Quel cadre institutionnel pour la formation des enseignant-e-s à l’égalité des sexes ?

A l’heure où la formation (mais peut-on encore parler de formation ?) des maîtres a sérieusement du plomb dans l’aile, on peut tout de même rappeler que les questions d’égalité des sexes ont y toute leur place. Et ça n’est pas une histoire de militantisme : un cadre institutionnel clair, ferme, abondant, et déjà ancien, donne toute leur légitimité aux formations des enseignant-e-s aux question de genre. De quoi rappeler à tous et toutes que nous travaillons dans un cadre légal clairement défini par deux fois, et en haut lieu.

On commence avec la convention interministérielle de 2000, à titre d’information et de « document historique », en ligne.

On continue avec la convention interministérielle renouvelée en 2006, également en ligne.

Il faut ajouter à ces textes les dispositions du Code de l’éducation (article L.12-1) qui, depuis sa modification par la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’École de 2005, affirme que « les écoles, les collèges, les lycées et les établissements d’enseignement supérieur […] contribuent à favoriser la mixité et l’égalité entre les hommes et les femmes, notamment en matière d’orientation ». Pour la première fois, un texte législatif pose ainsi la question des conséquences de la mixité scolaire en terme d’égalité des sexes. Il était temps, car il y a longtemps que des élèves de sexes différents se côtoient sur les bancs de l’école en France, fréquentant un même espace et recevant, en principe, un même programme d’enseignement… Je vous parlerai une prochaine fois de l’histoire de la mixité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.