Faut-il avoir peur de l’hypersexualisation des petites et jeunes filles ?

Ce matin, je me suis levée du bon pied et de bonne humeur, et j’ai écouté avec beaucoup d’intérêt la chronique de Caroline Eliacheff, que je trouve souvent éclairante et toujours juste. Bref, ce matin, il était question de l’hypersexualisation des (petites) filles. C’est quoi le problème ?

Résumé des épisodes précédents :

Sur la demande de la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, RoselyneBachelot, la sénatrice Chantal Jouanno, membre de la commission des affaires sociales et de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, vient d’être chargée d’une mission sur l’«hypersexualisation des petites filles», notamment dans les publicités, par la ministre des Solidarité et de la Cohésion sociale. Objectif final du ministère des Solidarités : la rédaction d’une «charte relative à la protection des enfants dans les médias», qui sera publiée en janvier… « Ouuuaaah ! » pourrait-on être tenté-e de s’exclamer, si ce n’était pas la énième fois qu’on produisait ce genre de document, avec les effets que l’on sait. Rappelons ici, pour être taquine, que la France a ainsi signé une Charte pour l’égalité des hommes et des femmes  le 8 mars 2004 (c’était alors Nicole Ameline, Ministre déléguée à la Parité et à l’Egalité professionnelle, qui s’y était collée : cf. mon précédent billet). Or, c’est bien connu, depuis l’égalité hommes / femmes est devenue réalité…

Bref, la sénatrice a expliqué au Parisien ce mardi qu’elle comptait «travailler avec les psys, l’Education nationale, les magazines, l’industrie de l’habillement» pour étudier ce phénomène ainsi que les « dégâts causés par cette hypersexualisation de leur univers dans leur construction psychique », et bien sûr prévenir son développement. Elle devra également formuler des recommandations pour mieux sensibiliser les parents et la communauté éducative de l’enfant, indique un communiqué du ministère.

Roselyne Bachelot a par ailleurs installé un groupe de travail sur l’élaboration de cette charte, dirigé par Jacques Hintzy, président d’Unicef France. La charte devra in fine permettre « d’établir des principes visant à ne plus promouvoir dans les médias des reportages, produits ou services qui encouragent l’hypersexualisation des petites filles », précise le texte.

Alors ça, ça vous bluffe, hein ! Que de n

« Qu’est-ce que c’est que cette affaire » pensez-vous ? « Y a-t-il péril en la demeure ? ». Si, comme nos chers parlementaires, vous cherchez des infos, moi je vous en donne :

Quelque chose de très général, mais d’assez édifiant, sur le site de France Télévision.

Le documentaire de Sophie Bissonnet « Sexy Inc. Nos enfants sous influence » est en ligne sur YouTube (35 minutes). À voir et à utiliser lors de nos formations.

Et puis un article pointu, vraiment scientifique, sur la question, signé Philippe Liotard et Sandrine Jamain-Samson, « La « Lolita » et la « sex bom », figures de socialisation des jeunes filles. L’hypersexualisation en question », in Sociologie et sociétés, volume 43? numéro 1, printemps 2011, p.45-71.

Madame la ministre est mal informée quand elle affirme qu’il « n’existe pas la moindre étude sur les dégâts causés par cette hypersexualisation de leur univers et de leur construction psychique [aux petites filles] : dégradation de l’image, dépression, troubles alimentaires. On voit bien que ça peut avoir des conséquences, et même si ce n’est pas grave, ça remet en cause les valeurs de notre société ». Encore une qui devrait mieux s’entourer. Là encore, si elle embauche, je peux donner des noms… Bref, je sais que le Canada c’est loin, mais souvent, pour les problématiques qui nous intéressent, c’est efficace de regarder au-delà de l’Atlantique. Donc il y a eu un colloque organisé sur ce sujet, avec même une évaluation des conséquences de l’hypersexualisation, et des pistes d’action proposées, à l’initiative du Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF). Et la très bonne nouvelle, c’est que les actes en sont consultables sur le net. Allez, je vous donne même l’adresse.

Là encore, il existe quelques experts, qui ont quelques réponses à apporter, si on veut bien les consulter.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.