Ouf ! Les pères seront toujours des hommes…

Vous l’avez sans doute vue sur votre petit écran. C’est à la vigilance de Marine Bouiller et de ses collègues de la BUFM que je dois pour ma part de m’y être intéressée. Aujourd’hui, c’est donc la publicité de Renault pour le nouveau Scenic qui me vaut un mouvement d’humeur. On peut la voir en ligne sur YouTube. Petit décryptage à l’usage de nos lecteur-trice-s : 4 hommes dans un Scenic chantent en chuchotant la chanson I Love Rock’n Roll, célèbre chanson de hard rock, composée et enregistrée en 1975 par Alan Merril et Jake Hooper du groupe The Arrows, reprise ensuite en 1982 par Joan Jett & The Blackhearts. C’est cette reprise qui a marqué les rockeurs de tous âges et mis le feu à un certain nombre de mes (nos ? vos ?) soirées mémorables.

Bref, les quatre protagonistes de la pub Renault la chantent à voix basse. Pourquoi ces précautions ? La voiture se gare. Le conducteur en descend et les choses s’éclairent : il détache un siège auto où dort un marmot pour le remettre à une femme dont on suppose qu’elle doit être la mère (et la compagne dudit conducteur). Un baiser sur la joue de Madame… et en voiture de nouveau, mais cette fois-ci, nos quatre compères montent sérieusement le son, et doublent un cortège de supporters (on note au passage qu’ils portent pour 3 d’entre eux le même maillot que ces derniers). Nous voilà rassuré-e-s : ces messieurs assurent leurs tâches de père, mais restent des hommes dans le fond, des homme, des vrais, qui aiment le rock, le vrai, celui qu’on peut écouter à tue-tête en voiture, en se rendant à un bon vieux match (de foot ? qu’est-ce que vous croyez, c’est des VRAIS mecs) !

Nombreuses sont les publicités actuelles qui surfent sur une image renouvelée des hommes et des pères. On peut lire de bonnes analyses sur le sujet (en voici une en ligne, à titre indicatif, qui propose une typologie intéressante). Les nouveaux pères de la pub, c’est par exemple celui que met en scène la Société Générale, un homme complexe, avec ses doutes, ses fragilités et sa maladresse pour communiquer avec ses enfants tout en les protégeant. « C’est un père normal, qui n’arrive pas à rembourser son prêt immobilier mais qui ne baisse pas les bras pour autant, et qui veut rassurer sa famille », commente Farid Mokart, coprésident de l’agence de pub qui a pondu la chose. Au passage, on notera que les soucis financiers, et notamment la difficulté à faire face aux échéances de son prêt immobilier sont désormais considérés comme « normaux », sans qu’il soit éventuellement nécessaire de s’en inquiéter. C’est beau de vivre dans monde post-subprimes… Mais bon, on est dans le monde de la pub, faut pas trop en demander.

Alors qu’est-ce qui est agaçant dans la publicité de Renault me direz-vous ? Le discours réac’ derrière l’humour affiché. À l’heure où notre gouvernement se questionne l’allongement du congé de paternité pour favoriser concrètement l’égalité professionnelle et assurer un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, cette pub tombe mal (ou bien, c’est selon !). On ne saurait mieux dire que tout change mais, qu’au fond, rien ne change : les hommes sont davantage investis dans leur vie familiale, ils s’impliquent davantage auprès de leurs enfants, ils assurent davantage leur part des travaux domestiques. Certes, mais pas d’affolement. Ils restent extrêmement peu nombreux à prendre un congé parental et à s’éloigner durablement du monde du travail pour assumer la charge de leurs enfants en bas âge (98 % des bénéficiaires de l’allocation de congé parental sont des femmes). Il ne consacrent en moyenne que 2h24 aux tâches domestiques contre 3h52 pour les femmes. En dix ans, le temps journalier consacré par les femmes au travail domestique a baissé de 22 minutes et celui des hommes a augmenté… d’une petite minute. Au total, en 1999, elles prenaient en charge 66 % du temps imparti à ces tâches au sein du foyer, contre 63 % en 2010. Pour plus de détails sur ce point, voyez ce qu’en dit de manière détaillée l’Observatoire des inégalités. Bref, quoi qu’on en dise, et malgré les revendications égalitaires des féministes qui, rappelons-le, réclament davantage d’égalité entre hommes et femmes, ce qui est à l’avantage des hommes comme des femmes (et pas un renversement de la domination), « les pères seront toujours des hommes », et « les hommes seront toujours des hommes », avec des préoccupations d’hommes, des comportements d’homme, des travers d’hommes. Pourquoi s’angoisser ? Parce qu’on ne saurait mieux dire que la lutte féministe est de toute façon stérile, qu’elle rencontre des résistances qui ont pour elles la force de l’Habitude et l’argument de la Nature. Que voulez-vous ma bonne dame, c’est ainsi : un chromosome (ou une paire de c…) suffisent à anéantir toute perspective de changement. Car après tout, vous ne contesterez pas, tout de même, que ce sont les femmes qui portent les enfants ! (argument entendu, à de nombreuses reprises, pour justifier la persistance des inégalités). On croyait cet argumentaire disparu. Il revient, et il a même le vent en poupe. Sous couvert d’essentialisme, de valorisation d’un Éternel Féminin (dont Renault nous montre qu’il a un pendant masculin, merci Renault !), il se trouve dans de nombreux discours prétendument favorables à la cause des femmes. Dans le monde de l’entreprise, certain-e-s prônent la présence des femmes aux CA comme d’autres réclament « quelques grammes de finesse dans un monde de brutes ». Et que n’a-t-on pas entendu la semaine dernière à propos de la faible représentation des femmes à la Banque Centrale Européenne ? Sur ce point, vous pouvez réécouter la chronique de la semaine dernière sur France Culture d’Agnès Bénassy-Quéré sur « LE banque centrale européenne ». Où l’on apprend que les femmes ont une conception différente de la monnaie et de l’économie :

« …celles que l’on appelle harmonieusement les « ménagères » sont attachées à la stabilité des prix, car ce sont-elles qui remplissent le plus souvent la marmite. Mais en quoi les économistes femmes diffèrent-elles de leurs collègues masculins ? Une étude récente éclaire cette question. À partir d’un questionnaire envoyé à 404 membres de l’association américaine des économistes, des chercheurs de l’université du Nebraska ont montré qu’hommes et femmes n’ont pas une conception différente de la science économique, mais que les hommes tendent à faire davantage confiance aux marchés, tandis que les femmes semblent plus favorables à l’intervention publique pour corriger les défaillances dudit marché et rendre plus équitable la distribution des revenus. La présence ou l’absence de femmes dans les instances de décision de politique économique ne serait donc pas neutre. Évidemment, on trouve des femmes parfaitement libérales et des hommes interventionnistes, de sorte que sur de petits nombres (…) on ne peut prédire l’impact d’une présence féminine dans le processus de décision. En moyenne cependant, on peut s’attendre à ce qu’une présence féminine rende les politiques économiques plus actives et plus sensibles aux questions de redistribution. Une sorte de péril rouge à lèvres qui doit faire trembler les cravates les plus libérales ». 

Évidemment, Agnès Bénassy-Quéré a le sens de l’humour. Évidemment, elle manie l’ironie. Mais le sens de l’humour et de l’ironie étant des qualités assez mal partagés en ce bas monde, ce type d’argumentaire naturalisant fondé sur un raccourci simpliste (femme = ménagère = gestionnaire attentive ET femme = empathie pour les autres DONC femme = conception keynésienne de l’économie) est largement relayé (et cette fois-ci sans sourire) par les réseaux de femmes en entreprises qui justifient au nom de la Nature la spécificité de leur intervention dans le monde économique. La ruse a tous les atouts pour bien fonctionner : 1. elle est utilisée par des femmes, qu’on ne saurait donc soupçonner de machisme (la bonne blague !) + 2. elle est utilisée en temps de crise et à l’heure de l’austérité, quand un discours sur un meilleur partage des richesses est accueilli avec soulagement et ne saurait lui non plus être soupçonné. Bref, c’est gagnant-gagnant et, l’air de rien, le différentialisme gagne du terrain face à un universalisme qui prône non pas la mise en avant des différences hommes / femmes, mais bien celle de leurs similitudes. C’est le grand retour de la Nature (mais je finis par me demander si c’est d’un retour qu’il faut parler, dans la mesure où, finalement, on n’a jamais réussi à s’en débarrasser). Et c’est grave parce que la ruse est vieille comme le sexisme, c’est dire… Colette Guillaumin l’écrivait en 1978 : « Dès lors que l’on veut légitimer le pouvoir qu’on exerce, on crie à la nature »[1]. Longtemps la nature a servi à justifier l’infériorité féminine. La nouveauté, c’est qu’elle sert désormais aussi à expliquer l’immobilisme masculin : si les choses n’évoluent pas à la vitesse qu’on peut espérer, mesdames, ce n’est pas parce que ces messieurs s’accrochent à leur pouvoir et défendent pied à pied leur domination. C’est parce qu’il est dans leur nature d’être dominants comme vous êtes dominées. Pour le même prix, on a même gagné le droit de les plaindre : « Pauvres australopithèques persistants. Que voulez-vous, tout le monde n’a pas la chance d’avoir la faculté d’adaptation et d’évolution d’une femme ». Et avec quelques grammes de condescendance convenue, on nous fait adhérer, comme d’hab’, à un discours et à des comportements qui nous sont, à terme, défavorables.

Affirmons-le donc une bonne fois : il est nécessaire pour le féminisme contemporain de se réclamer davantage des similitudes hommes/femmes que des différences. Parce que « le groupe dominant ne demande pas mieux, en tant que grand Référent, que nous soyons différentes (différents). Ce que ne supportent pas les dominants, au contraire, c’est la similitude, c’est notre similitude. C’est que nous ayons, que nous voulions le même droit à la nourriture, à l’indépendance, à l’autonomie, à la vie. C’est que nous prenions ces droits et tentions de les prendre. C’est que nous ayons comme eux le droit de souffler, comme eux le droit de vivre, comme eux, le droit de parler, comme eux le droit de rire et que nous ayons le droit de décider. C’est notre similitude qu’il répriment de la façon la plus décidée. Que nous soyons différentes, il s ne demande que ça, ils font même tout pour : pour que nous n’ayons pas de salaire, ou moindre, pour que nous n’ayons pas de nourriture, ou moins, pour que nous n’ayons pas de droit à la décision, mais seulement à la consultation, pour que nous aimions nos chaînes mêmes »[2].

Au secours, ce texte n’a pas pris une ride. Quelle angoisse de voir que rien ne change…



[1] Colette Guillaumin, « Pratique du pouvoir et idée de Nature », in Nouvelles Questions Féministes, n°2-3, février-mai 1978, réédité dans Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de Nature, Paris, Côté Femmes, 1992, p.67.

[2] Idem, p.66.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *