Qui est Raymonde Hazan ?

À qui la lettre d’information Veille Education (un site indépendant de veille médiatique sur l’éducation donne-t-elle la parole pour répondre, de manière absolument affligeante, à la tribune publiée dans Le Monde par Vincent Peillon et Najat Vallaud-Berlkacem la semaine dernière ? La personne interviewée s’appelle Raymonde Hazan. Son site internet nous apprend qu’elle est « Psychanalyste, écrivain, conférencière, […] spécialisée dans les problèmes du couple et les difficultés des surdoués [… et] pratique l’analyse intensive qu’elle a créé en 1995 ». Une chose est sûre, Raymonde Hazan n’est pas spécialiste des questions d’égalité des sexes en général, et dans le cadre scolaire en particulier. Sa contribution à la lettre d’information précédemment citée est lamentable et inquiétante. Je prends le temps d’y répondre point par point parce que cette lettre d’information éducative est apparemment relayée auprès de beaucoup de profs.

Comme d’habitude : en violet le texte original, en noir mes commentaires.

On commence par le chapeau : « les deux sexes ont des différences fondamentales impossibles à gommer ». Damned ! voilà qu’on redécouvre la lune, l’eau tiède, et le fil à couper le beurre. Filles et garçons, hommes et femmes sont différents. Et oui ! Personne ne songe à le contester. En revanche, qui a dit que « différence » et « inégalité » étaient des termes synonymes ? Que la différence génère de l’inégalité dans les faits, voilà qui est incontestable. Je rassure Madame Hazan : loin de moi l’idée de nier cette réalité. Mais que la différence génère de l’inégalité dans les droits, voilà qui est intolérable. Or, aujourd’hui, force est de constater que les droits des femmes ne sont pas comparables à ceux des hommes en matière d’accès à l’emploi, par exemple. Et l’école participe grandement de cet état de fait.

Raymonde Hazan souligne l’existence d’ « intelligences différentes » entre filles et garçons, reprenant les théories différentialistes promues par certain-e-s neurobiologistes. Attention, elle va bientôt nous renvoyer à la lecture de John Gray pour lequel « les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus ». On peut aussi lire Catherine Vidal sur le sujet, si on veut avoir un autre point de vue et si l’on admet pas comme une évidence que « à 20 ans, il va penser à s’acheter une super voiture alors qu’elle se dira : “je préfère prendre telle voie car lorsque j’aurais des enfants, ce sera plus simple pour moi” ». Voilà une définition de la masculinité et de la féminité, une conception des ambitions des unes et des autres, qui me paraît atrocement restrictive.

« L’intelligence et l’épanouissement des jeunes sont beaucoup plus rapides que les réflexions des gouvernements et les professeurs ne sont pas du tout formés pour cela ». Ouah ! là encore, au risque de paraître ironique, je m’incline devant cette finesse d’analyse. Mais une fois qu’on a dit ça, on fait quoi ? Rien ? Au prétexte qu’on ne bouge pas assez vite, il faudrait arrêter de bouger ? J’invite Madame Hazan à prendre connaissance de l’état actuel de la formation des enseignants, en ruine. J’invite également Madame Hazan à participer, de manière constructive, à la formidable entreprise collective de refondation de l’école républicaine et de restauration de la formation des enseignants.

« Tous les enfants ne sont pas égaux et on n’en tient pas compte ». C’est faux. On ne forme sans doute pas suffisamment les enseignants à la pédagogie différenciée, oui. Les effectifs des classes sont sans doute trop lourds pour qu’on puisse véritablement mettre en œuvre des stratégies pédagogiques permettant de prendre les individualités des élèves en compte, oui. Mais chaque enseignant, dans sa classe, gère chaque jour de la diversité : diversité des capacités de travail et d’apprentissage, diversité culturelle, diversité des sexes, diversité des personnalités… Enfin, on est rassuré, Madame Hazan le dit, « il y a des filles extrêmement intelligentes ! ». Mais personne n’en doutait. Inutile donc de nous l’asséner, point d’exclamation à l’appui. Quant à ce « machisme intérieur  qui fait qu’il y a une barrière supplémentaire pour les filles », en l’occurrence cette tendance féminine à l’autocensure de ses ambitions, ce n’est pas la « seule injustice ». C’en est une, mais qui mériterait qu’on l’évoque en des termes à la fois plus précis et plus clairs. C’en est une et elle est largement nourrie par les principes éducatifs inégalitaires dans lesquels sont élevés filles et garçons, qui les conduisent à entretenir un rapport différencié aux savoirs (les filles littéraires versus les garçons matheux), à l’autorité en général et à l’institution scolaire en particulier. Mais c’en est une parmi d’autres.

La violence en est une, et Madame Hazan paraît s’en inquiéter fortement. Par deux fois elle s’indigne : « Quand une fille reçoit un coup d’un garçon, elle aura beaucoup plus mal qu’un garçon qui reçoit un coup d’une fille ». Première nouvelle. Madame Hazan raisonne-t-elle toutes choses égales par ailleurs ? Que se passe-t-il si une fille de CM2 prend à parti un « petit » de CP ? Quid des différences de constitutions individuelles ? Les filles sont-elles vraiment, encore aujourd’hui, considérées comme le « sexe faible » ? Je croyais qu’on était sortis de ces conceptions naturalisantes. L’évocation de la grossesse, et des « neufs mois de repos » nécessaires à ce moment-là pour les futures mamans selon la psychanalyste-écrivaine semble pourtant bien aller dans ce sens. Rappelons donc simplement à Madame Hazan qu’en l’état actuel de la législation les femmes salariées (on ne parlera même pas des autres) en France ont droit à 16 semaines de congé maternité, loin, très loin des 9 mois d’impotence qu’elle nous promet. Plus loin on lit encore « si vous mettez un coup à une femme et à un homme, il y a une différence ». De quelle nature exactement, cette différence ? De quoi est-il question ? De la capacité des femmes à encaisser les coups, prétendument moindre que celle des hommes ? Ou de leur dépendance (économique, psychologique, sociale) qui leur interdit de sortir d’une situation de maltraitance ? Le propos de Madame Hazan n’est pas clair. Et son recours à l’évocation de la violence pour justifier et fonder en nature une inégalité entre hommes et femmes me paraît même douteux.

Madame Hazan termine en beauté. « On ne peut pas annuler l’identité sexuelle. Ca serait horrible ! On n’est pas des hermaphrodites ». Qu’elle se rassure donc, personne n’a songé à nier la différence des sexes. Mais « égaux » et « identiques » ne sont pas des termes synonymes, quoi qu’elle en pense. Et il est faux de penser que la construction d’une véritable égalité entre les hommes et les femmes passe par la reconnaissance de différences naturelles entre les sexes. C’est les inscrire dans l’airain des permanences. C’est naturaliser ce qui est éminemment culturel : les identités de sexe, les rôles sociaux. C’est admettre l’inégalité. Non, il n’y a pas de « danger » à « dire que l’homme et la femme sont égaux ». Et l’usage du singulier pour parler de l’un et de l’autre dit assez la posture essentialiste qui est la sienne. Non, ce n’est pas « un grand bluff social » de prôner l’égalité des sexes. C’est au contraire un enjeu fondamental de la refondation de l’école républicaine à laquelle travaillent celles et ceux pour qui le mot « égalité » veut encore dire quelque chose.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *