SOS-Papa, une association de féministes qui s’ignorent ?

On les entend partout ou presque depuis le début de la semaine. Après leur action spectaculaire (prenez-en de la graine : inutile de se mettre à poil, mieux vaut se percher), les représentants de papas privés de leurs enfants par leurs ex-compagnes/ex-épouses ayant viré amazones depuis leur séparation ont été reçu le 17 février ont été reçus par la ministre de la justice, Christiane Taubira, et par Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la famill, avec deux autres associations défendant les mêmes idées.  Le premier ministre avait en effet jugé « très urgent de recevoir ces associations ». Voilà qui a de quoi poser la légitimité des revendications qu’elles portent.

On les entend partout et on est souvent agaçé-e-s, pour le moins, par la teneur misogyne de leurs propos. On a déjà beaucoup dit sur ceux de Serge Charnay, le papa perché de Nantes : « Ce qui m’énerve le plus, c’est (…) que les femmes qui nous gouvernent se foutent toujours de la gueule des papas ». C’est dégueulasse hein !, Serge, de se faire foutre de sa gueule par l’autre sexe parce qu’on n’en est pas. Je sais. En plus on s’habitue jamais, tu sais… Tu vois, d’une certaine façon, tu pourrais devenir féministe.

Hier, SOS Papa était sur France Inter à une heure de grande écoute pour Le téléphone sonne. Grand moment. Petit florilège. Un papa témoigne à l’antenne. Séparé de son ex-femme, qui a quitté le domicile conjugal et monsieur pour un de ses collègues, et refusé la garde partagée de leur fille de 4 ans. « J’ai été jugé par une femme », précise-t-il. Pas de réaction du journaliste. Pas de réaction du Secrétaire général du syndicat de la magistrature et juge des enfants au TGI de Nancy, Eric Bocciarelli. Pas de réaction de Maître Elodie Mulon, « avocat[1] spécialisé en droit de la famille ». On aurait pourtant pu faire remarquer plusieurs petites choses. Par exemple : le sexe du juge intervient-il de quelque manière que ce soit pour orienter son verdict ? La réponse est non, et croire le contraire c’est méconnaître la profession de magistrat-e. Le juge apprécie des faits et inflige des peines en conformité avec la loi et non avec ses humeurs. Si ça n’est pas le cas, je m’insurge et voudrais ici porter réclamation pour toutes les femmes qui, justiciables avant que de devenir juges, ont été massivement et pendant des siècles jugées par des hommes.

Sarmiza Bilcescu (1867-1935)

Les femmes ont été durablement exclues de la magistrature, comme de l’exercice du droit de manière générale, par des lois sexistes qui leur interdisaient jusqu’aux études supérieures. La première femme qui entreprend des études de droit en France est  la roumaine Sarmiza Bilcescu. Le Conseil de la Faculté de Droit de Paris lui accorde l’autorisation de suivre les cours (pas à l’unanimité tout de même) en 1884. Première licenciée en Droit en 1887, elle soutient sa consacrée à La condition légale de la mère (l’histoire a un certain sens de l’ironie) en 1890. On connaît généralement mieux le cas de Jeanne Chauvin, qui soutient en 1892 une thèse consacrée aux professions accessibles aux femmes en droit romain et en droit français. Mais, quoi que docteur en droit, elle ne peut ni plaider, ni prêter serment puisqu’elle ne jouit pas des droits civiques qui lui sont nécessaires pour le faire. Les professeurs qui l’avaient autorisée à faire des études de droit n’avaient pas envisagé un instant qu’elle puisse vouloir en faire quelque chose ! Jeanne Chauvin demande son inscription au barreau de Paris le 24 novembre 1897. Sa candidature est jugée irrecevable dans un arrêt du 30 novembre 1897. L’impétrante est décidée à adopter d’autres modes de revendication… Mais elle n’escalade pas de grue ! Elle passe par la voie parlementaire. Le  30 juin 1899, on débat à la Chambre des députés de la proposition de loi déposée par René Viviani et plusieurs de ses collègues avocats, ayant pour objet de permettre aux femmes d’exercer la profession au nom du « principe de l’égalité d’accès à la profession d’avocat, à égalité de diplôme ». Après deux ans de discussion, la loi finit par passer et par entrer en vigueur. Il y aurait beaucoup à dire sur les arguments des opposants qui voyaient dans l’accession des femmes à la profession d’avocat « la fin d’une ère » (ce en quoi ils n’avaient pas tout à fait tort), voire de la famille bourgeoise (on peut rêver) et de la présomption de paternité (je sens que vous cherchez le rapport… moi aussi). Les caricatures du temps montrent ces femmes avocats en corset et porte-jarretelles de dominatrice SM (il y aurait tant à dire sur les fantasmes à l’œuvre dans l’esprit des opposants au féminisme). Le 1er décembre 1900, la loi est votée. La première femme à prêter serment n’est toutefois pas Jeanne Chauvin mais Olga[2] Petit le 6 décembre 1900, soit 24 heures tout juste après la promulgation de la loi au Journal officiel. Jeanne Chauvin la suit quelques jours plus tard, le 19 décembre.

