L’égalité professionnelle, ça se construit dès l’orientation.

L’égalité professionnelle, qui a l’air de revenir à la mode (cf. la campagne du Laboratoire de l’égalité conçue par Médiaprism), se construit dès l’orientation, donc à l’école, au collège, au lycée. Mais pour aller vers davantage d’égalité dans le monde du travail, il faudrait commencer par introduire davantage d’égalité dans les campagnes pour l’orientation. Et ça, c’est pas gagné du tout si l’on en croit la nouvelle campagne de L’étudiant : « Êtes-vous sûr (au passage on ne féminise pas, évidemment) du métier que vous allez choisir ? ». Précisons que L’étudiant est un portail dédié aux étudiants,  qui doit permettre de bien vous orienter et de ne pas choisir la mauvaise filière. Cela fait deux ans que L’étudiant a choisi ce slogan, et la première version de sa campagne m’avait fait sourire. Petit exemple avec un astronaute qui, de toute évidence, n’a pas l’estomac à l’épreuve de l’espace…

Mais cette année, signe des temps ?, on continue à faire dans l’humour, mais on choisit de faire dans l’humour sexiste. Voici de quoi il retourne. La campagne met en scène 2 filles et 2 garçons (parité ?!). La première « voudré etre écrivin », « c une vré pasion ». Ouarf, ouarf. Morte de rire : elle est nulle en orthographe. Rien de bien méchant me direz-vous. Sauf que ça ne s’arrête pas là. Cette demoiselle potentiellement mal orientée est surtout une sacrée cruche, avec tous les accessoires qui le prouvent : vernis à ongle rooooose, rouge à lèvres, luttes de soleil et sourire de bécasse AOC, talons hauts.

Elle a une copine, qui elle veut être kinésithérapeute. Choix honorable, s’il en est. La justification du choix l’est moins puisque c’est pour « manipuler les hommes ».  Et pour ceux et celles qui n’auraient pas bien compris, une petite diablotine en minijupe rouge au second plan enfonce le clou. La coquine !  J’oubliais le coup de stabilo roooose sur l’une et l’autre de ces deux affiches. Si c’est pas la preuve qu’il s’agit bien de choix féminins.

Vous me direz que je joue encore les féministes énervées. Alors je poursuis un peu l’analyse, et cette fois-ci, c’est sur la mise en scène des choix d’orientation masculins que je m’arrête. Première affiche : « Je voudrais être footballeur ». Le jeune homme qui est dessiné me rappelle vaguement David Beckham (blondeur, sourire, sex appeal). Sa motivation : la compétition ? le dépassement de soi ? le jeu tout bêtement ? Que nenni, vous n’y pensez pas. Il s’agit tout bonnement d' »avoir une femme de footballeur », laquelle a le volume de poumon inversement proportionnel à celui du cerveau, évidemment.

Et pour finir en beauté, un dernier garçon voudrait être président de la République. Celui-là, c’est l’intello de la bande (en tout cas il en a les lunettes), probablement de gauche (mais si, regardez bien, les dread locks). Et s’il est motivé à fond, ça n’est même pas par goût du pouvoir (le service de l’État et de l’intérêt général on n’y a même pas pensé, vous plaisantez !), c’est pour « avoir une femme mannequin ». Dans le cas des deux garçons, le but de l’orientation c’est d »’avoir », et pas n’importe quoi « une femme ». Objet de consommation, s’il en est, et pas une astrophysicienne. Non ! une mannequin mamelue.

Qu’on se le dise, les stéréotypes n’épargnent personne, à commencer par les jeunes en général qui sont, dans tous les cas (et là, pour la peine, filles et garçons sont dans le même panier, à l’exception peut-être de la future kiné), des imbéciles. Moi j’appelle ça du jeunisme caractérisé. Et la jeunesse, elle commence à en avoir un peu marre qu’on la prenne de haut, surtout quand on fait le bilan des choix de nos aînés. Mais je m’égare.

Cela dit, les filles en prennent encore plus pour leur grade que les garçons. Sans vouloir compter les points, des filles il y en a dans 4 affiches sur 4 et, à une exception près (la kiné manipulatrice), elles sont toutes bécasses mais forcément bien roulées, maquillées et manucurées.

Rappelons pour finir que les différences d’orientation entre filles et garçons ont des conséquences sur leur insertion dans l’emploi. Pour ceux et celles qui veulent des détails, on peut lire ça. Dans le monde du travail, cela implique des différences de salaire (de l’ordre de 17 % à l’heure actuelle en France) à poste équivalent et niveau de formation comparable. Plus grave encore, après une période de rapprochement du taux de chômage des hommes et des femmes, l’écart repart à la hausse (en défaveur des femmes, est-il besoin de le préciser ?) et les conditions d’emploi (salaires, statuts, responsabilités, temps partiel subi, etc.) restent très éloignées. L’observatoire de la parité donne toutes les infos sur le sujet .

Pour un complément d’information, je vous signale que les Assises de l’Institut Émilie du Châtelet sont en ligne. Je vous le donne en mille : cette année le sujet c’était l’éducation à l’égalité entre les sexes. A L’étudiant, ils auraient dû y aller, surtout à la journée du lundi 24 octobre 2011 qui portait sur l’éducation à l’égalité dans le monde du travail. Bon, ils ne lisent pas ce blog. Mais vous, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *