Adriana et le foot français féminin : une réflexion de Sigolène Couchot-Schiex

Pourquoi  je pense que la Fédération Française de Football s’est trompée de cible dans sa campagne d’affiches avec Adriana Karembeu ?

Adriana se prête merveilleusement bien, à la mise en scène de différents rôles importants dans les pratiques sportives et du football en particulier.

Adriana prête volontiers son image, elle est marraine de la Croix-Rouge française et on la voit circuler en combinaison d’infirmière sexy. Ça fonctionne bien, le domaine du soin étant tout à fait en adéquation avec la féminité affirmée d’Adriana, le fantasme de l’infirmière sexy aussi. D’ailleurs il paraît qu’Adriana avait débuté des études de médecine…

Par contre pour cette compagne devant favoriser le foot féminin, ça fonctionne moins bien. Adriana est connue pour être la femme, l’épouse du footballeur Karembeu, ou l’avoir été un temps. C’est en « femme de » qu’elle s’insère dans le football par pour ses propres compétences. Or, les footballeuses ne font pas semblant sur les terrains !! elles ont la gagne, la technique, les compétences sportives.

Aussi, quand je regarde ces affiches, c’est un peu comme si on me montrait la dernière Barbie footballeuse, ma réception est faite d’un mélange d’improbables qui ne font pas mouche !

La FFF se paye un porte-manteau de luxe !! N’oublions pas qu’Adriana est une vraie professionnelle : mannequin et femme d’affaire dont la société se prépare à entrer en cotation boursière. Disons que le mélange des genres détonne.

 Quand Barbie joue au foot

Elle n’est même pas décoiffée

Quand Barbie joue au foot

Elle ne transpire pas

Quand Barbie joue au foot

Elle est maquillée et brushée

Barbie est contente d’enfiler ses bas, de porter un short moulant et sexy

Après le match, elle n’est pas fatiguée,

Avec  ses cheveux longs, elle n’a pas bien vu le ballon !

Non pas que les filles ou les femmes très féminines, voire carrément canon ne puissent pas jouer au foot. Pas du tout ! Certaines joueuses françaises  de haut niveau ont très bien su instrumenter leur féminité pour faire valoir leurs compétences footballistiques.

En effet, on ne perd pas sa féminité quand on pratique le football, ces trois jeunes femmes apprêtées peuvent nous rassurer.

Le problème est plus profond,  affaire de mentalités et d’ooportunités. La FFF a raté le pari du foot féminin et s’emploie à essayer de redresser sa sortie de route.

http://www.lexpress.fr/actualites/1/sport/mondial-2011-le-football-feminin-francais-en-plein-paradoxe_1006170.html

Il y a des comparaisons qui font mal aux fédés : un millions de footballeuses allemandes en 2011 contre 60 000 en France. Cherchez le problème ! Pourtant, historiquement le foot féminin n’est pas né d’hier en France. Mais le virage du professionnalisme a été totalement raté dans les années 1980-1990. Au moment, où les filles nées dans ces années là faisaient leur début sur les terrains, l’accueil n’était pas vraiment à la hauteur. A en juger par divers témoignages de filles pourtant très motivées. A 10-12 ans, comme elles sont peu nombreuses, elles jouent avec les garçons (équipes mixtes, je suis toujours pour !), elles doivent travailler dur pour gagner leur place sur le terrain (c’est la compétition sportive, une place dans l’équipe se mérite). Les conditions matérielles sont souvent décourageantes : pas de vestiaire pour elles, on leur propose de se changer dans les wc ! Peu de copines à retrouver et les garçons leur tendent rarement la main. Pour ces adolescents, ces filles footballeuses ne sont pas à leur place, est-ce qu’ils font de la danse eux ? Pour celles qui s’accrochent, à 14 ans, elles doivent intégrer une équipe féminine ou tout arrêter. Parfois, l’équipe féminine est bien loin du domicile, or les entraînements gagnent en intensité et en fréquence, ça devient difficile de tenir. Les équipes féminines se déciment progressivement, les championnats sont émaillés de forfaits parce que les équipes sont incomplètes.

Le premier défi que la FFF doit relever est d’abord celui des structures, de l’accueil, du lien social, de l’encadrement, des responsabilités. Il faut former les éducateurs, les dirigeants… valoriser les femmes à ces postes, pas seulement comme secrétaire.

Le deuxième défi est celui des mentalités : là c’est plus difficile car le foot français c’est quand même un espace très machiste. On le voit bien dans cette campagne d’affiche qui met en scène une femme très femme mais peu crédible comme footballeuse. Le stéréotype dominant est celui de la féminité tellement marqué ici qu’il n’est pas compatible avec celui du corps sportif dans ses actions techniques. Il est nécessaire de faire valoir la « beauté » non des corps mais de l’engagement physique, de la précision du geste technique acquis au prix d’un labeur acharné. Etre footballeuse de haut niveau se conquiert au quotidien, au long de nombreuses années de travail corporel, technique, tactique. C’est bien ici, l’enjeu de toute une éducation physique et sportive pour qu’on cesse de nous faire croire que Barbie peut être footballeuse sans mouiller le maillot. Et surtout pour que l’on accepte de nous montrer des corps qui dans l’engagement sportif perdent nécessairement une apparente féminité mais gagnent une réelle compétence physique.

Adrian Dennis" photo AFP

Je suis prête à payer mon entrée pour voir Adriana balle au pied à l’ouverture d’un match de championnat du foot féminin français ! Crampons ou talons aiguilles ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *