sur ce point, je renvoie à la lecture des réflexions du sociologue Laurent Mucchielli. On peut commencer par lire ça en ligne.

[5] On peut recommander la lecture de l’ouvrage de Guy Di Méo, Les murs invisibles. Femmes, genre et géographie sociale, Paris, Armand Colin, 2011, 344 p. Le CNRS a aussi produit une note de synthèse sur L’usage de la ville par les femmes. A lire en ligne.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Actualités / News. Bookmark the permalink.

2 Responses to Psychoses urbaines, ordre moral et antiféminisme

  1. vince says:

    Bonjour,

    Merci pour votre travail.

    Petit rectificatif pour le massacre de Polytechnique (Montréal, 6 décembre 1989) toutes les victimes (visées) et tuées sont des femmes, 14 sur 14 ; seuls 4 blessés sur 14 sont des hommes.

    Par la suite, il y a aussi 4 autres morts - suicides - de proches des victimes, dont aussi la soeur de l'assassin. Soit en tout 18 morts, en plus de l'assassin.

  2. marc lance says:

    accord avec le contenu de votre texte...inadmissible le discours:" elle n'ont qu'à ne pas s'habiller comme çà...ce sont elles qui cherche les ennuis...etc"...mais il y a quand même des quartiers où même un homme doit éviter de se promener à certaines heures: en plein après-midi, près du port de Santiago, nous étions un groupe de touristes (une dizaine d'hommes) la police nous a obligés à quitter le quartier en nous escortant! alors oui au principe"libre d'aller partout", avec un peu de prudence néanmoins!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">