Demandez le programme…

Comme vous vous en souvenez peut-être, nous sommes quelques-unes à nous rendre cette semaine au Luxembourg, pour le colloque international de l’ADMEE-Europe. Je vous rappelle le thème de cette année : L’évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel. Des compléments d’information sont en ligne.

Vous pouvez lire ici quelques éléments sur le symposium que Sigolène Couchot-Schiex,  Isabelle Collet et moi-même allons y présenter.

SYMPOSIUM 5 : Le genre comme compétence professionnelle des enseignant‐e‐s

Muriel SALLE1, Isabelle COLLET2, Sigolène COUCHOT-SCHIEX3

L’égalité femmes/hommes se trouve actuellement questionnée par nombre de lieux institutionnels ou non institutionnels, démontrant à la fois le dynamisme de la réflexion collective et la place cruciale de cette problématique. Nous partageons la conviction que la place des femmes et des hommes dans la société ne peut évoluer que si l’ensemble des institutions assument une position volontariste et ambitieuse en matière d’éducation. L’ambition des formations que nous menons auprès des enseignant‐e‐s est donc de les amener à développer des compétences réflexives et à mettre en œuvre un enseignement qui assure une égalité réelle.

Cette question de l’égalité des sexes est complexe et nécessite une certaine déconstruction des a priori et des clichés communs. Le genre constitue le concept clé de cette compréhension, permettant de dépasser la distinction du sexe biologique et du sexe social, il amène à considérer que les comportements sexués sont des modèles construits culturellement et historiquement. Il conduit à analyser les rôles, places, enjeux, pouvoirs qui divisent les femmes et les hommes dans nos sociétés. Dans un contexte en pleine évolution qui questionne et précise les gestes professionnels attendus, les questions du genre doivent trouver une insertion à tous les niveaux des institutions éducatives, et être réaffirmées sans relâche dans la formation initiale comme dans la formation continue pour tous les intervenants des équipes éducatives.

Les trois communications proposées s’attachent à démontrer qu’enseigner avec le primse du genre est une réelle compétence professionnelle à construire tout au long du processus de formation. Depuis quelques années, cette compétence constitue d’ailleurs une préoccupation spécifique intervenant dans l’évaluation et la titularisation des enseignant-e-s en France et en Suisse romande. Au niveau international, l’Union Européenne « fait de l’égalité entre les femmes et les hommes l’un des axes prioritaires des politiques de l’emploi » (Convention interministérielle, 2000), et encourage ses États membres à proposer des actions dans ce sens.

Les institutions françaises ont porté des actions volontairstes depuis plusieurs décennies, mais nous relevons notamment la dernière convention qui stipule explicitement la nécessité de « former l’ensemble des acteurs et actrices du système éducatif à l’égalité », intervenant à tous les niveaux du cursus scolaire, de la maternelle à l’enseignement supérieur.

Dans le canton de Genève, le Département de l’instruction publique en a fait une de ses priorités et impose d' »introduire la dimension genre dans la formation initale pour aider les futur-e-s enseignant-e-s à mieux repérer les stéréotypes de genre dans les contenus enseignés et dans les pratiques pédagogiques ».

Toutefois, si certains textes affichent à l’origine un volontarisme explicite, une dilution de ces affirmations se fait sentir dans les ré-écritures qui succèdent aux textes initiaux. Nous pouvons trouver des exemples de cette dilution aussi bien dans le Plan Educatif Roman que dans le référentiel de compétences des maîtres en France.

La première communication de notre symposium (Muriel Salle) présentera l’intérêt de croiser la question du genre et des référentiels de compétences enseignants, puis abordera plus spécifiquement cette question par une analyse comparative du référentiel de compétences des maîtres (version 2006 et version 2010) en France.

La seconde communication (Isabelle Collet) montrera comment il est possible d’activer des compétences concernant le genre en formation des enseignant-e-s en s’appuyant sur le référentiel de compétences en cours d’élaboration pour le Canton de Genève.

Enfin, la dernière communication (Sigolène Couchot-Schiex) s’attachera à montrer comment des enseignant-e-s novices en Éducation Physique et Sportive tentent de mettre en œuvre les recommandations du référentiel de compétences des maîtres pour ce qui concerne les questions de genre et comment ils peuvent en tirer des éléments d’évaluation.

  1. Université Claude Bernard Lyon 1 []
  2. Institut universitaire de formation des enseignants (IUFE) / Université de Genève []
  3. IUFM de Lyon []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *