Un nouveau secret de beauté ? Une réflexion proposée par Sigolène Couchot-Schiex

« L’équipe d’Artbeating vous fait découvrir en exclusivité dans ce Creative Friday le dernier produit (de beauté) d’Adobe, un cosmétique révolutionnaire répondant au nom de Fotoshop by Adobé. Une parodie de publicité du réalisateur Jesse Rosten qui reprend avec succès les codes publicitaires pour la cosmétique. Fs Healing Brush, Hue/Saturation ou encore Liquify, quel sera l’outil miracle ? » C’est à voir en ligne.

Jesse Rosten est metteur en scène, il reprend les codes publicitaires des produits cosmétiques en les parodiant. Comment sont traités les corps exposés dans cette publicité ? Que nous apporte vraiment ce logiciel ?

Certes, il s’agit bien d’un miracle ! le miracle des corps beaux, encore une fois. D’accord, on a compris que les beaux ont plus de chance dans notre société que les moches : gros.s.es, petit.e.s, bigleux.ses, de couleur, fesses molles, p’tits zizis, p’tits seins… tout peut y passer. Peu importe puisque la magie du numérique vous transforme en une reine de beauté ou un roi musclé (il est vrai absent de cette publicité). Est-ce dérangeant en soi ? Il n’y a plus guère de dupes qui pensent que les peoples sont ceux qu’ils sont : tout est plastifié, truqué, arrangé pour faire rêver. Vendre du rêve, pourquoi pas ? alors à quand les pilules roses, ou les lunettes prismatiques qui font voir la réalité que vous souhaitez ?

Ce qui me dérange profondément, c’est qu’à travers ce genre de film et de produit, notre société est entrain de dire que le trucage, l’arrangement (ici visuel) est socialement valorisé. Finalement, la beauté devient une norme intransigeante, ultime à laquelle il faut se soumettre par quelque moyen que ce soit. Certes, fotoshop n’est pas une chirurgie plastique. Le résultat n’est pas durable dans le temps sur le corps lui-même et ne concerne que des images, mais sommes-nous sûr.e.s qu’on en restera là ? Cette norme de beauté qui est exprimée implicitement dans cette bande annonce, induit une transmission, un apprentissage social qui touche tout un chacun sans exclusivité. Or les personnes cibles (les jeunes filles, et d’une manière générale les femmes) sont aussi les plus vulnérables, les plus fragiles. Leur vulnérabilité prend le dessus au point de rupture où le corps idéal ne correspond plus au corps réel et entraîne une dismorphophobie (trouble psychique grave) qui intervient dans l’anorexie mentale. Trouble dont souffrent de plus en plus de jeunes filles, de plus en plus jeunes d’ailleurs.

Le corps idéalisé est ici clairement un objet stéréotypé, produit de consommation. La publicité se calque d’ailleurs en la parodiant sur les publicités de produit de beauté. Le corps idéalisé s’oppose au corps réel, celui que l’on a, pour être celle ou celui que l’on est : singulière ou singulier ; produit de nos expériences corporelles agréables ou non, et de nos désirs. Le corps idéal nous garantirait le succès social, le même que dans les films, les séries… synonyme de droiture morale, alors que le corps réel reste dominé par ses faiblesses, ses désirs à assouvir. Le corps idéal s’exprime par une forme resserrée et compacte, musclée, juvénile, pour mettre les traits en valeur de manière parfaite (peau, sourire, teint, texture…). Il s’agit bien par ce logiciel de nous promettre le bonheur… jusqu’à ce que l’on croise un miroir ? Pourquoi ne pas apprendre à vivre son corps plutôt qu’à le contempler dans une fausse réalité. Apprendre ce dont on est capable soi-même, sans tricherie, ni dopage ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.