Quand définir c’est assigner…

Dans un précédent post, je m’étais largement étendue sur les vertus performatives du langage, et du coup sur la nécessité de s’en saisir pour mener la lutte féministe (c’est à lire en ligne). Les mots sont importants, vous l’avez donc compris. Mais plus important encore il y a le sens qu’on leur donne, à ces mêmes mots.  Continuer la lecture de Quand définir c’est assigner…

Le langage, catégorie utile pour la lutte féministe

Il y a des hasards tout à fait étonnants. Hier (jeudi 27 septembre 2012), Cécile Dufflot a mis les choses au point à l’Assemblée nationale. Petit rappel des termes de l’échange : « ce que je sais M. Accoyer, c’est que je suis une femme. Je vous prierai donc de m’appeler Madame la ministre […] Sinon je me verrai dans l’obligation de vous appeler, Monsieur le député, avec un “a” ce qui ferait Monsieur la député. Ce serait aussi désagréable à votre égard qu’au mien ». Continuer la lecture de Le langage, catégorie utile pour la lutte féministe

Mais ça m’énerve !

A quoi ça sert qu’on se décarcasse à promouvoir le jouet non sexiste, à produire des études sur la question et à relayer les travaux de celles et ceux qui nous démontrent régulièrement et par A + B que l’imaginaire enfantin est un truc mixte ? Quand on voit que Lego se réjouit d’avoir enfin sorti une gamme pour fille (rose et parme, évidemment) on se dit que, sans doute, c’est parce qu’on a soi-même beaucoup joué avec la gamme « pour garçon » (c’était pas marqué sur la boîte, à la décharge de maman, ça fait partie de ces implicites qui veulent dire « masculin ») qu’on a tourné féministe. Qui sait ?

Marie Duru-Bellat livre son analyse sur le sujet dans Alternatives Économiques, et c’est à lire en ligne. Continuer la lecture de Mais ça m’énerve !