Pour ce qui est de la magistrature, les choses sont encore plus tardives. Il faut attendre 1946 pour que « l’un et l’autre sexe » puissent y accéder. Cette ouverture de la magistrature a bien sûr fait débat. « Sauf exception, les femmes d’une part sont inaptes à exercer nos fonctions d’autorité, d’autre part nuisent au prestige du corps judiciaire » indique ainsi le Substitut général de la Cour d’appel de Paris dans son rapport du 17 novembre 1955. Ce n’est pas le lieu pour moins de m’y arrêter. Je renvoie sur ce point celles et ceux que cela intéresse à la lecture de l’article d’Anne Boigeol, « Les femmes et les cours. La difficile mise en œuvre de l’égalité des sexes dans l’accès à la magistrature »[3].

Je m’interroge tout de même. Est-ce parce que le juge était un homme que Marie-Louise Giraud fut guillotinée au matin du 30 juillet 1943 pour avoir pratiqué 27 avortements (illégaux en vertu de la loi de 1920 qui en fait un crime passible de la Cour d’Assise et de celle de 1941 qui porte ces faits devant le Tribunal d’Etat) dans la région de Cherbourg ? Pensez-vous ! Est-ce parce que ses juges étaient des hommes que Marie-Antoinette a suivi son époux sur la guillotine le 16 octobre 1793, au terme d’un procès inique au cours duquel elle doit répondre notamment d’accusations d’attouchement sur la personne de son fils ? Quelle idée ! Est-ce parce que ses juges étaient des hommes de Jeanne d’Arc a été jugée pour sorcellerie et brûlée vive à 19 ans le 30 mai 1431 ? Qu’allez-vous donc chercher là !

Il ne s’agit pas de « compter les points », ni de demander aux hommes d’aujourd’hui d’assumer un devoir de repentance pour ces siècles de sexisme. En revanche, il s’agit bien de demander que cela cesse, et ce n’est pas en jouant les « papas » contre les «mamans », et les hommes contre les femmes, qu’on arrivera à quelque chose.

Au témoignage indigné du papa (mal) jugé par une (juge) femme, on aurait toutefois pu répondre aussi qu’il va falloir qu’il s’y fasse, au fait d’être jugé par des femmes. Parce que les filles sont nombreuses sur les bancs des facultés de droit, et sur ceux de l’école de la magistrature. En 2010, hommes et femmes se répartissaient de la manière suivante dans ce corps professionnel.

Les femmes sont majoritaires, mais rien n’interdit aux hommes de s’engager dans de telles études. Rien de leur interdit de passer les concours, ces concours dont on vante l’équité pour l’accession à la fonction publique quand ils consacrent la présence majoritaire d’hommes mais qu’on conteste quand ils font la part belle aux femmes. Il va falloir s’y faire, à la présence des femmes dans ces métiers autrefois prestigieux, bastions masculins longtemps imprenables (l’enseignement, la médecine) massivement féminisés depuis le tournant des années 1980. Et ne venez pas m’énerver en faisant rimer « féminisation » et « dévalorisation » d’une profession. Le problème, ce n’est pas la présence des femmes. Le problème c’est cette foutue « valence différentielle » qui persiste à considérer le féminin comme de moindre valeur que le masculin. Le problème ça n’est pas les femmes, mais les préjugés sexistes.

Dominique Bertinotti, déplorant les propos  de Serge Charnay, a dit deux choses. « On ne peut pas empêcher des propos misogynes ou ordinairement machistes, ils sont encore légion assez courante ». Elle a tort. On peut. Et même on doit. « Seront punis des peines prévues à l’alinéa précédent [cinq ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende] ceux qui (…) auront provoqué à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur handicap ou auront provoqué, à l’égard des mêmes personnes, aux discriminations prévues par les articles 225-2 et 432-7 du code pénal ». C’est la loi, c’est en ligne, et c’est applicable quel que soit le sexe du/de la justiciable et celui du/de la juge. Elle a aussi dit que « ces propos rallument la guerre des sexes » : si c’est vrai, ça n’est pas le fait des féministes en particulier, ni des femmes en général. Serge Charnay et ses camarades de SOS-Papa réclament le droit de changer les couches de leurs enfants. Ils déplorent l’existence de préjugés sexistes qui conduisent à estimer qu’ils sont incompétents dans certains domaines supposément féminins (le foyer, l’éducation des enfants, etc.). Ils sont féministes ! C’est justement ce qu’on leur demande, de changer les couches, d’assumer leur part de la fonction parentale et de l’autorité qui va avec (qui, rappelons-le, est également partagée par le père et la mère depuis la loi du 4 juin 1970)[4], et de prendre leur part au fonctionnement du foyer, ce qui ne consiste pas seulement à rapporter pitance à bobonne mais aussi à passer l’aspirateur.

C’est ça le féminisme, l’« analyse faite par des femmes (i.e. à partir de l’expérience minoritaire, pas au sens statistique mais au sens de dominée), des mécanismes de l’oppression des femmes en tant que groupe ou classe par les hommes en tant que groupe ou classe, dans diverses sociétés, et volonté d’agir pour son abolition »[5]. C’est la fin du système de domination des unes par les autres qui est réclamé par le mouvement. Pas la fin des hommes ! On peut rassurer les militants de SOS Papas. En revanche, il faut faire preuve d’un peu de bonne foi et arrêter vos délires messieurs. Sur les écarts de salaires, vous vous êtes illustrés piètrement (voir en ligne) : « les hommes s’impliquent plus fortement dans des fonctions où les heures sont sans limite et la disponibilité, les voyages professionnels sont fréquents ». Reconnaissons que ça n’est possible que parce que Madame assure à la maison et modère ses propres ambitions professionnelles. Sur le mariage universel[6], « un long processus conduit par le lobby lesbio-féministe pour obtenir les enfants qu’elles ne peuvent produire elles-mêmes entre elles ». Bichette, faut qu’on t’explique : nous les femmes on n’a pas besoin de t’épouser pour te faire un enfant dans le dos et obtenir l’enfant en se passant du père. J’ironise (précisons-le, l’humour étant souvent assez mal partagé), en attendant qu’on invite les mouvements féministes, dans toute leur diversité, aux ministères et sur France Inter.

 


[1] C’est ce qu’indique le site de France Inter a qui on pourra faire remarquer que la première circulaire sur la féminisation des noms de métiers et de professions remonte à 1986, époque glorieuse où Yvette Roudy était « ministre des droits de la femme » (l’appellation seule a un peu vieilli). Sous le gouvernement Jospin un Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions. On le consulte en ligne.

[2] Il est intéressant de relever que les premières femmes à entreprendre des études supérieures en France sont presque systématiquement d’origine étrangère, notamment d’Europe centrale et orientale (russes, roumaines, polonaises). On constate le même phénomène pour les étudiantes en médecine. Cela s’explique par la qualité des études secondaires féminines dans ces pays à l’époque, par l’existence d’une élite francophile et francophone libérale pour ce qui concerne la condition féminine, et par la fermeture des cours d’enseignement supérieurs où ces jeunes femmes pouvaient précédemment s’inscrire dans leur pays d’origine. Elles se replient alors sur la Suisse ou la France où les Conseils de Faculté les autorisent à s’inscrire, considérant qu’elles ne voudraient de toute façon pas exercer la profession pour laquelle elles étudiaient, ou alors pas en France, ce qui préserveraient les étudiants et les professionnels français d’une concurrence jugée déloyale.

[3] Anne Boigeol, « Les femmes et les cours. La difficile mise en œuvre de l’égalité des sexes dans l’accès à la magistrature », in Genèses, n°22, mars 19996, p.107-129. En ligne.

[4] Avant, on ne parle pas d’ « autorité parentale », mais de « puissance paternelle ». Ambiance…

[5] Nicole-Claude Mathieu, L’Anatomie politique, Paris, Côté-femmes, 1991, p.135.

[6] C’était en ligne, mais apparemment on n’assume plus tout à fait cette prose…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Actualités / News. Bookmark the permalink.

One Response to SOS-Papa, une association de féministes qui s’ignorent ?

  1. Laetitia B. says:

    Aaaaah, mais merci. Ce “Téléphone Sonne”, je n’en suis pas encore remise…Et il y a peu d’interlocuteurs de taille pour en débattre.
    Je te demanderai aussi ton avis sur le blog d’Ovidie, à l’occasion.
    Des bises chère Muriel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">