Théorie du genre : le grand complot ? Les députés UMP peuvent être rassuré-e-s…

Tout le monde le sait, la toile ayant assez relayé l’information, deux député-e-s UMP : Xavier Breton et Virginie Duby-Muller ont déposé à l’Assemblée nationale une proposition de résolution le 7 décembre dernier (proposition n°482) tendant à « la création d’une commission d’enquête sur l’introduction et la diffusion de la théorie du gender en France ».

Un excellent article des Nouvelles News fait un point assez complet sur le sujet, revenant notamment sur 2 points qui me paraissent essentiels :

1. L’étrange rhétorique à l’œuvre dans cette proposition de résolution. Il ne s’agit pas de convoquer une commission sur ce que ces deux députés appellent la « théorie du genre ». Ce qui serait par ailleurs déjà problématique dans la mesure où il paraît parfaitement légitime de se demander, avec Hélène Périvier par exemple : « Depuis quand crée-t-on des commissions pour encadrer la recherche en sciences sociales? ». Et j’ajouterais : « la recherche tout court quel que soit le domaine scientifique dont il s’agit ». On peut s’interroger sur le rôle social de la recherche et du/de la chercheur-se. C’est d’autant plus normal pour ce qui concerne des travaux réalisés grâce à des fonds publics. On peut réclamer qu’une réflexion éthique s’engage sur les impacts de telles ou telles recherches scientifiques. Je m’interrogerais volontiers, par exemple et au hasard, sur les conséquences pour le générations à venir des recherches dans le domaine du nucléaire. Et notez bien que je suis ouverte à la disputatio au sens médiéval du terme, la discussion argumentée qui présente divers points de vue.  J’accepte volontiers qu’il faille envisager de faire des études d’impact des travaux de recherche et en évaluer les incidences économiques, financières, sociales, environnementales, etc. Mais le principe d’une étude d’impact c’est qu’elle se fait APRÈS, pas AVANT la recherche : ce n’est pas une commission de censure visant à interdire de mener des travaux dans certains domaines parce qu’ils ne conviennent pas au politique, parce qu’ils ébranlent les fondements de certains pouvoirs. Rappelons ainsi qu’il fut un temps où il ne faisait pas bon défendre l’idée d’héliocentrisme (la Terre qui tourne autour du Soleil) parce que cela allait à l’encontre d’une certaine conception chrétienne de l’univers, ébranlant les fondements d’un livre saint, la Bible, et d’une institution, l’Église. Rassurons-nous toutefois (étude d’impact…) : l’héliocentrisme n’a pas mis fin au christianisme, « Ceci n’a pas tué cela » pour paraphraser notre cher Hugo. D’aucun-e-s pourront le déplorer, mais c’est un tout autre débat…

2. Les déput-é-e-s UMP cité-e-s plus haut réclament « un véritable état des lieux de la pénétration de cette théorie dans l’ensemble de notre pays : politique de la petite enfance, éducation, enseignement scolaire, enseignement supérieur, droits des femmes, droit de la famille, droit social, administration, Justice ». Je me porte volontaire pour les aider dans leur travail. D’abord, je leur recommande la lecture du rapport d’Alban Jacquemart, Agnès Netter et François Thibaut, intitulé Orientations stratégiques pour les recherches sur le genre, rapport remis en novembre dernier au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (bonne nouvelle pour elles et eux, c’est consultable en ligne et il y a même quelques belles cartes qui leur permettront de mesurer l’étendue des dégâts à l’échelle nationale…). Je me permettrais de compléter ce rapport fort complet par quelques commentaires personnels.

Pour ce qui concerne la « politique de la petite enfance », que nos député-e-s se  rassurent, les choses n’avancent pas. On continue de traiter différemment filles et garçons dès la crèche ou l’assistante maternelle. Les parents se chargent également d’entretenir la différence des sexes et de veiller à ce que les identités sexuées en construction le soient en conformité, à grand coup de socialisation différenciée. Qu’ils/elles lisent Anne Dafflon-Novelle sur ce point (un petit compte-rendu en ligne, je sais que nos politiques sont trop débordés pour se taper les bouquins en entier). Qu’ils se réfèrent à un outil également disponible en ligne, intitulé La poupée de Timothée et le camion de Lison. Guide d’observation des comportements des professionnel-le-s de la petite enfance. Extrait (page 12) :

L’adulte joue à la dînette avec Sarah, Dunia, Maeva et Sandro. Elle-il prépare à manger avec Sandro qui domine l’espace sonore en discutant avec l’adulte. Les filles essaient de se faire entendre en parlant du cadeau de la fête des mamans, mais l’adulte n’y prête guère attention et reprend la conversation avec Sandro sur sa famille. On apprend que son papa est pompier et qu’il va avoir un petit frère ou une petite sœur. Sarah dit qu’elle va avoir une chambre de Barbie. L’adulte :  « Ce sera une chambre toute rose ». Simon arrive. Elle-il le prend dans les bras et parle avec lui. Dunia s’approche de l’adulte qui ne la voit pas. Elle-il s’adresse à Vincent qui vient d’arriver :  « Salut Spiderman, tu as les culottes Spiderman ». Vincent s’approche de l’adulte et lui montre ses biceps. L’adulte dit d’un ton admiratif : «Waouh ! Tu es le plus fort ! ». Elle-il le prend dans les bras et le fait tourner dans tous les sens. L’enfant rit de bon cœur. L’adulte prend ensuite Maeva sur ses genoux et lui dit : « Tu es toute mignonne avec tes couettes ! », puis continue à parler à Sandro. Quand arrive l’heure des rangements : « Maeva, tu me ranges les couverts ! » 

Je sens qu’on respire déjà mieux à l’UMP : l’indifférenciation sexuée, l’interchangeabilité entre filles et garçons du point de vue des rôles sociaux associés à l’un ou l’autre sexe, ça n’a pas l’air tout à fait gagné. Relax ! Bon, évidemment, pour celles et ceux qui trouverait dérangeant qu’au XXIe siècle on continue d’éduquer les petites filles à être de futures ménagères et les garçons à intégrer les normes de la masculinité hégémonique, la lecture de ce guide présente un intérêt aussi. C’est même son but premier, évidemment : que faire pour éviter ça ? Et je vois les mains se lever : « Pourquoi vouloir éviter ça ? ». Pourquoi aller contre la « nature » qui veut que les femmes soient discrètes et s’épanouissent dans la sphère domestique cependant que les hommes, combattifs, trustent la sphère publique ? Et bien parce que, voyez-vous, ces stéréotypes associés à l’exercice de rôles sociaux prétendument indépassables génèrent de la souffrance.

Souffrance des filles et des femmes qui accèdent aux études, primaires, secondaires, supérieures, et qui y réussissent avant d’être rappelées à leurs incapacités essentielles, liées évidemment à leur fonction biologique : la maternité (et en prime, injustice parmi les injustices, toutes les femmes en paient le prix, qu’elles aient ou non des enfants). Souffrance des femmes qui, pour ces raisons et pour bien d’autres que je ne développerai pas ici (notamment la moindre rémunération du travail féminin au prétexte qu’il nécessite des qualités innées et pas des compétences acquises, les premières valant moins que les secondes sur le marché du travail), forment aujourd’hui le gros des rangs des pauvres en France. Les femmes sont 2,6 millions à être pauvres au seuil à 50 % du niveau de vie médian, soit tout de même 360 000 de plus que les hommes. Elles représentent 54 % des pauvres. Une partie d’entre elles sont des femmes à la tête d’une famille monoparentale (comprenez « femme seule avec enfant-s », puisque c’est la configuration dans 85 % des cas, cf. le site de l’INSEE). Un million de personnes vivant dans ce type de famille sont pauvres avec un taux de pauvreté de 21,7 %. (cf. l’article en ligne sur le site de l’Observatoire des inégalités).

Souffrance des garçons et des hommes qui ne se sentent pas en adéquation avec ces normes de la masculinité hégémonique : les grands sensibles, les pas-assez-virils, bref les non-conformes. Mais aussi souffrance de ceux qui s’y conforment en adoptant des pratiques à risques coûteuses pour eux en terme d’espérance de vie par exemple. Là encore, si on en croit l’INSEE, pour un garçon né en 2011, l’espérance de vie est de 78,2 ans contre 84,8 pour une fille née la même année. Souffrance toujours de ces garçons conformes qui, du coup, s’affrontent à la norme scolaire et ne réussissent pas à l’école. Ben oui ! pour réussir à l’école il faut être sage, discret, discipliné, silencieux, immobile, respectueux des consignes… Vous me direz, et j’en conviens volontiers, qu’il faut sans doute changer pas mal de choses dans les attentes qui sont celles de l’école. Mais en attendant, les résultats sont : leur espérance de formation initiale est moins longue que celle des filles, leurs taux de réussite au brevet et aux baccalauréats aussi, ils sont davantage sujets au redoublement, etc., etc. J’en passe et des meilleures, et je ne parle pas de la prédominance apparente des garçons parmi les petit-e-s patient-e-s traité-e-s pour anxiété et phobie scolaire (sur le sujet, des travaux sont en cours, si certain-e-s sont intéressé-e-s voici de la lecture pour commencer).

Pour ce qui est de l’« éducation », là encore, détendez-vous cher-e-s député-e-s de l’UMP :  « Les filles sont plus préparées à réussir scolairement et à s’orienter vers les filières sociales (88% des salarié-e-s du secteur des services)… MAIS  les garçons sont plus préparés à réussir professionnellement et à s’orienter vers les filières compétitives, scientifiques et technologiques porteuses d’emploi et mieux rémunérées (78% des salarié-e-s du secteur de la production) » (INSEE, regards sur la parité, 2008). L’orientation scolaire remplit toujours très bien son office puisque 51 % des emplois occupés par les femmes sont concentrés dans 12 des 87 familles professionnelles répertoriées par l’INSEE : je cite (et du coup, c’est pas moi qui oublie de féminiser…) « les agents d’entretien, les enseignants, les employés administratifs de la fonction publique (catégorie C), les vendeurs, les aides à domicile, les secrétaires, les aides-soignants, les infirmiers et sages-femmes, les assistants maternels, les professionnels de l’action sociale, culturelle et sportive, les employés de la comptabilité, et les employés administratifs d’entreprise ». Bref, comme l’écrit Françoise Vouillot en 2010, « La division sexuée de l’orientation est une anticipation de la division sexuée du travail (extérieur et domestique) qui historiquement la précède. En retour, les orientations différenciées des filles et des garçons maintiennent la division du travail ». Et tout demeure pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Un monde qui oriente les femmes vers des métiers moins bien payés et moins reconnus socialement, les maintenant dans la dépendance économique par rapport à leur conjoint (elles vont pas en plus se plaindre celles-là, contrairement à celles des familles monoparentales évoquées plus haut !). Un monde qui exige des hommes d’être toujours performants dans le monde professionnel, au risque de passer à côté de leur vie de famille, ce dont ils sont de plus en plus nombreux à se plaindre. C’est dingue ça ! Encore une conséquence néfaste de l’infiltration des théories du genre dans notre société : les hommes d’aujourd’hui ont envie de torcher leurs gosses, de jouer avec elles/eux, de leur consacrer du temps… Mais où va-t-on ?

Poursuivons avec l’« enseignement scolaire ». Je ne prendrai qu’un seul exemple, celui de la persistance de  rapports aux savoirs différenciés. Qu’on se rassure : les filles sous-performent toujours en mathématiques, surtout quand on prend le soin de leur rappeler qu’elles sont des filles avant le début de l’exercice (cf. les travaux de Christine Morin-Messabel sur la « menace du stéréotype ») et les garçons demeurent minoritaires dans les filières littéraires.

Venons-en à l’« enseignement supérieur ». Alors là, gros problème : les filles sont désormais plus nombreuses que les garçons à embrasser des carrières prestigieuses comme la médecine, ou le droit. Cette féminisation (mais il y aurait un billet tout entier à écrire sur ce que ce mot veut dire précisément) entraînant prétendument une dévalorisation des professions en question (mais là aussi, un autre billet sur ce blog va finir par s’imposer…). Il est où le problème, exactement ? Qu’est-ce qui dévalorise ces professions ? la seule présence des filles. Ouaaah ! Girls Power !!! on n’avait pas mesuré ça hein, les copines. Quel pouvoir pour nous, pouvoir de nuisance certes, mais enfin, pouvoir quand même. Vous allez pas encore râler ! Le truc c’est que ce n’est peut-être pas de là que vient le problème. Ne serait-ce pas plutôt une question de « valence différentielle des sexes », autrement dit d’association systématique du féminin à des valeurs négatives (et du masculin au positif). Jugez plutôt : dans les civilisations où l’actif est valorisé (l’Occident par exemple), les femmes sont du côté du passif, mais là où c’est l’inverse (en Asie, l’agitation productive s’accommode mal de la figure du sage touchant à l’ataraxie), les femmes sont du côté de l’actif. Bref, on joue, on joue, mais à tous les coups on perd. « 100 % des perdantes avaient pourtant tenté leur chance » pour paraphraser un slogan publicitaire qui tintera sans doute à vos oreilles.

Je suis opiniâtre, et j’en viens donc aux « droits des femmes » et à la question « droit social ». Elles vont nous les casser encore longtemps avec leurs revendications. Après tout, elles ont le droit de vote non ! La répartition des sexes dans l’hémicycle leur donne la place qui leur revient, non ? Comment ça elles représentent la moitié du corps électoral et pourraient donc légitimement demander à représenter 50 % de la représentation nationale. Quelle idée ? Un député homme représente tout à fait efficacement les intérêts des citoyennes. Les inégalités hommes / femmes, c’est bidon. Arrêtons de faire du mauvais esprit. C’est vrai quoi, la journée d’une femme et celle d’un homme, c’est kiffe kiffe. La preuve en image :

Et puis le salaire d’un homme et d’une femme, c’est kiffe kiffe aussi :

Et je ne parle pas des retraites :

En plus elles sont plus nombreuses que les hommes à bénéficier des allocations sociales. C’est parce qu’elles sont en première ligne en terme de pauvreté ? Ah bon ! Y’a un rapport entre les deux. C’est dingue. Vous voulez dire qu’elles préféreraient ne pas l’emporter sur ce terrain. Ben non, tant qu’à faire, si on peut faire autrement que d’être pauvre et de dépendre de l’aide sociale, on préfère. Alors-là je sens que je vous en bouche un coin.

Quant au « droit de la famille », tout a sans doute commencé à foutre le camp le jour où l’on a réformé les régimes matrimoniaux en France, en vertu de la loi du 13 juillet 1965 (un joli reportage dans les archives de l’INA à consulter ). Pensez-vous, plus d’autorité paternelle mais une autorité parentale. Et des femmes désormais en droit de toucher leur propre salaire. Et voilà qu’aujourd’hui les défenseur-se-s de la prétendue théorie du genre se rangent aux côtés des familles homoparentales pour réclamer l’égalité des droits pour toutes et tous. Parce qu’au risque de briser le coeur d’un certain nombre d’entre vous, le mariage, c’est d’abord une histoire de filiation et de patrimoine avant d’être une histoire d’amour. Et dans un couple homosexuel, on a envie, comme dans tous les autres cadres d’unions, de protéger la personne qui partage sa vie, et les enfants qu’on élève ensemble. Si c’est pas un truc de dégénéré, ça… Des études ont montré que les enfants élevés dans ce cadre familial ne présentent pas plus de difficultés psychologiques que les autres enfants. L’argument massue des opposants au mariage pour tous et à l’adoption par les couples homosexuels c’est la souffrance des enfants. Je pose donc cette simple question : quelle est l’origine de la souffrance de ces enfants ? Est-ce la sexualité de leurs parents ? Tous les enfants ont un problème avec ça, et il se résout : ça s’appelle le complexe d’Oedipe. Ne serait-pas plutôt les violences dont ils sont l’objet, lesquelles découlent de l’intolérance persistante de la société quant aux choix de vie qui sont ceux de leurs parents, qui les mettent en difficulté et créent de la souffrance ? L’autre argument massue c’est que les enfants ont besoin d’un papa et d’une maman, d’un modèle masculin et d’un modèle féminin pour s’épanouir. Alors je pose la question : qu’adviendra-t-il de tous ces enfants qui sont élevés par des couples hétéros dont les parents ne sont pas conformes aux rôles sociaux de sexe qui doivent apparemment être les leurs ? Et si papa est plus câlin que maman ? et si maman est plus autoritaire que papa ? Je sais, je suis un peu perverse sur les bords… Enfin, restent les très nombreux enfants qui vivent sans modèle masculin à la maison mais pas parce que maman est en couple avec une femme, non, parce que maman n’est pas (plus) en couple. Les mères célibataires seraient entre 1,5 et 2 millions en France si l’on en croit l’IPSOS (en ligne) et 2,8 millions d’enfants vivent aujourd’hui en France dans une famille monoparentale selon l’INSEE (c’est ).  Vous mesurez l’étendue du problème là, je pense !

Allez, on en voit le bout, il nous reste à considérer la question de l’« administration ». Les exemples de sexisme administratif sont multiples. Il n’est qu’à voir comment se répartissent le conjoint et la conjointe sur un avis d’imposition : le déclarant est toujours, par défaut, Monsieur. Madame n’arrive qu’en seconde (à droite en haut sur votre feuille, allez voir). C’est la place du revenu d’appoint, complémentaire, secondaire. Il serait peut-être temps que l’administration fiscale se mette au parfum : aujourd’hui le modèle de l’époux pourvoyeur de fonds et de l’épouse en charge du foyer est mort et enterré. C’est pas forcément que ça les amuse, les femmes, d’aller au turbin, mais voyez-vous, dans notre contexte économique, la majorité des gens ont besoin de deux salaires pour s’en sortir. Et encore, ça ne suffit pas toujours. Ajoutons qu’il y a même des cas où, subversion des subversions, Madame gagne mieux sa vie que Monsieur (voir qu’elle la gagne tout court alors qu’il est au chômage). Et même des cas où en plus c’est Madame qui se la tape, la déclaration fiscale. Et dans ces cas là, quand elle prend la peine de remplir la case « Vos revenus » avec… ses revenus, elle l’a un peu mauvaise quand l’administration lui renvoie le doc avec les choses remises en ordre, et les revenus de Monsieur d’abord… Je parle d’expérience. 

Enfin, « Justice ». Allez, là encore, les députés UMP n’ont pas trop à s’inquiéter. Avec  une estimation basse de 75 000 viols perpétrés chaque année en France (ça fait un toute les 8 minutes pour mémoire), ce ne sont que 5 000 plaintes environ qui sont déposées pour ce motif. Et 2 % des agresseurs sont condamnés. Et je rappellerai simplement, parce qu’historienne je suis et demeure, qu’il faut attendre 1980 pour que le viol soit définit comme : « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise », et 1990 pour que le viol entre époux soit reconnu. Ajoutons que le viol est théoriquement puni de 15 ans de réclusion criminelle. Sans faire de mauvais esprit, et à simple titre de comparaison,  l’article 311-8 du  code pénal puni le vol (je n’ai pas fait de faute de frappe, je n’ai pas oublié le «i ») de 20 ans de réclusion criminelle lorsqu’il est commis avec usage ou menace d’une arme. No comment…  Et je vous épargne mes commentaires sur la requalification des viols, qui sont des crimes (relevant du tribunal pénal), en agressions sexuelles qualifiées comme délits (relevant du tribunal correctionnel).

Alors vraiment, vraiment, Mesdames et Messieurs les député-e-s, vous êtes sûr-e-s de vouloir vous interroger sur la « pénétration de cette théorie dans l’ensemble de notre pays ». Les études sur le genre entendent réfléchir sur les stéréotypes et sur la construction des inégalités entre hommes et femmes. Et je pense vous avoir rassuré-e-s, les inégalités sont toujours bien là. La pénétration de ces réflexions n’est pas à ce point aboutie qu’il faille s’inquiéter à court terme de voir la fin des inégalités entre les sexes. Dormez donc sur vos deux oreilles et laissez-nous bosser en paix.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *