Et si on lui foutait la paix, à Antigone ?

FEMEN, vous affirmez que le combat de la femme est féministe.

11 mots, seulement, et déjà je suis par deux fois en désaccord. Premier problème, qui est d’ailleurs récurrent dans le communiqué des Antigones, l’usage du terme « femme » au singulier. Désigner les individus de sexe féminin sous ce vocable au singulier, c’est prétendre qu’être « femme » c’est avoir une expérience singulière (au double sens de spécifique et d’unique) du social, et que toutes les femmes font LA même expérience. C’est prétendre qu’il y a UNE féminité, et donc prôner une démarche essentialisante, qui estime qu’il y a une « essence féminine ». Les Antigones sont clairement dans cette démarche-là, elles le disent : « Nous vous répondons qu’il [le combat de la femme] est féminin ». Or il est faux de dire qu’être femme (soit, jusqu’à plus ample informé, être dotée de 2 chromosomes X et du phénotype correspondant à ce génotype, ce qui est déjà loin d’être l’unique cas de figure, mais bon, c’est pas le sujet pour cette fois) conduit à faire une seule et même expérience du social. Être blanche ou noire, hétérosexuelle ou homosexuelle, ouvrière ou cadre,  conduit  les femmes à ne pas vivre toutes de la même manière leur féminité. Nous ne sommes pas toutes logées à la même enseigne pour ce qui est de subir les discriminations sexistes. Pour certaines, c’est double peine ou pire. Et ce n’est pas relativiser les difficultés des unes que de reconnaître la plus grande détresse des autres.

En plus, l’essentialisme, c’est contre-productif. Accepter l’idée qu’il existe une « essence féminine » peut sembler tentant. Cela fait longtemps que les femmes s’en sont rendu compte. Dès le XVIIe siècle, un courant intellectuel qu’on pourrait qualifier de « proto-féministe », la préciosité, défend cette idée[1]o×Dœÿÿÿÿ Pour ce courant « féministe » dominant alors, la « féminité », l’essence féminine, est un atout : sa mise en avant doit permettre aux femmes d’obtenir davantage de respect. On retrouve aujourd’hui la même idée dans un certain nombre de réseaux d’entrepreunariat au féminin, qui reprennent tous les poncifs éculés et les stéréotypes habituels sur les prétendues « qualités féminines ». Exemple (à lire en ligne, seulement pour les plus courageux-ses) : « Les femmes sont généralement des bons managers car elles sont dotées d’une fibre humaine, tout en restant rigoureuses et volontaires. En effet une femme manager saura bien souvent jouer de son empathie sans en faire trop, afin de garder la distance et la clairvoyance nécessaires. » Super MamanSuit une liste des qualités spécifiques de la femme manager : polyvalence, sens de l’organisation, empathie, art de fédérer, courage… C’est marrant, cette liste de « compétences » spécifiquement « féminines » correspond aussi assez bien au portrait idéal de Super Maman.

Mais il y a pire, en posant l’existence d’une essence féminine, on pose corrélativement celle d’une essence masculine, conçue comme supérieure puisque les hommes tiennent les positions dominantes (ça, c’est l’analyse sociologique de la situation présente, ou historique de très très nombreuses situations passées, qui nous le montre). Les Antigones le font sans vergogne, affirmant plus loin dans leur communiqué que « c’est la complémentarité entre les hommes et les femmes qui fait la richesse de notre société ». Bon, je vous épargnerai les plaisanteries graveleuses sur la complémentarité hommes/femmes (ben oui, quoi ! vous voyez bien qu’ils et elles s’emboitent). Et puis, de toute façon, il n’y a vraiment pas de quoi rire quand on voit revenir en force cette idéologie de la complémentarité. C’est quand même pas compliqué de comprendre ce que veut dire « complémentaire ». Ouvrez un dictionnaire : « ce qui complète ». Adopter cette perspective, c’est placer l’analyse des rapports sociaux de sexe sur le seul terrain de l’hétérosexualité, ce que font aussi les Antigones d’ailleurs, puisqu’elles disent « que ce n’est qu’avec les hommes que nous serons femmes à part entière ». On se croirait dans Le Banquet, de Platon (c’est dire si l’idée est neuve !). Vous ne suivez pas : relisez le texte . Pour les Antigones, les femmes ne sauraient se réaliser sans l’aval, le regard, le soutien, l’intervention (de quelque nature qu’elle soit) d’un mâle. Désolée les filles, mais moi je n’ai pas besoin d’un homme pour me révéler à moi-même, à ma féminité ou à mes capacités. On n’a pas forcément besoin d’être Puzzle« amante, épouse ou mère » , autrement dit toujours et éternellement femme d’un homme (amant, époux, enfant) pour exister. C’est aussi considérer qu’une femme est (et doit être) tout ce que n’est pas un homme (ben oui, si on est pareil, ça s’emboite plus, faut refaire des puzzles si vous voyez pas ce que je veux dire). Du coup, on peut s’amuser un peu : je vous dit un mot, vous me donnez son contraire.

– « Masculin ? » « Féminin »

– « Grand » « Petit »

Facile ? vous avez compris. C’esr marrant comme jeu en plus. Allez on continue :

– « Fort » « Faible »

– « Violent » « Douce (ou calme) »[2]

– « Autonome » « Dépendante »

– « Extérieur » « Intérieur »

– « Dominant » « Dominée »

On se marre moins, là, tout de suite[3]. Et on touche du doigt une (grosse) limite du féminisme essentialiste. Les défenseur-se-s des femmes qui adoptent cette conception des choses se trouvent en position de valoriser ce que leurs adversaires stigmatisent : la Nature des femmes, leur essence, leur différence. Insultée ou louée, la féminité détermine de toute façon une essence et une destinée hors du pouvoir institutionnel, hors des savoirs réservés aux hommes. Dès lors que l’on reconnaît l’existence d’une différence essentielle, tout ce qui est de fait l’apanage des hommes et de la virilité se trouve de toute façon interdit aux femmes du fait de leur différence, si noble soit-elle. Dans ces conditions, ce n’est pas une éducation différenciée qui explique les différences entre les sexes, mais bien la Nature, et seule une organisation sociale de type holiste et basée sur la complémentarité et le partage des fonctions est possible[4].

Dans ce cadre intellectuel, il est impossible de penser la différence des sexes dans sa dimension sociale : on ne l’envisage que par le prisme de la Nature ou des textes sacrés. Et je suis presque sûre d’avoir tapé juste si je me réfère, une fois encore, au strict contenu du communiqué des Antigones qui précise clairement leur position par rapport aux religions (enfin, elles elles disent la religion, alors j’imagine qu’elles pensent à une tradition religieuse plutôt qu’à une autre, mais je ne voudrais pas « forcer le texte » comme on dit quand on se livre à une analyse de document) : « FEMEN, vous affirmez que la religion est une aliénation. Nous vous répondons que c’est pour beaucoup d’entre nous le chemin de la liberté et de la réalisation de soi ». Remarquez, ça n’a rien d’étonnant, attendu que la brave Antigone s’oppose à son oncle Créon au nom de son devoir religieux…  Sur la base d’une prise de position essentialiste, les femmes se voient cantonnées dans « le royaume du sentiment, du cœur, du concret, du pratique, de l’incompétence, de l’irresponsabilité, de l’apparence, de l’instinct, du bavardage »[5], cependant que les hommes ont « celui du strict contraire, puisque leurs qualités sont radicalement, essentiellement, différentes »[6]. Et l’argument de la différence est un des ressorts majeurs de l’exclusion, de l’interdiction de très nombreux domaines aux femmes : pas assez intelligentes pour faire des études (la preuve par Julie Victoire Daubié, première bachelière de France en 1861 ou par Madeleine Brès, première femme docteure en médecine en 1875), pas faites pour les maths (la preuve par Ada Lovelace) ou les sciences (la preuve par Marie Curie), trop passives pour être créatrices (la preuve par les compositrices Clara Schumann ou Alma Malher[7] par exemple), trop discrètes pour s’engager en politique (la preuve par Louise Michel). J’en passe, et des meilleures.

Il faut le dire, une fois pour toutes, la complémentarité, c’est très mauvais pour l’égalité des sexes, cette « égalité des sexes » que les FEMEN revendiquent, et d’autres féministes avec elles.

Affirmer que le combat des femmes est féministe, c’est prôner la lutte, qui ne se réduit pas à l’affrontement violent mais qui passe, en revanche, par la revendication et la dénonciation, et nécessite de s’inscrire dans une dynamique de progrès qui s’accommode mal de l’immobilisme qu’accompagne l’adhésion aux principes de l’essentialisme, puisque « l’ordre naturel » est conçu comme « allant de soi » (ce qui interdit de le questionner, de revendiquer, de le mettre cause, et, vous n’y pensez pas, de le renverser). Il y a de l’immobilisme dans la posture que revendiquent les Antigones d’ailleurs : « Nous faisons bloc avec calme et détermination ». Elles disent d’ailleurs se lever contre « une idéologie qui sape les bases de notre société »[8], qui en met en question les fondations (immobiles par définition). Touchez à l’ordre naturel. C’est la société qui s’écroule. Ainsi considéré, le combat féministe est délétère pour la civilisation.

Affirmer que le combat des femmes est féministe ça n’est pas « combattre les hommes ». À condition de sortir de l’idéologie de la complémentarité. Si l’on s’en tient à l’idée de complémentarité entre les sexes, évidemment, on considère l’évolution des « rapports sociaux de sexes » (je préfère nettement cette expression à celle de « condition féminine » utilisée par les Antigones[9]) sur le modèle des vases communicants : pour que l’un se remplisse, il faut que l’autre se vide. Appliqué au combat féministe ça devient : « déshabiller Robert pour vêtir Ginette ». Forcément, ça crée des situations conflictuelles. Mais si on sort de la complémentarité en revanche, on arrive à comprendre qu’il y ait des hommes féministes. Et oui, ça existe ! Y’a même eu une thèse sur le sujet[10]. Être féministe, ça n’est pas « combattre les hommes ». En revanche, être féministe, c’est effectivement se lever contre « le machisme [qui] domine notre société » et qui est préjudiciable aux hommes autant qu’aux femmes. Mais ne parlons pas seulement d’elles, je sens que j’agace les Antigones. Alors concentrons-nous sur les conséquences du machisme pour les hommes. Éduqués selon les principes d’une masculinité hégémonique qui s’accommode mal de la norme scolaire qui valorise discrétion et discipline, ils bénéficient d’une espérance de formation initiale moins longue que celle des filles. Leurs taux de réussite au brevet et aux baccalauréats sont moindres. Ils sont davantage sujets au redoublement et il semble qu’ils soient plus nombreux parmi les petit-e-s patient-e-s traité-e-s pour anxiété et phobie scolaire[11]. Comment ne pas voir ce que les stéréotypes machistes engendrent de souffrance pour les garçons et les hommes qui ne se sentent pas en adéquation avec les normes de cette masculinité hégémonique : les grands sensibles, les pas-assez-virils ; mais aussi pour ceux qui s’y conforment en adoptant des pratiques à risques coûteuses pour eux en terme d’espérance de vie par exemple (pour un garçon né en 2011, l’espérance de vie est de 78,2 ans contre 84,8 pour une fille née la même année).

Combattre « seins nus » n’est pas contraire à la « dignité » (sinon ce Delacroix, quel manque de chic !).Eugène Delacroix - La Liberté guidant le peuple Pourquoi les corps féminins devraient-ils s’envelopper de honte ? La pudeur n’est pas de ces qualités féminines naturelles, Mesdemoiselles Antigones, c’est un acquis culturel qui plonge ses racines dans l’embarras si tôt appris que les filles ont de leur corps, parce qu’elles sont trop grosses, parce qu’elles ont leurs règles, parce qu’elles portent  les stigmates de la faute prétendue, du péché originel.

Vous reprochez aux FEMEN d’être « payées pour revendiquer [leurs] idées » et vous leur répondez « que la cause de la femme ne se marchande pas ». De quoi au juste les accusez vous ? De toucher indument de l’argent public ? Ou pire (selon vous du moins), de vendre leur corps. Sachez d’abord que pour certaines travailleuses du sexe, la vente de services sexuels entre adultes consentants est une transaction comme une autre, pas plus avilissante que la vente de toute forme de force de travail (mais il est vrai que cette idée ne fait pas l’unanimité parmi les féministes). Admettez ensuite qu’on n’a pas tout à fait attendu les FEMEN pour voir des femmes à poil à tous les coins de rue ou presque. Je ne vous referai pas l’article sur les usages des corps féminins dans la publicité. C’est n’avoir pas compris grand chose au ressort de la nudité des FEMEN que de considérer qu’elles « réduisent la femme à n’être qu’un corps », alors mêmes qu’elles expliquent clairement que c’est un moyen de reprendre le contrôle de leur corps, de rompre avec la réification dont il est habituellement l’objet[12]. Cela étant dit, je ne suis personnellement pas non plus une inconditionnelle des modalités d’interventions de FEMEN, pas plus que de certains aspects de leur discours. Il vous faut donc comprendre, Ô Antigones, que « féminismes », comme « femmes », se décline au pluriel.

Que de certitudes chez vous, Mesdemoiselles Antigones, qui savez ce que sont « les vraies femmes », et nous les montrez « dignes, sourire aux lèvres, élégantes ». Et comme vous les réduisez à néant, ces revendications contre-nature, que vous résumez à une « opposition stérile » ! Évidemment, « féminité » se doit de rimer avec « fécondité », là où « féminisme » est toujours associé à « stérilité ». Si vous saviez combien votre critique me paraît datée, à moi qui suis coutumière des analyses anti-féministes du XIXe siècle. Déjà, à l’époque, on redoutait le féminisme qui « hominise » la femme. « La femme ne doit pas se faire le singe de l’homme. La masculinisation de la femme serait un fléau pour toute la civilisation et pour elle-même. Car elle y perdrait son ascendant et son prestige. Qu’elle se fasse doctoresse, avocate, suffragette, ministresse, tout ce qu’elle voudra, mais qu’elle reste femme »[13]le-matriarcat-caricature « Vos méthodes [sont] dégradantes » dites-vous. Elles portent atteintes à la dignité des femmes. Et vous criez au scandale (« votre démarche dégradante nous a scandalisées »). On s’en prenait dans les mêmes termes à peu de choses près aux militantes suffragistes qui, au cours de ce qu’on a coutume de désigner comme « la première vague du féminisme » (mi-XIXe à mi-XXe siècle), réclamaient pour les femmes le droit de vote.

Vous citez Tolstoï : « Femmes, c’est vous qui tenez dans vos mains le salut du monde ». Tant qu’à faire, faisons-nous l’intégrale du petit florilège des citations papillottes de Noël. « La femme est l’avenir de l’homme » (Louis Aragon). « Demain sera féminin » (Les Trois Suisses).  Oups, je sens que je m’égare.

Et vous vous réclamez d’Antigone, luttant au nom de son devoir religieux contre une loi humaine, incarnant l’opposition du légitime face au légal, disqualifiée par son oncle, le brave Créon qui considère que ce n’est tout de même pas une femme qui va lui dire quoi faire, et finalement emmurée vive. Au nom de quelle religion parlez-vous ? Contre quelle loi ? Pour faire face à des femmes ? Sans doute nos interprétations du mythe divergent-elles. Vous vous appropriez déjà bien des choses : « notre pays », « nos rues », « nos journaux », « nos écrans de télévision », et jusqu’à « nous, les femmes ». Alors s’il vous plaît, foutez lui la paix à Antigone.   

antigone1

 

 

 

 


[1] Sur ce point, on peut renvoyer à l’éclairante lecture de l’ouvrage d’Elsa Dorlin, L’Evidence de l’égalité des sexes : une philosophie oubliée au 17e siècle, Paris, L’Harmattan, 2001.

[2] C’est marrant, les Antigones vont pile dans mon sens : « FEMEN, vous vous affirmez dans l’indignation et la violence. Nous faisons bloc avec calme et détermination ».

[3] Françoise Héritier enrichit considérablement cette analyse pour le moins basique quand elle explique ce que c’est que la « valence différentielle des sexes », qui induit une dévalorisation systématique du féminin par rapport au masculin. Elle montre par exemple comment, dans les civilisations où l’actif est valorisé (l’Occident par exemple), les femmes sont du côté du passif. Mais là où c’est l’inverse (en Asie, l’agitation productive s’accommode mal de la figure du sage touchant à l’ataraxie), les femmes sont du côté de l’actif.

[4] On trouve des traces de cette conception holiste des choses dans l’affirmation des Antigones qui réclament « une société qui respecte la femme dans sa globalité ».

[5] Elsa Dorlin, op.cit., p.23.

[6] Idem 

[7] Désolée, je suis spécialiste du XIXe, je fais donc avec mes petites ressources perso. On pourrait citer des très très nombreuses autres créatrices, dans tous les domaines des arts d’ailleurs.

[8]  Citation tirée du site des Antigones : http://antigones.fr/2013/05/afp-rassemblement-de-jeunes-femmes-a-paris-contre-les-femen/ [Consulté le 27 mai 2013]

[9] C’est curieux d’ailleurs, qu’elles utilisent cette expression, attendu qu’elles défendent l’idée que la situation des femmes ne saurait se comprendre sans référence aux hommes puisque ce n’est qu’avec les hommes qu’elles sont femmes à part entière. Or si on parle de « condition féminine » plutôt que de « rapport sociaux de sexe » on est dans une posture essentialiste (la condition c’est un cadeau de Dame Nature) mais pas dans la complémentarité (on pense le féminin tout seul dans son coin)… Bref, c’est hors sujet pour ce post, et on peut lire des choses très intéressantes sur la valeur comparée de ces différentes expressions par exemple dans Michelle Zancarini-Fournel, « Condition féminine, rapports sociaux de sexe, genre…  », CLIO. Histoire, femmes et sociétés, 32 | 2010, 119-129. En ligne.

[10] A ce propos, voir la thèse d’Alban Jacquemard.

Pour les paresseux-ses qui n’auraient pas le temps de lire la chose in extenso, voilà de quoi se documenter quand même : un article (http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00608896/) et un entretien (http://www.article11.info/?Les-hommes-dans-les-mouvements)

[11] Les travaux du docteur Donata Marra, psychiatre à la Pitié-Salpétrière, semblent le montrer.

[12] Il y a eu beaucoup de choses écrites sur les FEMEN. Des fois que ça vous intéresse, vous pouvez lire ça, pour mieux comprendre :

http://gem.hypotheses.org/836#more-836

http://gem.hypotheses.org/856

[13] Léon Daudet, 1878.

 


2 réflexions au sujet de « Et si on lui foutait la paix, à Antigone ? »

  1. Merci pour cette stimulante et précise analyse, et pour la petite dose d’humour qui va si bien avec.
    Je n’hésiterai pas à m’en servir le cas échéant pour la réédition de mon petit bouquin chez Bréal, Sexe et société, que je prépare en ce moment.
    Une question : la référence à F Héritier (sur l’actif et le passif), c’est dans quel ouvrage ?

  2. Vous n’avez pas peur de les brusquer, ces dangereuses bichettes dans leur blanche tenue, elles qui savent reconnaitre au premier coup d’oeil les femmes « manipulées »? Au fait, le blanc, rien à voir avec la virginité, j’espère?! A leur âge, ce serait triste, pour ne pas dire pathétique, de la revendiquer, non?!
    Ne les sous-estimons pas: si elles ne comprennent peut-être pas tout de la démarche politique des Femen, elles n’en sont pas moins de redoutables réacs et méritent à ce titre, comme vous l’avez si bien fait, d’être frontalement attaquées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *