Rencontre GEM / Liege à Lausanne ce mercredi 28 mars

Nos deux groupes de recherche, le GEM pour la France, le Liege pour la Suisse, se sont retrouvés aujourd’hui pour une journée aussi conviviale que riche en réflexion dans les locaux de l’Unil. Au programme : « Regards croisés sur les systèmes de formation professionnelle en Suisse et en France. Comment observer les inégalités et les mesurer ? », pour une approche comparée de nos situations nationales respectives.

Voici en résumé ce qui s’est dit au cours de cette journée.

George Waardenbourg a ouvert la journée en nous entretenant du système de formation en Suisse. Après avoir soutenu une thèse de sociologie sur ce sujet, il travaille actuellement à l’OFFT (Office fédéral de la formation  professionnelle  et la technologie).  Il a notamment souligné l’importance de la formation duale (alternance école / entreprise) et de l’apprentissage en Suisse, ainsi que les liens étroits qui existent entre la formation professionnelle suisse et les différents secteurs économiques et industriels. Les diplômes délivrés au titre de la formation professionnelle, les CFC (certificats de formation cantonale) sont reconnus et valorisés sur le marché du travail, et permettent une bonne employabilité à ceux et celles qui en sont titulaires. Son travail montre, une fois de plus, combien la répartition des secteurs professionnels sont sexués.

Signalons notamment sa participation à l’ouvrage codirigé par Mathias Millet et Gilles Moreau, La Société des diplômes publié à La Dispute en 2011, et consacrée à la présentation du système suisse de diplômes.

Nadia Lamamra est ensuite intervenue sur l’apprentissage comme fabrique du genre. Elle travaille à l’IFFP et présente dans ce cadre les résultats de sa thèse sur les liens entre marché du travail, formation professionnelle et ségrégation.

Elle commence par souligner, comme Georges Waardenburg, le lien étroit qui existe entre la formation professionnelle et le monde du travail par le biais de la formation duale, ainsi que la tendance à la tertiarisation et à l’intellectualisation (élévation du niveau de base de toutes les formations professionnelles) qui marque actuellement la formation professionnelle en Suisse.

Son travail porte plus spécifiquement sur les apprenti-e-s qui ont renoncé en cours de formation au cursus qu’ils/elles avaient choisi. Elle souligne notamment la tension qui est au cœur du statut même d’apprenti-e-s : entre former et produire la tension est permanente (en tant qu’apprenti-e on est encore élève, mais on est impliqué dans le fonctionnement d’une entreprise).

Nadia Lamamra montre notamment comment la formation professionnelle transmet des normes sexuées, mais fabrique aussi des travailleurs et des travailleuses dans un contexte ségrégué. Elle retient particulièrement la dimension dynamique de la construction de ce contexte de ségrégation, soulignant la participation des apprenti-e-s à la fabrique du genre (en se mettant en conformité ou non par rapport à la norme de genre).

J’ai pour ma part retenu principalement 4 points dans son intervention.

1. Apprentissage de la division sexuelle du travail et de la hiérarchie (cf. les travaux de Devreux sur l’armée française : dans un lieu non-mixte, les nouvelles recrues sont assignées à un poste de dominé, en l’occurrence l’entretien).

Les apprenti-e-s sont souvent assigné-e-s à des tâches subalternes, d’entretien, en lien avec le statut ambigu d’apprenti évoqué plus haut. Ces tâches subalternes, inintéressantes et peu formatives sont apparentées à des tâches domestiques exécutées dans la sphère professionnelle par les femmes. Le statut d’apprenti prévaut sur l’appartenance de sexe : situation provisoire pour les jeunes hommes, pour lesquels c’est un véritable repoussoir (menace du déclassement qui permet de leur apprendre à tenir leur place dans le rapport social de sexe : mobilité sociale et mobilité de genre, doublement ressentie comme descendante).  Nadia souligne également le caractère subordonné et fractionné de l’activité : pas de gestion autonome de l’emploi du temps, position de subordination à l’ensemble des collègues et totale disponibilité que cela suppose, ce qui empêche de mener une tâche à son terme (non gestion du temps et morcellement de l’activité).

2. Les règles du jeu : l’organisation du travail repose sur une hiérarchie de statut, d’âge, de sexe (et entre apprentis selon leur degré d’avancement). Le travail non-productif, comme les tâches d’entretien, renvoie aux tâches domestiques effectuées par les femmes. Le but est donc de quitter au plus vite ce statut d’apprenti-e de première année, et de gagner un peu de pouvoir, fut-il minime.

3. La socialisation au normes de genre : devenir un homme (dans des métiers dits masculins)

Cette socialisation consiste essentiellement dans un apprentissage de la rudesse, de la brutalité et dans un déni de la peur (virilité comme stratégie de défense comme l’ont illustré Dejour et Molinier). La virilité, qui consiste à retourner les contraintes en plaisir, passe par l’importance accordée au collectif de travail qui enseigne les moyens d’épargner son corps (tâches physiquement pénibles) mais précise aussi qu’il est interdit de faire mention de la souffrance au travail (on se moque de celui qui peine). Violence et menace de déclassement participent avec une égale efficacité à la construction de cette norme de masculinité (attaque sur la virilité, mise en question personnelle).

4. Socialisation au normes de genre : devenir une femme (dans des métiers dits féminins)

Nadia Lamamra relève 4 éléments constitutifs de cette norme de féminité :

–       Le « physique de l’emploi » : nécessité de la minceur dans certaines professions féminines par exemple.

–       La tenue appropriée : double standard d’être séduisante sans être vulgaire.

–       Être à la mauvaise place : cas de pionnière dans une situation professionnelle non conforme, avec les interrogations que cela soulève concernant les campagnes de valorisation des orientations atypiques, qui peuvent être difficiles à vivre au quotidien.

–       Mise à l’épreuve et surprotection (pour une pionnière) : on retire à la jeune fille la possibilité de se former, l’accès aux outils, on la limite dans ses activités professionnelles avec une gestion paternaliste de la situation de crise (Mary parle du « coût de la transgression »).

La troisième communication de la journée, proposée par Caroline Regamey, consistait en un bilan des mesures prises pour les jeunes adultes en difficulté d’insertion professionnelle en Suisse. Caroline travaille dans le cadre du centre social protestant qui mène plusieurs programmes de soutien aux jeunes apprenti-e-s.

Fanny Gallot et Naïma Anka-Idrissi ont interrogé l’organisation de la formation professionnelle en France, dans le cadre plus spécifique des lycées professionnels. Leur proposition d’analyse repose sur une approche intersectionnelle particulièrement intéressante et novatrice, qui n’a malheureusement pas pu être discutée aussi longuement qu’elle l’aurait mérité.

La journée s’est terminée par une présentation en forme d’ouverture sur l’avenir, proposée par Sigolène Couchot-Schiex et Muriel Salle. Comment institutionnaliser nos rencontres amorcées dans le cadre restreint du GEM et du Liege ? Quel avenir donner à ces collaborations fructueuses ? Parmi les propositions, la création d’une association de droit suisse pour encadrer, légitimer et visibiliser nos recherches et nos actions a été soumises aux participant-e-s. Un document de présentation de ce projet circule entre les présent-e-s à notre réunion du jour, qui peut être amendé par tous et toutes. Le bilan de cette consultation sera présenté lors de notre prochaine rencontre, en marge du XVIIe Congrès de l’AMSE-AMCE-WAER : l’assemblée générale fondatrice de l’association devrait se tenir à cette occasion. Bref, ce n’est que le début de nouvelles, nombreuses et palpitantes aventures de recherches collectives.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.